Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 19/06/2017 à 06:05, mis à jour le 19/06/2017 à 07:33

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 19/06/2017 à 06:05, mis à jour le 19/06/2017 à 07:33

Par lesaffaires.com

Photo: Shutterstock

1-Le début de semaine s'annonce positif à Wall Street, les investisseurs retrouvant un ton optimiste en dépit de l'absence d'indicateurs économiques ou de développement majeurs.


2-Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq s'élèvent de respectivement 0,30%, 0,34% et 0,68% dans les négociations précédant l'ouverture officielle. Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, monte de 0,30% à 47,51$US.


3-À l’étranger, les marchés asiatiques ont terminé en hausse. La Bourse de Hong Kong, éprouvée la semaine dernière, a gagné 1,16%. La Bourse de Shanghai a pris 0,70% et celle de Tokyo, 0,62%.


En Europe à la mi-séance, les principales Bourses s'affichent en hausse à la mi-séance. L'indice CAC 40 de la Bourse de Paris gagne 0,88%, le DAX de Francfort prend 0,73% et à Londres, le FTSE 100 monte de 0,48%.


«Cette semaine, les marchés vont être livrés à eux-mêmes. Il n’y aura pas de publication, pas d’indicateur économique majeur, pas de réunion de banque centrale», relèvent les gestionnaires de Barclays Bourse dans une note.


«Par défaut et tant que Wall Street résiste, un biais haussier paraît probable en Europe, dont les indices pourraient tenter de revenir vers leurs sommets après une phase de consolidation ces dernières semaines», estime de son côté le courtier Aurel BGC.


La seule actualité était politique, alors que le parti du président Emmanuel Macron a obtenu dimanche une des plus larges majorités parlementaires de la Ve République lors des législatives françaises.


À l'inverse, la Première ministre Theresa May se retrouve «dans une posture très délicate», selon le courtier Aurel BGC, après que son parti a perdu la majorité absolue aux législatives.


L'incertitude quant à l'avenir de la dirigeante britannique pourrait peser sur les négociations du Brexit qui démarrent ce lundi à Bruxelles, les Européens craignant que la fragilité du gouvernement de Theresa May ne complique ces tractations.


4-L'agenda économique est dégarni des deux côtés de la frontières. Seuls les discours de deux hauts dirigeants de la Réserve fédérale américaine, Charles Evans de la Fed de Chicago et William Dudley, de la Fed de New York, seront suivis.


5-Parmi les titres en action,


Un investisseur activiste a pris une participation de 4,3% dans La Baie(Tor., HBC) afin de faire pression sur la direction du détaillant torontois pour qu’il évalue différentes options favorables aux actionnaires, dont la fermeture du capital ou la mise en valeur de son vaste parc immobilier. Land & Buildings Investisment Management LLC a expédié une lettre qui, espère la firme activiste, sera remise au conseil d’administration lundi. Celle-ci fait valoir que le parc immobilier de La Baie vaut 4 fois ce que le marché lui accorde, selon la lettre dont le Wall Street Journal a obtenu une copie.


Neil Maruoka, de Canaccord Genuity, maintient sa recommandation d’achat pour le titre de la biopharmaceutique lavalloise ProMetic Sciences de la Vie(Tor., PLI) même si l’entreprise a annoncé une nouvelle émission d’actions de 53,1M$. Cette transaction, bien qu’ayant un effet de dilution, renforce le bilan de ProMetic, estime l’analyste. L’entreprise aura ainsi approximativement 125,7M$ à sa disposition, ce qui lui assure environ 15 mois de liquidités en fonction des fonds qu’elle utilise en ce moment. L’analyste abaisse sa cible, la faisant passer de 4,75$ à 4,50$.


Groupe MTY(Tor., MTY) complète l’acquisition d’une participation de 80% des actifs des chaînes de restaurants Houston Avenue Bar & Grill et Industria Pizeria + Bar. Les propriétaires actuels conserveront une participation de 20% dans l’entreprise et continueront de gérer les deux marques.


Cascades(Tor., CAS) fait son entrée dans l'indice S&P/TSX aujourd'hui. À lire, l'analyse de Dominique Beauchamp.


Les analystes se penchent sur la transaction annoncée entre Amazon(Nasdaq, AMZN) et Whole Foods Markets(Nasdaq, WFM) vendredi. Pour Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale, même si cette transaction a des implications importantes à long terme, elle n’empêchera pas les épiciers canadiens d’accroître leurs bénéfices sur un horizon de moyen terme(5 ans). M. Shreedhar souligne que Whole Foods est un petit acteur au Canada, avec seulement 13 magasins dont les recettes sont évaluées à 300-350M$US. L’entreprise est établie au pays depuis 2002 et n’a pas réussi à imposer une présence importante au pays par l’ouverture de nouveaux magasins. Une acquisition serait nécessaire pour permettre à Whole Foods d’accélérer sa présence, mais il n’y a pas de cible évidente. De l’avis de M. Shreedhar, Loblaw(Tor., L) est l’épicier le mieux placé pour s’adapter à l’arrivée d’Amazon dans son créneau, tout simplement en raison de sa taille.


Après avoir chuté de 4,6% vendredi dans la foulée de l’annonce de l’acquisition de Whole Foods Markets(Nasdaq, WFM) par Amazon(Nasdaq, AMZN), Wal-Mart(WMT, 75,55$US) prend du mieux lundi. Le titre monte de 0,41% dans les négociations précédant l’ouverture officielle.


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

10 choses à savoir jeudi

Amazon révèle le site de son HQ2, de la pub dans votre prochaine auto, ce gratte-ciel de 70 étages est tout en bois!

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour à 08:04

Wall Street hésite, Bombardier retirée d'une liste de titres favoris, Loblaw et CIBC dépassent les attentes.

À la une

Stornoway réglera ses problèmes de bris de diamants en 2018

Il y a 43 minutes | François Normand

«C’est notre tâche de l’amener à un niveau acceptable, et c’est l’année pour le faire», dit Matt Manson.

Gildan rationalise pour financer son virage en ligne

Frappé par la crise des détaillants, le roi des t-shirts regroupe deux divisions pour fouetter sa performance.

Classement minier: le Québec remonte au deuxième rang canadien

Le Québec reprend ainsi la place que lui avait ravie l’année précédente le Manitoba.