Qui pourrait acheter les activités québécoises d'Ultramar?

Publié le 02/10/2012 à 12:52, mis à jour le 03/10/2012 à 23:47

Qui pourrait acheter les activités québécoises d'Ultramar?

Publié le 02/10/2012 à 12:52, mis à jour le 03/10/2012 à 23:47

Par Yannick Clérouin

Ultramar est bien implantée au Québec. Elle pourrait intéresser plus d'un acteur indépendant. Photo: Bloombeerg

Le retrait d’un autre géant pétrolier de la vente au détail d’essence pourrait créer des occasions d’affaires pour des distributeurs québécois.


Après Shell, c’est au tour de Valero Energy, qui exploite le réseau de stations-service Ultramar au Québec, à mettre en vente ses activités de détail en Amérique du Nord, dont celles au Canada, a dévoilé l'agence Reuters le 27 septembre.


Ultramar, dont le siège social est établi à Montréal, exploite 380 stations-service et fournit de l’essence à 410 détaillants indépendants au pays. Elle livre également du mazout domestique à près de 140 000 clients.


Lundi, LesAffaires.com rapportait que le distributeur indépendant de produits pétroliers Paquet profitait du retrait progressif des géants du secteur dans la province pour croître et se faire une place sur le marché du détail. «Les pétrolières sortent de la distribution au Québec et ça laisse la place à des indépendants comme nous qui peuvent être plus efficaces», a dit en entrevue Simon Paquet, un des associés de l’entreprise.


Ainsi, vingt-sept stations-service OLCO de la grande région de Québec passeront sous l'enseigne Paquet au cours des prochaines semaines.


Lisez: Stations-service: le distributeur indépendant Paquet fait une percée à Québec


«C'est compréhensible qu'il y ait un désengagement des grosses pétrolières dans la vente au détail d'essence. Le secteur est très compétitif et les marges de profit peu élevées. Les pétrolières cherchent à maximiser la valeur de leurs actifs à un moment opportun», observe Pierre-Olivier Pineau, professeur agrégé spécialisé en énergie à HEC Montréal. À long terme, la diminutation de la consommation d'essence en Amérique du Nord représente une menace pour les distributeurs d'essence, dit M. Pineau.


Simon Paquet, qui est également président du conseil d’administration de l’Association québécoise des indépendants du pétrole, croit que la vente des activités de Valero sera suivie de près par les acteurs québécois du secteur.


«Les sociétés indépendantes du secteur vont certainement avoir un intérêt pour acheter certaines parties des activités québécoises de Valero qui sont mises en vente», a-t-il dit mardi à LesAffaires.com


Couche-Tard dans la course?



image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

Cannabis: Couche-Tard ne recule pas

19/09/2017 | Martin Jolicoeur

La chaîne lavalloise n'entend pas laisser tomber ses représentations afin de pouvoir vendre du cannabis à sa clientèle.

10 choses à savoir jeudi

14/09/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

Ce robot pourrait remplacer Kent Nagano. La fin des dépanneurs dès 2018? Le jeu vidéo canadien et la réalité augmentée.

À la une

«C'est une des choses qui tuent les studios de jeux vidéo»

25/09/2017 | Denis Lalonde

Voici la réalité des studios indépendants, ou indies, dans le jargon de l'industrie...

Sans le savoir, ce PDG québécois vient de se lancer un ultimatum

Édition du 16 Septembre 2017 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. J'ai une suggestion pour le patron de ProMetic, qui juge son entreprise sous-évaluée...

Le Québec, terreau fertile pour un leader populiste?

25/09/2017 | Olivier Schmouker

Aujourd'hui, 2 Québécois sur 3 se disent prêts à voter pour un leader populiste, selon un sondage Crop-Cogeco.