Une embûche de taille à déjouer pour la vente de Tembec

Publié le 14/07/2017 à 15:09, mis à jour le 14/07/2017 à 15:54

Une embûche de taille à déjouer pour la vente de Tembec

Publié le 14/07/2017 à 15:09, mis à jour le 14/07/2017 à 15:54

Le plus important actionnaire de Tembec (TMB) a l'intention de voter contre l'offre de 807 millions $ US de Rayonier Advanced Material visant à avaler la compagnie forestière québécoise.


À moins qu'elle ne soit bonifiée, l'offre visant à avaler Tembec sera rejetée par le plus important actionnaire de la compagnie forestière québécoise.


Dans une lettre envoyée aux actionnaires et conseils d'administration des deux entreprises, Oaktree Capital Management LP estime que les porteurs de titres de Tembec n'obtiennent pas une juste valeur.


Cette firme d'investissement établie à Los Angeles détient 19 millions d'actions de l'entreprise québécoise, soit près de 20 pour cent des titres en circulation.


«Bien que nous apprécions la stratégie d'un regroupement entre Tembec et Rayonier, nous croyons que l'offre actuelle de Rayonier a sous-évalué Tembec de façon significative», écrit le directeur général et gestionnaire de portefeuille chez Oaktree, Patrick McCaney.


Il ajoute que Tembec pourrait générer davantage de valeur pour ses actionnaires en demeurant une société indépendante.


Le 25 mai dernier, Rayonier Advanced Material offrait 4,05 $ CAN ou 0,2302 action de Rayonier pour chaque action de Tembec. La transaction évaluée à 807 millions $ US tient compte de la dette de Tembec.


Il s'agissait d'une prime de 37 pour cent. Elle était toutefois inférieure au prix actuel de l'action de Tembec, qui, en fin d'après-midi, s'établissait à 4,25 $ à la Bourse de Toronto.


Tembec n'a pas voulu commenter la lettre envoyée par Oaktree Capital Management. Rayonier Advanced Material n'avait pas répondu aux questions envoyées par La Presse canadienne.


La société de Jacksonville, en Floride, qui compte 1200 employés, se spécialise dans la cellulose de grande pureté _ un polymère naturel que l'on retrouve habituellement dans les téléphones cellulaires, les écrans d'ordinateur ainsi que les produits pharmaceutiques.


M. McCaney affirme que cette acquisition est importante pour Rayonier Advanced Material étant donné qu'elle pourrait faire face à un avenir difficile si elle ne peut ajouter les activités de Tembec. Il estime que l'entreprise floridienne se trouve dans un secteur en déclin.


 «Nous estimons qu'une offre plus juste est nécessaire et appropriée», fait valoir M. McCaney.


En mettant la main sur Tembec, Rayonier Advanced Material pourra bonifier ses activités de cellulose, complémentaires à celles de la société québécoise, tout en se diversifiant avec l'ajout des secteurs des produits forestiers, des pâtes et des papiers.


Une assemblée est prévue à Montréal le 27 juillet pour voter sur l'offre de l'entreprise américaine.


Cette sortie d'Oaktree Capital Management survient alors que la firme de services aux actionnaires Institutional Shareholder Services (ISS) suggérait aux actionnaires de la forestière québécoise d'accepter l'offre de Rayonier Advanced Material.


«La contrepartie avec prime proposée assure aux actionnaires la souplesse voulue pour participer aux possibilités de croissance résultant de la combinaison des entreprises», explique la firme. 


Tembec compte quelque 3000 employés répartis au Québec, en Ontario ainsi qu'en France. Ses recettes annuelles sont estimées à environ 1,5 milliard $.


En entretien avec Les Affaires, le président et chef de la direction de Tembec avait admis que la dette de l’entreprise représentait «un défi», et qu’elle limitait la stratégie de croissance à long terme de Tembec, en l’empêchant de faire des acquisitions aux États-Unis. (Re)lire La dette de Tembec fait perdre un siège social.




image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Sommet Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

À la une

Big Brother est québécois

Dans le 1984 d’Orwell, Big Brother est fictif. En 2017, c’est une technologie québécoise bien réelle.

Le dollar canadien a monté vite, peut-être trop vite

Le huard se hisse à 80 cents US, mais plusieurs observateurs croient que l'ascension a été trop rapide.

Les pièges à aubaine font mal!

BLOGUE INVITÉ. Dure journée pour certains investisseurs dans la vente au détail. Attention aux mirages d'aubaine!