Bourse: Apple a finalement rougi

Publié le 12/09/2017 à 09:57, mis à jour le 12/09/2017 à 16:39

Bourse: Apple a finalement rougi

Publié le 12/09/2017 à 09:57, mis à jour le 12/09/2017 à 16:39

Par lesaffaires.com

(Getty)

La Bourse de New York, aidée par la progression des valeurs financières, a terminé en hausse mardi, poussant ses principaux indices à des niveaux records.


Les valeurs de la technologie étaient dans la ligne de mire des investisseurs avec la présentation par Apple, plus forte capitalisation boursière aux Etats-Unis, de trois nouveaux modèles d'iPhone, dont le très attendu modèle de luxe baptisé X qui ne sera disponible que début novembre.


Le titre, qui avait progressé au début de la présentation, a finalement terminé en baisse de 0,42%.


Voici l'état de la situation (clôture)


S&P/TSX +0,69% à 15143 points
S&P 500 +0,34%
à 2496 points
Dow Jones +0,28% à 22118 points
Nasdaq +0,34% à 6454 points
Dollar canadien -0,59% à 0,8207 $US
Once d'or -0,01% à 1335$US
Baril de pétrole WTI +0,40% à 48,26$US


Les inquiétudes liées à un éventuel regain de tensions entre Washington et Pyongyang et au passage de l'ouragan Irma sur la Floride se sont dissipées après le week-end.


Le soulagement s'est traduit sur les marchés par un regain d'appétit pour les valeurs jugées plus risquées, comme les actions. Les investisseurs ont aussi délaissé les bons d'Etat américains, considérés comme des valeurs refuges, faisant grimper au passage leur rendement. 


"Avec ces rendements plus élevés, les valeurs financières se renforcent", a remarqué David Levy de Republic Wealth Advisors.


L'indice regroupant les valeurs financières au sein du S&P 500 a progressé de 1,21%. 


"Le simple fait que le S&P 500 soit monté à un nouveau record réduit les chances d'une correction d'ici la fin du mois", a relevé Karl Haeling de LBBW.


Août et septembre sont traditionnellement les mois les plus difficiles pour le marché actions.


"Les indices ont résisté en août en parvenant à ne pas perdre de terrain", a-t-il souligné. "La semaine dernière, on a pensé qu'on se préparait à une correction et finalement, comme on a évité le pire, aussi bien avec la Corée du Nord qu'avec l'ouragan Irma, l'appétit pour le risque est revenu en trombe", a-t-il ajouté.


"Tant que la croissance américaine se maintient, même modestement, qu'aucun événement majeur ne vient perturber la planète, les investisseurs qui hésitent encore à placer leur argent sur le marché actions peuvent de moins en moins ignorer l'envolée des indices et ils vont sans doute continuer à soutenir leur progression en s'y ralliant", a estimé M. Haeling.


Titres en action 


Dégringolade des banques canadiennes dans le Top 50 de Global Finance. Non seulement nos institutions ont presque toutes glissé à ce classement reconnu mondialement, mais la Banque CIBC (CM) en a même été éjectée, tandis que la Banque de Montréal (BMO) a reculé à la dernière position (-10 places). La Banque Nationale (NA) demeure pour sa part à l’écart de ce palmarès. Lire Banque les plus sûres du monde: Desjardins évite la glissade canadienne.


Richmont (RIC, 11,75$): drôle de situation. Paradigm Capital réitère une recommandation d'achat. Dans une transaction à l'amiable, Alamos Gold entend acquérir la société en remettant aux actionnaires de Richmont 1,385 action d'Alamos pour chacune de leurs actions. Au moment de l'annonce, le projet conférait une valeur de 14,25$ aux actions de Richmont.


Alamos Gold (AGI, 7,10$ US): l'acquisition semble bonne. Banque Scotia renouvelle une recommandation «performance de secteur». Dans une transaction à l'amiable, la société projette acquérir Mines Richmont par un échange d'actions de 1,385 action d'Alamos pour chaque action de Richmont.


Innergex (INE, 15,56$): trop cher? Financière Banque Nationale renouvelle une recommandation «surperformance». Rupert Merer indique que des investisseurs préfèrent passer sur Innergex en raison du manque de visibilité sur ses perspectives de croissance et d'une évaluation qui est perçue comme élevée.


CGI inaugure son centre d'excellence à Lyon. «La France est un pays qui va voir des investissements assez majeurs», dit un vice-président de CGI.


Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, profite de l’événement qui sera organisé par Bombardier(BBD.B, 2,41$) le 14 septembre pour faire le point sur le titre. L’analyste réitère sa recommandation surperformance et sa cible de 3$. Il se dit optimiste en raison de l’évaluation attrayante et du carnet de commandes croissant du CSeries. Bombardier tient le 14 septembre une visite de ses installations à Mirabel. Il y aura des présentations de dirigeants, qui devraient fournir une mise à jour de la production et des nouvelles commandes de la famille d’avions CSeries.


Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale, se penche sur Savaria(SIS, 13$) après avoir réalisé la visite d’une usine chinoise du spécialiste de la mobilité ainsi que celle d’un de ses principaux fournisseurs. Savaria s’approvisionne davantage depuis 2006 en Chine afin d’accroître ses marges bénéficiaires. Celles-ci sont passées de 12,6% en 2013 à 16,6% à ce jour en 2017. Savaria peut doubler la production à partir de ses installations actuelles en Chine, ce qui la positionne bien pour boucler d’autres acquisitions et ainsi réaliser des synergies opérationnelles. M. Aghazarian rappelle que Savaria veut atteindre les 500M$ de revenus d’ici 2021, comparativement aux recettes de 186M$ anticipées cette année. Il réitère sa recommandation surperformance et sa cible de 17$.


Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, maintient sa recommandation surperformance et sa cible de 12$ pour le titre de Transat A.T.(TRZ, 8,92$), tandis qu’il anticipe de bons résultats au quatrième trimestre. Il note que la direction du voyagiste vise un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement(BAIIA) de 71M$, mieux que sa prévision précédente de 64M$ et que celui de 56M$ enregistré au même trimestre l’an dernier. La hausse du dollar canadien est par ailleurs un vent de dos pour l’entreprise. Les coûts liés au rapatriement de passagers touchés par l’ouragan Irma devraient être limités, selon l’analyste, qui rappelle que le Mexique est la principale destination soleil de Transat, pays qui n’a pas été frappé par les récentes tempêtes.


Paul Steep, de Banque Scotia, réitère sa recommandation surperformance pour le spécialiste de solutions de logistique Descartes Systems(DSG, 34,33$, DSGX, 28,30$US) après avoir animé une rencontre entre la direction et des investisseurs institutionnels. Aux yeux de M. Steep, Descartes continue de bien exécuter son plan de match en mettant l’accent sur la croissance interne et à l’aide d’acquisitions pour accroître la taille de l’entreprise. M. Steep croit que Descartes peut encore saisir plusieurs occasions d’acquisition, bien que les prix aient augmenté ces dernières années. Sa cible est à 29$US.


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Depuis un an, Trump amoindrit les États-Unis

08/11/2017 | lesaffaires.com

VIDÉO. Donald Trump a été élu 45e président américain le 8 novembre 2016. Et le bilan semble pour le moins mitigé.

Trump voit «certaines choses bouger» à propos de la Corée du Nord

07/11/2017 | AFP

Le président américain Donald Trump a fait état mardi de "beaucoup de progrès" sur la ...

À la une

Ventes agressives: Bell n'en a trouvé aucune preuve

«Un tel comportement serait tout à fait contraire aux valeurs de Bell», se défend l’opérateur canadien.

La France veut devenir une «startup nation»

Voici l'ambitieux plan de match de Paris pour stimuler la création d'entreprises et d'emplois en France.

Bourse: la nouvelle prévision audacieuse du stratège de BMO

15:38 |

BLOGUE. Son pronostic a de quoi attirer l'attention.