La fin du cycle? La réponse de deux stratèges

Publié le 25/01/2018 à 08:36

La fin du cycle? La réponse de deux stratèges

Publié le 25/01/2018 à 08:36

Par Stéphane Rolland

Photo:123rf

La progression de la Bourse a beau donner des vertiges à ceux qui craignent le retour de balancier, il reste encore du temps avant le ressac, selon Stéfane Marion et Martin Roberge, deux stratèges qui présentaient leurs perspectives pour l’année 2018, lors d’une conférence organisée par CFA Montréal, mercredi.


Martin Roberge, stratège et analyste quantitatif de Canaccord Genuity, appuie son opinion sur le synchronisme de la croissance économique mondiale. Nous serions dans une phase d’accélération synchronisée vers un sommet cyclique, selon lui. La question est de savoir à quel moment de ce cycle sommes-nous? «Je crois que nous sommes au milieu, ce qui veut dire que, comme Stéfane, je pense qu’on est encore loin de la fin du cycle.»


Même si les banques centrales dans les pays développés commencent à resserrer leurs politiques monétaires, elles sont en mode détente dans les pays émergents, souligne-t-il. Cela fait en sorte que la politique mondiale reste encore très accommodante.


Dans ce contexte, M. Roberge préfère les actions des pays émergents et des pays développés en Europe et en Asie. Il surpondère les commodités et sous-pondère les obligations et l’encaisse, a-t-il dévoilé devant un parterre de professionnels issus du milieu financier.


Stéfane Marion, stratège en chef de la Banque Nationale, pense, lui aussi, qu’il reste encore du temps avant la fin du cycle. En même temps, les perspectives pour les bénéfices des entreprises s’améliorent à travers le monde et les gouvernements recourent au déficit budgétaire pour stimuler l’économie. «Ça veut dire qu’on pourrait encore avoir des révisions des bénéfices à la hausse dans les prochains mois», a-t-il dit à la même tribune.


Il pense que l’économie américaine se trouve dans la dernière phase avant celle de la récession : la phase mature. Or, on ne se trouve qu’au début de cette phase tandis que les phases de reprise et d’expansion, qui précèdent, ont été particulièrement longues après la crise de 2008.


L’économiste note qu’il entend de plus en plus de gens anticiper la fin du cycle, car il n’y a pas eu de récession depuis 10 ans aux États-Unis et que le S&P 500 n’a pas corrigé de 5% depuis 400 jours. «Moi, je pense qu’on ne peut pas juger où l’on est dans le cycle, basé uniquement sur la durée. Je continue de croire que nous allons dépasser le cycle des années 1990 pour la durée. »


 


Nous avons également discuté du potentiel économique du Canada et de la politique d’immigration avec Stéfane Marion. Lisez : Voici pourquoi le potentiel économique du Canada est sous-estimé.




image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street parie sur un apaisement commercial

Mis à jour il y a 27 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Les indices ont été également soutenus par deux opérations de rachats d’entreprises.

Titres en action: Tyson Foods, Apple, PepsiCo, Estée Lauder...

Mis à jour à 10:05 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici quelques annonces qui ont fait ou vont faire bouger les cours de ces entreprises.

À la une

Semaine clé sur le front commercial américain

Il y a 56 minutes | AFP

Le secteur manufacturier américain entame 6 jours de consultations publiques sur la stratégie d’escalade tarifaire.

Les Eagles détrônent le Roi de la Pop

15:35 | AFP

Les « Greatest Hits 1971-75 » des Eagles ont été vendus en 38M d'exemplaires, en disque ou en équivalent en streaming.

Le froid hivernal donne des maux de tête au CN et au CP

Malgré d'importantes récoles dans l'Ouest canadien, la quantité totale de céréales transportées par CN recule de 4%.