Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 11/10/2017 à 06:27, mis à jour le 11/10/2017 à 07:46

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 11/10/2017 à 06:27, mis à jour le 11/10/2017 à 07:46

Photo: Shutterstock

1. Contexte


En ce mois d'octobre qui est traditionnellement considéré le pire de l'année, Wall Street devrait débuter la séance de mercredi en léger repli. Les investisseurs attendent notamment le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine, à la recherche d'informations supplémentaires sur la réduction du bilan d'actifs par la banque centrale.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq reculent de respectivement 0,07%, 0,04% et 0,03% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le prix du Brent, la référence au Québec, s'élève de 0,39% à 56,83$US.


3. À l'étranger


En Asie, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini la séance de mercredi à son plus haut niveau de clôture depuis près de 21 ans, aidé par un relatif optimisme des investisseurs pour les entreprises et la conjoncture internationale. Le Nikkei a ainsi augmenté de 0,28%. La Bourse de Shanghai a de son côté avancé de 0,18%, mais la Bourse de Hong Kong s'est délestée de 0,36%.


En Europe à la mi-séance, les marchés battent principalement en retraite, inversant la tendance positive initiale. Le CAC 40 parisien se déleste de 0,07% et le FTSE à Londres se replie de 0,13%. En revanche, la Bourse de Francfort avance de 0,08%.


Comme la veille, les investisseurs restaient attentifs à la situation politique en Espagne. Mardi, le président séparatiste de Catalogne Carles Puigdemont a en effet signé une «déclaration d'indépendance» qu'il a aussitôt suspendue en vue d'un hypothétique dialogue avec le pouvoir central à Madrid.


«Carles Puigdemont laisse ainsi sa chance aux négociations, mais il n'est pas certain que Madrid rentre dans le jeu car les indépendantistes ne semblent pas renoncer à la sécession pour autant», observent les stratégistes du courtier Aurel BGC.


Sur le front économique, le gouvernement allemand a nettement relevé mercredi sa prévision de croissance économique pour le pays à 2% pour 2017, et s'attend à une croissance de 1,9% en 2018.


4. Agenda


Le calendrier économique est encore très léger des deux côtés de la frontière. Hormis les données sur les stocks de pétrole brut aux États-Unis, on attend les discours du président de la Fed de Chicago Charles Evans, ainsi que la publication du compte rendu de la Réseve fédérale, à 14h.


La prochaine statistique canadienne sera diffusée jeudi.


5. Titres en action


La disparition de Sears Canada devrait aider Sleep Country Canada(ZZZ, 37,98$) à dormir sur ses deux oreilles. Martin Landry, de Valeurs mobilières GMP, gonfle sa cible pour le détaillant de matelas de 5$, pour la fixer à 45$. La fermeture de l’ensemble des magasins Sears devrait permettre au principal détaillant de matelas du pays de capter au moins la moitié de la part de marché du détaillant en perdition, selon l’analyste. M. Landry prévoit que ce dénouement pourrait soulever ses prévisions de bénéfices pour l’exercice 2018 de 20%. Il laisse sa recommandation pour le titre à achat.


Groupe MTY(MTY, 49,22$) a dévoilé des résultats légèrement inférieurs aux prévisions de George Doumet, de Banque Scotia. La vigueur des ventes de ses restaurants au Québec a été atténuée par la faiblesse aux États-Unis, notamment en Floride et en Californie, note M. Doumet. La fermeture d’établissements est demeurée par ailleurs élevée au cours du trimestre. Le titre se négocie à escompte vis-à-vis ses comparables américains dont le modèle d’affaires est axé sur les franchises. Cet écart ne sera pas comblé tant que les ventes comparables américaines ne remonteront pas et que le taux d’ouverture nette de restaurants ne s’améliorera pas. M. Doumet laisse donc sa recommandation à neutre et sa cible à 48$. Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale, réitère pour sa part sa recommandation surperformance et sa cible de 56$.


Kevin MacKenzie, de Canaccord Genuity, préserve sa recommandation d’achat spéculatif et sa cible de 7$ pour le titre d’Osisko Mining(OSK, 4,28$) dans la foulée du financement de 92,M$ conclu le 5 octobre. Parmi les éléments catalystes potentiels, l’analyste anticipe des résultats positifs du programme de forage d’exploration de Windfall Lake, au Québec. Une mise à jour de ce programme est attendue au premier trimestre de 2018 et une étude de faisabilité dans la deuxième moitié de 2018.


Au sud de la frontière, le distributeur de boulons industriels Fastenal(FAST, 45,30$US) a dévoilé des résulats conformes aux attentes à son troisième trimestre, avec un bénéfice de 0,50$US l’action.

À suivre dans cette section


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour le 20/10/2017

Du vert en vue malgré la déception de GE, pas de prime pour Rogers, cible abaissée pour cette québécoise.

Forte baisse d'Apple après des rumeurs de mauvaises ventes

19/10/2017 | LesAffaires.com et AFP

L'action accuse ce jeudi l'une de ses plus importantes baisses depuis un mois causée par les ventes de l'iPhone 8.

À la une

Pourrez-vous survivre à la nouvelle concurrence chinoise?

Mis à jour le 21/10/2017 | François Normand

ANALYSE– La Chine vient de lancer une réforme majeure qui affectera plusieurs entreprises canadiennes et occidentales.

Bombardier goûte à la médecine qui a fait son propre succès

Mis à jour le 21/10/2017 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. La vente récente du contrôle de la CSeries poursuit une tendance historique.

Vidéo: vers une récession en 2020?

21/10/2017 | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION– La prochaine récession pourrait survenir en 2020 au Canada, selon Fiera Capital.