Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 10/01/2018 à 06:23, mis à jour le 10/01/2018 à 08:03

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 10/01/2018 à 06:23, mis à jour le 10/01/2018 à 08:03

Photo: 123rf.com

1. Contexte


Phénomène rare depuis plusieurs semaines, la Bourse américaine se dirige vers une baisse à l'ouverture mercredi. Il faut dire que les indices ont démarré l'année sur les chapeaux de roue. Par ailleurs, des craintes à propos de la hausse du taux de rendement de l'obligation américaine 10 ans émergent. Le taux a atteint son plus haut depuis mars, dépassant 2,5%.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq reculent de respectivement 0,35%, 0,42% et 0,55% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, monte de 0,54% à 69,19$US.


3. À l'étranger


En Asie, l'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a gagné 0,20% et se trouve désormais à moins de 900 points de son record historique d'octobre 2007. À Shanghai, l'indice composite a pris 0,24%. Pour sa part, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a reculé de 0,26%.


Du côté des indicateurs, la Chine a vu son indice des prix à la consommation, jauge de l'inflation dans le pays, légèrement accélérer en décembre (+1,8% sur un an), enregistrant sur l'ensemble de 2017 une progression de 1,6%, très en deçà du niveau cible d'environ 3% que s'était fixé Pékin.


En Europe, les principaux indices battent en retraite. Le CAC 40 de Paris se déleste de 0,39% et le DAX de Francfort, de 0,84%. Le FTSE 100 de Londres est pour sa part au neutre.


«La montée des indices se poursuit, malgré quelques signaux négatifs qui apparaissent sur les marchés, à l'instar de la hausse du taux de rendement du 10 ans américain», a dit dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.


Le danger pourrait en effet venir du marché obligataire après une nette appréciation des taux américains à long terme. Par ailleurs, la Banque du Japon (BoJ) a pris de court les investisseurs en annonçant mardi une légère réduction de ses achats mensuels d'obligations à long terme.


«Après l'accélération sur les taux hier aux Etats-Unis, les rendements européens sont également poussés à la hausse. Si l'euro ne poursuit pas sa décrue face au dollar et que les taux prennent un biais de plus en plus haussier, la progression des marchés actions pourrait caler à court terme», ont ainsi estimé les stratégistes du courtier Aurel BGC. 


«Concrètement, l'horizon économique ainsi que les perspectives de marché s'avèrent extrêmement bonnes en ce début d'année. Cela n'exclut pas bien évidemment une consolidation du marché alors que le CAC 40 est à l'assaut des niveaux de janvier 2008», a résumé M. Dembik.


4. Agenda


À l'agenda économique américain ce mercredi, les prix des exportations et des importations de décembre, ainsi que les stocks de grossistes de novembre. Les présidents de la Fed de Chicago et de St-Louis, Charles Evans et James Bullards, prononcent des allocutions.


Du côté canadien, seuls les permis de bâtir de novembre sont attendus.


5. Titres en action


Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, bonifie sa recommandation et sa cible pour le titre du fournisseur de pièces automobiles Uni-Sélect(UNS, 26,55$). L’analyste fait passer sa recommandation d’achat à choix préférentiel(top pick), ainsi que sa cible de 34$ à 37$. M. Poirier note que le titre de la société bouchervilloise n’a pas profité de l’élan lié au temps froid qui a soulevé les sociétés comparables américaines. Uni-Sélect a reculé de 7% à ce jour en 2018, tandis que le secteur a plutôt pris 7%. Or, il s’attend à ce que le temps froid soit favorable à Uni-Sélect dans ses principaux marchés. Il se tourne par ailleurs vers 2019 pour ses prévisions de revenus et bénéfices, d’où le nouveau cours-cible.


Steve Arthur, de RBC Marchés des capitaux, réitère sa recommandation neutre et sa cible de 5,25$US pour le titre d'Exfo(EXF à Toronto et EXFO au Nasdaq, 4,45$US), au lendemain de la publication de résultats du premier trimeste conformes à ses attentes. Il souligne que la société de Québec vise accroître son bénéfice d'exploitation de plus de 10% au cours de l'exercice 2018, à 26M$US. Ce résultat exclut l'acquisition d'Astellia. La société mettra par ailleurs l'accent sur le remboursement de sa dette une fois la transaction complétée.


Cogeco Communications(CCA, ) dévoile ses résultats du premier trimestre après la fermeture des Bourses. Les analystes visent un bénéfice d’exploitation de 250,57M$, sur des revenus de 558,22M$. L'entreprise tient par ailleurs son assemblée annuelle jeudi matin à Montréal.


Au sud de la frontière, Lennar(LEN, 63,50$US), deuxième plus important fabricant de maisons américain, a dévoilé des revenus supérieurs aux attentes tandis qu’il a vendu davantage de maisons à des prix plus élevés. Il a aussi indiqué que les commandes avaient augmenté de 11,5%. Le titre recule néanmoins de 4,75% à 63,50$US dans les négociations précédant l’ouverture officielle, car le bénéfice par action a été inférieur aux prévisions.


 


 


 



image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Apple veut permettre la géolocalisation des appels d'urgence sur les cellulaires

Apple veut aider le système archaïque de traitement des appels d'urgence des États-Unis à ...

10 choses à savoir mardi

12/06/2018 | Alain McKenna

Ce qu'Hydro-Québec devrait exporter aux États-Unis, Metro livre partout le même jour, ce vélo sans pédale fait courir!

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...