SNC Lavalin et Holtec s'allient pour la fermeture de réacteurs nucléaires

Publié le 18/07/2018 à 16:42

SNC Lavalin et Holtec s'allient pour la fermeture de réacteurs nucléaires

Publié le 18/07/2018 à 16:42

[Photo: 123RF]

Groupe SNC-Lavalin a décidé de s'allier à Holtec International afin de mettre sur pied une coentreprise dans le but de se tailler une place dans le secteur de la mise hors service de centrales nucléaires fermées.


Les deux entreprises, qui ont annoncé leurs intentions mercredi, n'ont toutefois pas dévoilé les termes de l'entente, comme l'ampleur de leur participation dans le partenariat ainsi que l'investissement effectué.


Cette coentreprise, qui portera le nom de Comprehensive Decommissioning International, sera établie à Camden, au New Jersey.


La firme québécoise de génie-conseil estime que ce partenariat lui permettra de mettre à profit son expertise canadienne dans ce secteur ainsi que celle acquise par l'entremise de l'achat de la britannique WS Atkins en 2017 pour 3,5 milliards $.


«Ils ont des équipes spécialisées autant aux États-Unis qu'au Royaume-Uni dans la mise hors service ainsi que la décontamination», a expliqué le président des activités d'énergie nucléaire de SNC-Lavalin, Sandy Taylor, au cours d'un entretien téléphonique, depuis Oak Ridge, au Tennessee.


De son côté, Holtec, qui a été fondée en 1986 et qui est établie en Floride, se spécialise surtout dans la gestion de combustible nucléaire irradié.


Son président et chef de la direction, Kris Singh, croit que la coentreprise serait en mesure de se démarquer en étant en mesure de procéder à des mises hors service de centrales fermées très rapidement.


«Nous mettrons à profit notre savoir-faire en matière de transport et de stockage de combustible irradié, maintenant utilisé par 110 réacteurs nucléaires partout dans le monde», a-t-il souligné, par voie de communiqué.


Un marché lucratif


SNC-Lavalin et Holtec affirment que la mise hors service de centrales nucléaires est devenue un marché à croissance rapide dont la valeur devrait atteindre 14 milliards $ US au cours des 10 prochaines années.


Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, a souligné, dans une note, que six réacteurs avaient cessé leurs activités au sud de la frontière depuis 2013 et que huit autres sites devraient subir le même sort d'ici 2025.


En 2016, il y avait 99 centrales nucléaires aux États-Unis, selon le rapport de l'analyste.


«Cela crée de nouvelles occasions par rapport aux activités traditionnelles du secteur nucléaire, où l'on construit le réacteur pour ensuite épauler l'exploitant», a expliqué M. Taylor.


D'après l'Agence d'information sur l'énergie des États-Unis, la mise hors service des centrales implique l'élimination des déchets nucléaires ainsi que des équipements et installations décontaminés afin de réduire la radioactivité, ce qui fait grimper les coûts par rapport à d'autres centrales. 


«À titre d'exemple, la mise hors service de la centrale de Crystal River, en Floride, en 2013, était estimée à 1,2 milliard $ US», a écrit M. Poirier.


Au premier trimestre terminé le 31 mars, les activités du secteur nucléaire de SNC-Lavalin ont généré des recettes de 230 millions $, soit environ 9,5 pour cent du chiffre d'affaires trimestriel de 2,43 milliards $.


En 2015, SNC-Lavalin avait élargi ses activités dans le secteur nucléaire en mettant la main sur les activités des réacteurs Candu d'Énergie atomique du Canada pour la somme de 15 millions $.


Annonces en 2018? 


D'après M. Taylor, Comprehensive Decommissioning International devrait rapidement soumissionner sur des appels d'offres au sud de la frontière dans l'espoir d'annoncer des contrats dès cette année. 


La partie n'est toutefois pas gagnée d'avance, puisque d'autres grandes entreprises, comme l'américaine Energy Solutions et la française Orano _ anciennement connue sous le nom Areva _ se spécialisent également dans ce secteur.


«La concurrence est assez féroce», a convenu M. Taylor. 


À la Bourse de Toronto, l'action de SNC-Lavalin a clôturé à 56,93 $, en baisse de 70 cents, ou 1,21 pour cent.


 


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.