Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 21/08/2018 à 06:51, mis à jour le 21/08/2018 à 07:03

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 21/08/2018 à 06:51, mis à jour le 21/08/2018 à 07:03

Le PDG de Tesla, Elon Musk. (Photo: Getty)

La Bourse de New York pointe vers une ouverture en hausse, mardi matin, les investisseurs restant optimistes à la veille de la reprise du dialogue commercial entre les États-Unis et la Chine dont l'issue reste incertaine.


Selon les contrats à terme sur les indices new-yorkais, le Dow Jones est attendu en hausse de 0,21% à 25 811 points, le Nasdaq en progression de 0,26% à 7406,25 points, et le S&P 500 en avance de 0,17% à 2863,25 points.


Contexte


Avec ce début de semaine calme, les remous géopolitiques sont particulièrement scrutés et notamment l'arrivée d'une délégation chinoise de haut niveau aux États-Unis.


Mercredi et jeudi, des discussions sont prévues entre le vice-ministre du Commerce chinois Wang Shouwen et le sous-secrétaire américain au Trésor chargé des affaires internationales, David Malpass.


C'est la première fois que le dialogue est renoué depuis juin, alors que ces dernières semaines, les deux pays se répondent à coups de taxes à l'importation sur de nombreux produits.


 «Il faut garder à l'esprit que le dialogue peut ne déboucher sur rien», prévient David Madden, analyste de CMC Markets.


«Il semblerait que les investisseurs soient plus optimistes que les politiciens», à ce sujet, a-t-il ajouté.


Le dialogue doit débuter quelques heures après l'imposition par l'administration américaine de nouveaux droits de douane sur 16 milliards de dollars de produits chinois.


«Après le rebond de la veille en Europe, les marchés devraient végéter sans grande tendance, dans l'attente de l'ouverture du symposium de Jackson Hole, rendez-vous habituel des marchés à la fin août», notent les courtiers d'Aurel BGC.


Le symposium qui se profile survient par ailleurs dans l'ombre de la crise turque.


Les relations entre Ankara et Washington sont au plus bas, en raison notamment de la détention en Turquie pendant un an et demi d'un pasteur américain, désormais assigné à résidence.


Les États-Unis ont notamment doublé les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium turcs tandis qu'en représailles Ankara a relevé ses taxes sur plusieurs produits américains.


La crise a particulièrement affecté la livre turque qui a perdu 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année.


Lundi, la banque centrale turque a annoncé la signature d'un accord d'échanges de devises avec le Qatar pour un montant maximal de 3 milliards de dollars, relâchant un peu la pression sur la devise.


À l'étranger


Les Bourses chinoises ont fini en hausse mardi pour la deuxième séance d'affilée, notamment portées par les valeurs technologiques, dans l'attente de la reprise prévue mercredi du dialogue commercial sino-américain.


Les Bourses ont suivi la même tendance que Wall Street qui a clôturé lundi soir dans le vert, les marchés profitant d'un vent optimiste avant la rencontre mercredi et jeudi entre le vice-ministre du Commerce chinois Wang Shouwen et le sous-secrétaire américain au Trésor chargé des affaires internationales, David Malpass.


C'est la première fois que le dialogue est renoué depuis juin. Ces dernières semaines, les deux pays se sont imposés mutuellement des droits de douane sur des milliards de dollars de marchandises.


Selon le Wall Street Journal, ces pourparlers visent à apaiser le différend commercial avant un sommet en novembre entre le président Donald Trump et le président chinois Xi Jinping.


Les discussions doivent débuter au moment où l'administration américaine prévoit d'imposer de nouveaux droits de douane sur 16 milliards de dollars de produits chinois.


«Au vu du peu de progrès observés dans les discussions entre la Chine et les Etats-Unis ces six derniers mois, les attentes des investisseurs restent mesurées», tempère Tai Hui, analyste chez JP Morgan Asset Management.


«La reprise des discussions est une bonne nouvelle, c'est pourquoi le marché réagit positivement. Pour autant, un accord durable qui mettrait fin aux tensions semble encore improbable», ajoute-t-il.


«Si la proposition précédente de Pékin d'acheter des produits américains et d'ouvrir un peu plus ses marchés ne convaint pas les États-Unis d'amorcer une désescalade, la Chine devra faire preuve de plus d'inventivité pour arriver à un compromis», avance-t-il.


À l’agenda 


Du côté des indicateurs, l'agenda était dégarni.


Les investisseurs attendent le début du symposium de Jackson Hole qui réunit banquiers centraux et économistes dans le Wyoming aux États-Unis, à partir de jeudi. Le patron de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell doit s'y exprimer vendredi.


Le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed sera par ailleurs publié mercredi.


 


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une

Marier croissance et pénurie de main-d'oeuvre

Édition du 10 Novembre 2018 | Jean-François Venne

Fondé en 1976 à Thetford Mines, mais installé à Disraeli depuis 1982, Nutech se spécialise dans l'usinage de ...

Bourse: Wall Street plonge à la clôture

Mis à jour le 12/11/2018 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les grands coupables de ce recul sont Apple et Goldman Sachs.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

12/11/2018 | LesAffaires.com et AFP

«Les facteurs baissiers sont nombreux.»