Bourse: Home Capital a récupéré une partie de ses pertes

Publié le 21/04/2017 à 09:44, mis à jour le 21/04/2017 à 17:11

Bourse: Home Capital a récupéré une partie de ses pertes

Publié le 21/04/2017 à 09:44, mis à jour le 21/04/2017 à 17:11

Les indices nord-américains ont légèrement baissé vendredi, les investisseurs privilégiant la prudence avant l'élection présidentielle française, malgré un regain d'optimisme sur la réforme fiscale et de bons résultats d'entreprises.


À la Bourse de Toronto, 4 des dix secteurs ont réussi à grappiller de maigres gains, le secteur de l'énergie en tête (+0,40%).


Voici l'état de la situation:


S&P/TSX -0,07% à 15614 points


S&P 500 -0,30% à 2348 points


Dow Jones -0,15% à 20547 points


Nasdaq -0,11% à 5910 points


Dollar canadien -0,24% à 0,7405$US


Once d'or +0,21% à 1286 points


Barile de pétrole (WTI) -2,29% à 49,55$US


«Le marché attend l'élection présidentielle française et c'est pour cela qu'il n'a pas profité de bons résultats d'entreprises», a commenté Peter Cardillo de First Standard Financial.


La dernière ligne droite de la campagne présidentielle française a été perturbée par une attaque qui a coûté la vie à un policier jeudi soir sur la célèbre avenue des Champs-Elysées à Paris.


Cela a polarisé le débat politique autour du terrorisme et encore renforcé l'incertitude sur l'issue du premier tour dimanche. Les analystes à New York cherchaient à en évaluer l'impact sur le vote des Français.


«Ce que je peux vous dire c'est ce que le marché veut: d'abord Macron puis Fillon en deuxième choix et en aucun cas Le Pen ou Mélenchon», ces deux derniers étant jugés eurosceptiques, a avancé Karl Haeling, de LBBW.


Face à cette incertitude sur le plan international, la Bourse de New York n'a guère non plus su profiter de bons chiffres des reventes de logements en mars, au plus haut depuis dix ans.


Le nouveau recul des prix du pétrole vendredi a également pesé sur l'humeur du marché.


En revanche, Donald Trump a donné un coup de pouce à Wall Street en relançant de nouveau la perspective d'une réforme fiscale qui avait tant fait monter les marchés après son élection avant de sembler s'éloigner.


«Nous allons faire une grande annonce mercredi et cela aura à voir avec le réforme fiscale», a promis le président américain jeudi.


Titres en action


Notre spécialiste boursier François Pouliot a épinglé pour vous quelques recommandations d'analystes qui pourraient influencer les cours de WestJet (Tor., WJA), MTY (Tor., MTY) et Canadien Pacifique (Tor., CP) dans notre rendez-vous quotidien des À surveiller.


L'action de Valeant (Tor., VRX) a cédé 4,42% à 11,45$ alors que la pharmaceutique a annoncé le prix de son traitement du psioriasis. À 3500$ par mois, c'est la solution la moins coûteuse sur le marché, a fait valoir ce vendredi la société.


L'analyste de Cormark Valeurs mobilières a relevé sa recommandation sur le titre de Home Capital (Tor., HCG) à achat spéculatif, contre performance de marché (market perform) auparavant. Il a toutefois abaissé son objectif de cours à 25$, contre 30$ avant. Au lendemain d'une chute de 21%, l'action a rebondi de 8,7%.


Le président de Home Capital Group voit toujours d'un bon oeil l'avenir du prêteur hypothécaire, malgré les récentes allégations portées contre l'entreprise, deux de ses anciens chefs de la direction et son actuel directeur financier.


Dans une lettre ouverte, le président de Home Capital, Kevin Smith, a reconnu que la confiance des actionnaires de l'entreprise avait été mise à rude épreuve par les allégations lancées mercredi par la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario.


En vertu des principes comptables généralement acceptés, Home Capital estime que son bénéfice net s'est établi à 90 cents par action pour le premier trimestre, et à 1,02 $ par action sur une base ajustée.


Pour le même trimestre l'an dernier, ce bénéfice net comparable était de 92 cents par action et le bénéfice ajusté était de 96 cents par action.


Le titre de La Baie d'Hudson (Tor., HBC) essuie les critiques de l'analyste de Crédit Suisse, qui la compare à une «flotille tentant de dompter les mers mouvementés». Outre ce lyrisme, il abaisse sa recommandation à neutre contre surperformer précédemment.


SNC-Lavalin (Tor., SNC) réalise sa plus importante acquisition - et sa première en près de trois ans - en mettant la main, au terme de deux semaines de discussions, sur la firme britannique WS Atkins pour environ 3,6 milliards $ CAN.


La Banque Nationale(NA, 54,36$) tient son assemblée annuelle des actionnaires(10h, siège social, 600, rue De La Gauchetière Ouest, 4e étage). Le titre de la Nationale a progressé de plus de 19% au cours de la dernière année. À lire, notre récente manchette avec Louis Vachon, PDG de la première banque québécoise.


Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, publie une mise à jour de ses prévisions des résultats du premier trimestre d’Air Canada(AC, 13,17$). L’analyste relève légèrement sa prévision de bénéfice avant impôts, intérêts, amortissement et location(BAIIAL), la faisant passer de 240 à 246M$. Cela dit, le transporteur avait indiqué que sa marge bénéficiaire serait environ la moitié de celle de l’an dernier au premier trimestre, en raisond des prix du carburant plus élevés. L’analyste dit maintenir sa thèse optimiste à l’égard du premier transporteur au pays en raison de la demande toujours solide, de l’amélioration des liquidités que ses activités génèrent et des initiatives de réduction de coûts. En revanche, la concurrence internatinale s’est intensifiée, dit-il. Il réitère sa recommandation surperformance et sa cible de 16$.


Patricia A. Baker, de Banque Scotia, fait le point sur Groupe Jean Coutu(PJC.A, 21,55$) avant la publication de ses résultats du quatrième trimestre, le 27 avril. L’analyste anticipe un recul de 4% du bénéfice par action, à 0,27$. En moyenne, les analystes visent un profit de 0,26$ l’action. Un des éléments qui devraient grever la rentabilité de la division de médicaments génériques de l’exploitant de pharmacies est l’effet du déplafonnement du pourcentage de ristournes des fabricants de médicaments génériques accordées aux pharmaciens. Des discussions sont toutefois en cours entre les pharmaciens et les gouvernements qui pourrait aboutir au retour d’une limite des ristournes à 15%, ce qui serait positif pour Jean Coutu. Il faudrait aussi surveiller les intentions de Québec à propos d’un système d’enchères des médicaments. L’analyste garde un oeil positif sur Jean Coutu, en dépit de l’incertitude réglementaire. Elle réitère sa recommandation neutre et sa cible de 19$.


Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, rétière son optimisme à l’égard du détaillant généraliste Canadian Tire(CTC.A, 165,51$) avant la publication de ses résultats du premier trimestre. L’analyste s’attend à une croissance de 5% du bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement(BAIIA), à 260M$, sous la prévision moyenne de 264M$ de l’ensemble de ses homologues. Pour rappel, il s’agit du trimestre le plus faible de l’année pour le détaillant. Mme Nattel réitère sa recommandation surperformance et sa cible de 182$ pour le titre et juge que’il représente encore une occasion intéressante même s’il s’est apprécié de 50% depuis février 2016.


Kenric. S. Tyghe, de Raymond James, fait passer sa cible pour le titre de l’emballeur Winpak(WPK, 53,54$) de 51$ à 56$ avant la publication de ses résultats du premier trimestre, attendus le 27 avril. L’analyste réitère sa recommandation surperformance.


En pleine saison des résultats, le doyen du Dow Jones, General Electric, a affiché des résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre malgré une stagnation des revenus et a annoncé durcir sa cure d'austérité pour améliorer sa rentabilité, au moment où la pression s'intensifie sur le PDG Jeff Immelt. Son titre cédait 1,98% à 29,67 dollars.


Toujours au sein de l'indice vedette, l'exploitant de cartes bancaires Visa prenait 0,49% à 91,60 dollars après avoir annoncé un bénéfice ajusté par action meilleur qu'attendu par les analystes.


Parmi les autres valeurs, le groupe industriel américain Honeywell a annoncé vendredi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et s'est montré optimiste pour l'ensemble de l'année et prenait 2,56% à 126,94 dollars.


Le fabricant de jouets américain Mattel (-10,95% à 22,45 dollars), qui commercialise notamment la célèbre Barbie, a annoncé d'importantes pertes au premier trimestre du fait de stocks élevés.


Le groupe de services à l'industrie pétrolière et gazière Schlumberger a vu son bénéfice net divisé par deux au premier trimestre mais, signe positif, son chiffre d'affaires est reparti à la hausse sur la période, après huit trimestres consécutifs de baisse. Le titre du franco-américain reculait de 2,27% à 74,77 dollars sur sa cotation new-yorkaise.


 

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Les marchés d'actions: aussi chers qu'on le dit?

Édition du 24 Mars 2018 | Raymond Kerzérho

Je lis des commentateurs qui s'inquiètent de ce que les Bourses fracassent des records en cascade...

« C'est contre-intuitif, mais Kohl's pourrait bien performer »

Édition du 24 Mars 2018 | Stéphane Rolland

STÉPHANE ROLLAND - Vous suivez une stratégie « neutre au marché », c'est-à-dire qu'elle n'est pas corrélée au ...

À la une

La blockchain, une opportunité autant qu'un danger pour le secteur bancaire

Il y a 39 minutes | AFP

«Le marché sous-estime son potentiel à long terme.»

Bourse: ce qui bouge avant l'ouverture jeudi

Il y a 12 minutes | LesAffaires.com et AFP

Les bons résultats de Facebook dopent les indices. Aujourd'hui, c'est au tour d'Amazon de faire parler d'elle.

ALÉNA: accrochage entre le Canada et les États Unis sur une clause crépusculaire

Il y a 49 minutes | La Presse Canadienne

Les États-Unis sont revenus à la charge avec l'idée d'une clause crépusculaire.