Qui pourrait acheter les activités québécoises d'Ultramar?

Publié le 02/10/2012 à 12:52, mis à jour le 03/10/2012 à 23:47

Qui pourrait acheter les activités québécoises d'Ultramar?

Publié le 02/10/2012 à 12:52, mis à jour le 03/10/2012 à 23:47

Par Yannick Clérouin

Ultramar est bien implantée au Québec. Elle pourrait intéresser plus d'un acteur indépendant. Photo: Bloombeerg

Le retrait d’un autre géant pétrolier de la vente au détail d’essence pourrait créer des occasions d’affaires pour des distributeurs québécois.


Après Shell, c’est au tour de Valero Energy, qui exploite le réseau de stations-service Ultramar au Québec, à mettre en vente ses activités de détail en Amérique du Nord, dont celles au Canada, a dévoilé l'agence Reuters le 27 septembre.


Ultramar, dont le siège social est établi à Montréal, exploite 380 stations-service et fournit de l’essence à 410 détaillants indépendants au pays. Elle livre également du mazout domestique à près de 140 000 clients.


Lundi, LesAffaires.com rapportait que le distributeur indépendant de produits pétroliers Paquet profitait du retrait progressif des géants du secteur dans la province pour croître et se faire une place sur le marché du détail. «Les pétrolières sortent de la distribution au Québec et ça laisse la place à des indépendants comme nous qui peuvent être plus efficaces», a dit en entrevue Simon Paquet, un des associés de l’entreprise.


Ainsi, vingt-sept stations-service OLCO de la grande région de Québec passeront sous l'enseigne Paquet au cours des prochaines semaines.


Lisez: Stations-service: le distributeur indépendant Paquet fait une percée à Québec


«C'est compréhensible qu'il y ait un désengagement des grosses pétrolières dans la vente au détail d'essence. Le secteur est très compétitif et les marges de profit peu élevées. Les pétrolières cherchent à maximiser la valeur de leurs actifs à un moment opportun», observe Pierre-Olivier Pineau, professeur agrégé spécialisé en énergie à HEC Montréal. À long terme, la diminutation de la consommation d'essence en Amérique du Nord représente une menace pour les distributeurs d'essence, dit M. Pineau.


Simon Paquet, qui est également président du conseil d’administration de l’Association québécoise des indépendants du pétrole, croit que la vente des activités de Valero sera suivie de près par les acteurs québécois du secteur.


«Les sociétés indépendantes du secteur vont certainement avoir un intérêt pour acheter certaines parties des activités québécoises de Valero qui sont mises en vente», a-t-il dit mardi à LesAffaires.com


Couche-Tard dans la course?


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Cook it fait son entrée chez Couche-Tard

16/11/2017 | Matthieu Charest

Dès le 23 novembre prochain, les boîtes de repas frais vont débarquer chez les dépanneurs.

La quatrième révolution de Couche-Tard

Édition du 11 Novembre 2017 | Yannick Clérouin

ENTREVUE. Il y a un Big Bang dans l'univers du détail. Voici la transformation que prépare Alain Bouchard.

À la une

Air Miles a pu nuire à certains détaillants partenaires

Si un programme de fidélité peut contribuer, comme on le prétend, à accroître les ...

Les champions de l'expérience client

Édition du 25 Novembre 2017 | Martin Jolicoeur

Les détaillants qui savent exploiter le plaisir des sens offrent la meilleure expérience à leur clientèle. C'est du ...

Xbox One X : l'occasion ratée de Microsoft?

BLOGUE. En un mot : Cortana à l'ère de la maison connectée.