Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 10/10/2018 à 06:58

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 10/10/2018 à 06:58

La Bourse de New York pointe vers une ouverture près de l'équilibre mercredi, optant pour la prudence face aux préoccupations liées aux tensions commerciales et à la hausse des taux d'intérêt américains.


Selon les contrats à terme sur les indices new-yorkais, le Dow Jones est attendu en baisse de 0,02% à 26 474 points, le Nasdaq perd 0,16% à 7387,50 points, et le S&P 500 recule de 0,04% à 2887 points.


Contexte


Ni le contexte politique ni le panorama économique ne semblaient rassurer les opérateurs.


«L'incertitude prévaut sur les marchés financiers, de plus en plus d'investisseurs attendent de voir comment évoluent les risques qui entourent la hausse des taux de rendement des bons du Trésor, la croissance mondiale et la Chine», décrypte Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group.


«Les risques de moyen terme pour la stabilité financière ont augmenté rapidement ces derniers mois. Les marchés ont été relativement complaisants mais nous commençons à voir une prise de conscience de ces risques qui mettent les investisseurs sur la touche», a-t-il ajouté.


«La fin du différend commercial entre les États-Unis et la Chine n'est pas en vue», souligne aussi l'analyste.


À ce sujet, la directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde a appelé mercredi à «travailler ensemble pour avoir une désescalade et résoudre les différends commerciaux actuels», lors d'une conférence sur l'île indonésienne de Bali, où FMI et Banque mondiale tiennent leur réunion annuelle.


«Les statistiques vont certainement passer en arrière-plan aujourd'hui en raison des nombreux risques qui s'accumulent», selon des analystes de Saxo Banque.


À l'étranger


«La situation en Italie est le sujet dominant en Europe et vu que le gouvernement italien de coalition semble enclin à désobéir à Bruxelles et augmenter le déficit public à 2,4%, nous pourrions nous diriger vers une confrontation politique», estime de son côté David Madden, analyste chez CMC Market.


«L'Italie est la troisième économie de la zone euro, les enjeux sont élevés et si une crise éclatait, les répercussions pourraient être énormes», a-t-il ajouté.


«Les agences de notation financière vont être attentives aux développements et toute révision à la baisse pourrait faire bondir les taux de rendements obligataires et faire plonger les actions de l'eurozone», prévient David Madden.


À l'agenda


Du côté des indicateurs, la journée s'annonce plutôt tranquille. Aux Etats-Unis, les prix à la production de septembre seront publiés.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

11/10/2018 | LesAffaires.com et AFP

Les Bourses mondiales dégringolent, Trump accuse la Fed.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

09/10/2018 | LesAffaires.com et AFP

«Le mois d'octobre est un mois risqué pour les marchés actions, cela semble être confirmé jusqu'à présent.»

À la une

La Banque du Canada demeurera prudente, malgré l'AEUMC

Édition du 20 Octobre 2018 | Mathieu D'Anjou

EXPERT INVITÉ. D'un point de vue macroéconomique, la conclusion d'un nouvel accord commercial avec les États-Unis et ...

L'aluminium canadien peine à trouver d'autres marchés

Édition du 20 Octobre 2018 | Pierre Théroux

C'est la première fois que l'industrie de l'aluminium fait face à des tarifs imposés par le gouvernement américain.

Blockchain: le premier bloc

BLOGUE INVITÉ. Est-ce que l'information actuelle répond aux questions des gestionnaires? Je dirais que non.