Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 05/09/2017 à 06:18, mis à jour le 05/09/2017 à 08:00

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 05/09/2017 à 06:18, mis à jour le 05/09/2017 à 08:00

Photo: Shutterstock

1. Contexte


De retour après une pause de trois jours, les investisseurs seront à l'affût des réactions de Washington et des pays membres de l'ONU aux essais nord-coréens du week-end. Dans ce contexte tendu, Wall Street s'apprêtre à amorcer la première séance de la semaine et de septembre en baisse.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq se replient de respectivement 0,26%, 0,24% et 0,17% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le baril de Brent, référence pour le Québec, monte de 0,61% à 52,66$US.


3. À l'étranger


En Asie, les Bourses ont fini de façon constrastée. Dans le contexte de tensions avec la Corée du Nord, la Bourse de Tokyo a reculé de 0,63%. La Bourse de Shanghai a pour sa part gagné 0,16% et enfin, la Bourse de Hong Kong a terminé au neutre.


En Europe à la mi-journée, les principales Bourses évoluent en directions opposées, regagnant une partie du terrain perdu la veille grâce entre autres à un bon indicateur chinois et à des annonces de fusions-acquisitions. L'indice DAX de la Bourse de Francfort ajoute 0,35%, mais le CAC 40 de Paris cède 0,15% et le FTSE 100 de Londres se déleste de 0,07%.


«La séance du jour s'annonce particulièrement indécise. C'est Wall Street qui devrait guider l'Europe, qui n'a pas été capable de prendre l'initiative hier», disent les analystes de Aurel BGC.


Après le plus puissant essai nucléaire jamais réalisé par Pyongyang, qui affirme avoir la bombe H, les États-Unis, avec leurs alliés européens et japonais, ont annoncé lundi négocier de nouvelles sanctions sévères de l'ONU contre la Corée du Nord. Mais la position de Pékin et Moscou, dotés d'un droit de veto, reste incertaine.


«La Corée du Nord reste un sujet de préoccupation à court terme, mais la réunion du comité de politique monétaire de la Banque centrale européenne, qui rendra son verdict jeudi, dispose d'un potentiel» pour faire bouger le marché «bien supérieur», ont également noté les analystes de Aurel BGC.


Les ventes de voitures neuves ont reculé de 6,4% en août sur un an au Royaume-Uni, soit le cinquième mois consécutif de baisse.


4. Agenda


Aux États-Unis, il y aura publication des nouvelles commandes manufacturières de juillet. Trois dirigeants de la Réserve fédérale prononceront aussi une allocution en cours de journée.


Au Canada, il n'y a aucune statistique avant mercredi, jour où la Banque du Canada fera connaître sa décision à propos des taux d'intérêt.


5. Titres en actions



Steve Arthur, de RBC Marchés des capitaux, hausse légèrement sa cible pour le titre de BRP(DOO, 40,81$) après que le fabricant de produits récréatifs eut dévoilé des résultats qu’il juge solides à son deuxième trimestre. Les perspectives pour l’exercice demeurent inchangées, note-t-il. L’action a affiché une hausse marquée de 44% à ce jour en 2017, mais elle demeure raisonnablement valorisée, estime l’analyste. Il réitère sa recommandation surperformance et sa cible passe de 43$ à 44$.


Scott Chan, de Canaccord Genuity, fait le bilan des résultats des banques canadiennes après la publication de leurs résultats du troisième trimestre. Celles-ci demeurent résilientes, comme le montre la croissance de 8% de leur bénéfice par action. Cela dit, l’analyste continue de croire que les craintes à propos d’une correction immobilière devront s’estomper avant que les investisseurs ne retrouvent leur appétit pour les titres du secteur. L’analyste n’a pas changé ses recommandations à la suite des résultats. Il continue de privilégier la Banque TD(TD, 67,50$), pour laquelle il a une cible de 74$. Il recommande aussi l’achat de la Nationale, et de la Laurentienne, mais est neutre à l’égard de la BMO et de la Royale.


Maxim Sytchev, de la Financière Banque Nationale, fait passer sa cible pour le titre de Toromont Industries(TIH, 53,07$) de 55$ à 60$, dans la foulée de l’acquisition de l’entreprise québécoise Hewitt, pour 1G$. L’analyste se penche sur cette transaction importante, qui devrait procurer un élan de croissance au locateur d’équipements lourds pendant plusieurs années. L’analyste fait le pari que les activités de Hewitt vont rebondir dans les 24 prochains mois, grâce aux investissements dans les infrastructures du gouvernement du Québec et au retour des projets miniers comme celui de Champion Minerals. M. Sytchez fait passer le ratio cours/bénéfice qu’il accorde au titre de 20 à 22 fois le bénéfice prévu, d’où sa nouvelle cible de 60$. Il réitère sa recommandation surperformance.


Au sud de la frontière, le fabricant de matériel informatique Hewlett Packard(HPE, 14,05$US) dévoile ses résultats du troisième trimestre. Les analystes attendent un bénéfice de 0,26$US par action.


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

Téléphones intelligents: nouvelles perspectives de croissance

INFOGRAPHIE. Avec les récents lancements d'Apple ou Samsung, les livraisons ne devraient pas ralentir. Au contraire.

10 choses à savoir vendredi

Après Equifax, la Banque Nationale, comment enrager la police avec votre iPhone, et Volvo, ce Spotify de l'automobile.

À la une

Pourquoi le Château Laurier a mesuré son empreinte sociale

BLOGUE. Le Château Laurier est la première entreprise québécoise à mesurer son empreinte sociale.

Rumeurs de fusion: Siemens tourne le dos à Bombardier

Après des rumeurs de rapprochement avec Bombardier, Siemens se tourne vers Alstom.

«Les technologies ne servent à rien si les employés les ignorent»

CONFÉRENCE. L'usine 4.0 c'est bien beau, à condition d'intégrer les technologies dans la culture de l'entreprise.