Bourse: le dialogue avec la Chine ravive Wall Street

Publié le 17/08/2018 à 10:24, mis à jour le 17/08/2018 à 16:51

Bourse: le dialogue avec la Chine ravive Wall Street

Publié le 17/08/2018 à 10:24, mis à jour le 17/08/2018 à 16:51

(Photo: Getty)

La Bourse de New York a terminé la semaine sur une note positive vendredi, les investisseurs accueillant avec optimisme des informations sur de possibles avancées dans les négociations commerciales entre Washington et Pékin.


Le portrait à la clôture


Le Dow Jones a gagné 0,43% à 25 669,32 points.


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 0,13% à 7 816,33 points.


L'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,33% à 2.850,13 dollars.


À Toronto, l'indice S&P/TSX a progressé de 0,6% à 16 323 points.


Le contexte


Sur la semaine, le Dow Jones et le S&P 500 ont augmenté respectivement de 1,4% et 0,6% tandis que le Nasdaq a baissé de 0,3%.


Vendredi, les indices «ont profité de la parution en cours de séance d'un article du Wall Street Journal affirmant que les négociateurs chinois et américains étaient en train de discuter d'une feuille de route pour parvenir à régler la dispute commerciale entre les deux pays, avec en ligne de mire des réunions formelles entre les chefs d'Etat Donald Trump et Xi Jinping en novembre», a souligné Karl Haeling de LBBW.


«Si on peut ne serait-ce qu'éloigner la perspective d'une nouvelle escalade des tensions» et de l'imposition de taxes douanières supplémentaires, «cela permettrait au marché d'absorber plus facilement tout autre problème pouvant émerger dans le monde», qu'il provienne de Turquie ou d'ailleurs, a-t-il ajouté.


«Le manque de détails» sur le processus de négociations ou sur les exigences des deux parties a toutefois «limité la hausse des indices», a estimé M. Haeling. 


Les indices s'étaient montrés hésitant en début de séance, les investisseurs penchant pour la prudence face au repli de la livre turque. 


Pâtissant de nouvelles sanctions de Washington si Ankara ne libérait pas un pasteur américain, un avertissement auquel Ankara a promis de répliquer, la livre turque repartait nettement à la baisse face au dollar après avoir regagné du terrain pendant trois jours.


Le secteur technologique a aussi été affecté par les prévisions décevantes de Nvidia (-4,90%) et Applied Materials (-7,72%), deux groupes liés au secteur des semi-conducteurs. 


La séance a aussi été marquée vendredi par l'idée évoquée par Donald Trump d'une publication des résultats des entreprises cotées tous les six mois au lieu de trois comme c'est le cas actuellement. Le président américain a demandé au gendarme de la Bourse, la SEC, de se pencher sur la question.


Tesla (-8,93%) a par ailleurs de nouveau attiré l'attention alors que son patron Elon Musk a concédé dans une longue interview au New York Times vivre «l'année la plus difficile et la plus douloureuse de (sa) carrière».


Le marché obligataire se détendait un peu: le taux à dix ans sur la dette américaine reculait à 2,863% contre 2,866% à la clôture jeudi, et celui à 30 ans à 3,019% contre 3,026% la veille.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

14:38 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour il y a 29 minutes | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.