La Fed prive les marchés d'un puissant stimulant

Publié le 22/09/2017 à 11:08

La Fed prive les marchés d'un puissant stimulant

Publié le 22/09/2017 à 11:08

Par Jean Gagnon

Maintenant que la Réserve fédérale américaine (Fed) entreprend la réduction de la taille de son bilan, il faut croire que les Bourses qui ont carburé aux liquidités injectées par celle-ci depuis plusieurs années vont maintenant connaître une période plus difficile.


Il y a 9 ans déjà, presque jour pour jour, le courtier américain Lehman Brothers, pris dans la tourmente de la crise des «subprimes», déclarait faillite. C’est à partir de ce moment que la crise financière se généralisa. Entraînées dans son sillon, les Bourses s’écroulèrent comme des châteaux de cartes.


La Fed a réagi en réduisant rapidement les taux d’intérêt à zéro. Elle a ensuite lancé trois programmes successifs d’assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE) qui consistaient à acheter des quantités importantes d’obligations et d’autres titres de dettes afin d’assurer que les taux d’intérêt à long terme demeureraient eux aussi très bas.


À n’en pas douter, les actions de la Fed ont été couronnées de succès. L’économie américaine a retrouvé un rythme de croissance respectable et l’indice S&P500 est à un niveau record, en hausse de 270% depuis le creux du 9 mars 2009. Mais en contrepartie, les actifs de la Fed ont plus que doublé pendant ce temps et atteignent aujourd’hui 4,500 milliards de dollars US.


Mercredi, Janet Yellen, présidente de la Fed, annonçait que le temps était venu de renverser la vapeur. Dès octobre, la Fed commencera à alléger son bilan en ne remplaçant pas les titres qui viendront à échéance. Elle le fera graduellement. D’abord 10 milliards par mois, mais en augmentant de 10 milliards à chaque trimestre jusqu’à concurrence de 50 milliards par mois.


Si les marchés boursiers ont autant carburé aux liquidités injectées par la Fed, il est certainement raisonnable de croire que le retrait, bien que progressif, de ces liquidités, pourrait maintenant causer un certain refroidissement des marchés, explique Ismaël Chiadmi, directeur de la gestion quantitative chez Montrusco Bolton. Surtout que cela se produit à un moment où le VIX, surnommé l’indicateur de la peur, se situe à 9,7, indiquant ainsi un très grand niveau de complaisance.


L’euphorie sur les places financières est souvent un phénomène persistant qui ne s’arrête pas nécessairement aussitôt qu’un changement de conjoncture apparaît, rappelle M. Chiadmi. «Mais lorsque cela se produit, il s’ensuit généralement une chute précipitée des marchés», dit-il. «Et cela peut arriver à tout moment», ajoute-t-il.


Tout doute quant à la validité de ce bull market semble s’être complètement estompé. En effet, de nombreux investisseurs s’abstenaient de plonger en Bourse au cours des dernières années parce qu’ils croyaient que les actions de la Fed faisaient en sorte que le rallye était artificiel, explique Howard Gold, éditeur de la lettre financière Golden Egg Investing. Mais ils ont maintenant tous revu leur copie, estime l’éditeur. Une enquête menée par Wells Fargo/Gallop indique que 68% des investisseurs américains sont optimistes quant à la performance du marché boursier au cours de la prochaine année. Ce degré d’optimisme égale celui qui régnait en décembre 1999, juste avant l’éclatement de la bulle techno.


Le plus récent sondage hebdomadaire de l’American Association of Individual Investors (AAII), ainsi que le Market Vane Bullish Consensus, deux indicateurs très suivis, démontrent aussi des niveaux de confiance rarement égalés.


Certains experts toutefois ne semblent ne pas trop s’inquiéter du changement de cap de la Fed et invoquent d’autres facteurs pour justifier l’optimisme des investisseurs. C’est le cas de Jeffrey Kleintop, Chef stratège chez Charles Schwab. «Les profits des sociétés et non les banques centrales, sont le principal moteur du rallye boursier mondial», dit-il en entrevue à MarketWatch. «Il ne faut donc pas perdre de sommeil avec cette annonce, par ailleurs très attendue de la Fed, qu’elle va réduire son bilan», ajoute-t-il.


 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Canada Goose s'installe sur Sainte-Catherine Ouest

25/09/2018 | Martin Jolicoeur

La populaire marque de manteaux d'hivers occupera l'espace laissé vacant par HMV, au coin de la rue Peel.

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.

À la une

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

25/09/2018 | lesaffaires.com

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Le faux débat de l'immigration

25/09/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.