Une recommandation d’analyste fait grimper l’action de BlackBerry de 13 %

Publié le 04/02/2013 à 13:49, mis à jour le 04/02/2013 à 13:50

Une recommandation d’analyste fait grimper l’action de BlackBerry de 13 %

Publié le 04/02/2013 à 13:49, mis à jour le 04/02/2013 à 13:50

Par lesaffaires.com

Au lendemain du Super Bowl durant lequel BlackBerry a présenté la première publicité télévisée de son appareil Z10, l’action de l’entreprise canadienne s’est enflammée, prenant 13 %.


La publicité n’a cependant rien à voir avec l’engouement des investisseurs. Il faut plutôt aller chercher du côté des analystes financiers. Celui de la firme de courtage Bernstein a fait une recommandation favorable sur le titre de Blackberry, auquel il a attribué la note de «Surperformance de marché». Bernstein n’avait pas accordé cette note depuis trois ans au fabricant de téléphones intelligents.


«Nous avons rehaussé la cote de BlackBerry car nous croyons que le BB 10 est parti pour connaître un solide départ, a expliqué Pierre Furragu à une note envoyée à ses clients. Même si l’avenir à long terme de la plateforme est incertain, tout semble en place pour que le nouveau BlackBerry connaisse un bon début»


L’analyste a haussé son cours cible sur le titre, le faisant passer de 12 $ à 22 $. En milieu de journée, le prix de l’action avait gagné 12,9 % par rapport au prix de fermeture de vendredi. À 13h30, l’action cotait à 14,69 $ à la Bourse de Toronto.


A partir d’aujourd’hui, le symbole Boursier de BlackBerry est BB à Toronto et BBRY à la Bourse Nasdaq.


 

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

À surveiller: Apple, Facebook et Zynga

Que faire avec les titres de Apple, Facebook et Zynga? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de ...

Équipe économique du PLQ: des tensions sociales se dessinent

23/04/2014 | François Pouliot

BLOGUE.Que choisira-t-on: les engagements du programme électoral ou une compression des salaires des employés de l'État?

Les prochains 10 000 ou pourquoi nos start-ups ont besoin de plus d’ingénieurs

Le texte qui suit est signé par Louis-Philippe Maurice, pdg de Busbud, une start-up montréalaise ...