Bourse: Wall Street redresse la tête; Toronto fait la moue

Publié le 11/08/2017 à 10:17, mis à jour le 11/08/2017 à 17:11

Bourse: Wall Street redresse la tête; Toronto fait la moue

Publié le 11/08/2017 à 10:17, mis à jour le 11/08/2017 à 17:11

Photo: 123rf.com

Le dollar canadien prenait un peu de mieux ce vendredi, après avoir cumulé des reculs pendant plus d'une semaine. L'indice de la Bourse de Toronto retraitait pour sa part.


La Bourse de New York a fait preuve d'un léger regain d'optimisme même si la situation diplomatique ne s'améliore guère entre les États-Unis et la Corée du Nord. L'escalade verbale a encore été alimentée vendredi du côté américain par le président qui a déclaré que si le dirigeant nord-coréen attaquait Guam, île du Pacifique et territoire américain, il le «regretterait».


Voici l'état de la situation à la clôture:


S&P/TSX -0,27% à 15033 points


S&P 500 +0,13% à 2441 points


Dow Jones +0,07% à 21858 points


Nasdaq +0,64% à 6256 points


Dollar canadien +0,42% à 0,7878$US


Once d'or +0,23% à 1293$US


Baril de pétrole WTI -0,33% à 48,43$US


Le gestionnaire d’actifs montréalais Fiera Capital avance de 0,76% après avoir dévoilé un bénéfice net ajusté de 24,5M$ ou 0,29$ l’action à son deuxième trimestre, comparativement à 19,6M$ ou 0,26$ l’action au même trimestre un an plus tôt. C’est légèrement mieux que prévu, puisque les analystes tablaient sur un bénéfice de 0,28$ par action.


Telus(T, 45,55$) recule de 1,47% après avoir dévoilé ses résultats du deuxième trimestre. Le deuxième plus important groupe de télécommunications du pays a engrangé un bénéfice ajusté de 0,68$ par action, inférieur à celui de 0,72$ l’action anticipé par les analystes.


L’action de Savaria(Tor., SIS) glisse de 5% après avoir dévoilé une augmentation de 30% de ses revenus à son deuxième trimestre, mais un bénéfice ajusté de 0,07$ l’action, inférieur à celui de 0,12$ l’action attendu par les analystes.


Drew McReynolds, de RBC Marchés des capitaux, fait passer sa cible de 46$ à 49$ pour le titre de Québecor(QBR.B, 45,20$) après que l’entreprise eut dévoilé des résultats meilleurs que prévu à son deuxième trimestre. Il réitère sa recommandation surperformance pour le titre, qui reste à son avis le meilleur choix dans le secteur des télécommunications.


Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, réitère sa recommandation surperformance et bonifie sa cible pour le titre de Canadian Tire(CTC.A, 149,89$) de 6$ pour la fixer à 190$, après que le détaillant eut dévoilé des résultats supérieurs aux attentes à son deuxième trimestre. L'analyste souligne que le détaillant généraliste a affiché une bonne performance en dépit de la météo défavorable. Elle juge que le titre se négocie à un ratio cours/bénéfice attrayant(12,8 fois le bénéfice prévu en 2018).


Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, maintient sa recommandation d’achat et sa cible de 25$ pour le titre de CAE(CAE, 21,11$) même si la société montréalaise a affiché des résultats qu’il qualifie de modestes à son premier trimestre. Le bénéfice de 0,23$ l’action a été inférieur à sa prévision de 0,26$. La direction a toutefois réitéré ses prévisions de croissance tant pour ses activités dans l’aviation civile que de la défense. Ben Cherniavsky, de Raymond James, fait pour sa part passer sa cible de 23$ à 22$. Le titre perd 0,33%.


La volatilité reste élevée


«Malgré toute cette rhétorique, il y a un sentiment général que l'on ne va pas aller jusqu'à la guerre», a estimé Karl Haeling, jugeant que cela avait apporté un peu de soutien au marché. 


Surtout, après sa chute de la veille, il a estimé que le marché «avait trop baissé», et qu'il a donc profité d'un rebond «technique».


La volatilité sur le marché, qui s'était envolée la veille selon l'indice VIX, surnommé indice de la peur, restait élevée par rapport aux niveaux auxquels il avait évolué depuis le début de l'année.


Principal indicateur de la semaine, les prix à la consommation (CPI) ont très légèrement avancé au mois de juillet mais moins qu'attendu selon des chiffres publiés vendredi par le ministère du Travail.


«L'inflation continue d'être en dessous des attentes, donc ce n'est pas une inquiétude», a commenté Adam Sahran de 50 Park Investment.


Le glissement annuel des prix se situe à 1,7% en juillet, contre 1,6% en juin, selon l'indice CPI, en dessous de la cible de 2% de la la Réserve fédérale (Fed). La banque centrale américaine, dont l'une des mission est de contenir la hausse des prix, ne paraît donc pas obligée d'accélérer le rythme du lent resserrement monétaire qu'elle a engagé.


Les taux bas ont été ces dernières années un des carburants du marché des actions.


Le marché obligataire était sans direction: le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans, qui évolue à l'inverse du prix des obligations, s'affichait vers en fin d'après-midi à 2,190% contre 2,198% mercredi soir et celui des bons à 30 ans à 2,786%, contre 2,773%.

À suivre dans cette section


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Bourse: la réforme fiscale de Trump avance, Wall Street aussi

Mis à jour le 20/10/2017 | lesaffaires.com

L'indice torontois a atteint ce vendredi son plus haut niveau sur les huit derniers mois.

Les titres favoris de Jamie Jenkins et sa stratégie d’investissement responsable

20/10/2017 | Stéphane Rolland

«L’un des plus grands mythes avec les principes ESG est qu’il y aurait une pénalité sur les rendements.»

À la une

Une histoire de confiance sur trois générations

Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

Avant d'être une histoire à succès, les hôtels Germain, c'est avant tout une histoire de famille. Coprésidée par ...

Montréal possède tous les atouts pour attirer Amazon, croit Hubert Bolduc

20/10/2017 | Denis Lalonde

Montréal International est convaincue du potentiel de la métropole pour attirer le HQ2 d'Amazon.

Fait-on «la bonne affaire» pour l’entrepreneuriat au Québec?

20/10/2017 | lesaffaires.com

C'est LA question à laquelle ont réfléchi les participants de la Grande consultation sur l’entrepreneuriat.