La Fed relève ses taux pour maîtriser une économie dopée

Publié le 21/03/2018 à 15:48

La Fed relève ses taux pour maîtriser une économie dopée

Publié le 21/03/2018 à 15:48

Par AFP

La Banque centrale américaine (Fed), réunie pour la première fois sous la houlette de Jerome Powell, a sans surprise relevé ses taux d'intérêt mercredi pour éviter la surchauffe d'une économie dopée par les mesures de l'administration Trump et qui devrait croître à un rythme plus rapide que prévu, s'approchant ainsi de l'objectif du président américain.


Le Comité monétaire de la Banque centrale (FOMC) a augmenté ses taux d'un quart de point de pourcentage (0,25%) pour les faire évoluer dans la fourchette de 1,50% à 1,75%, a-t-il indiqué sans mentionner dans ses attendus  le stimulus budgétaire des réductions d'impôts. 


Cette décision, prise à l'unanimité, était attendue puisque Jerome Powell, qui a succédé en février à Janet Yellen, avait récemment déclaré devant le Congrès: il y aura "d'autres hausses des taux graduelles" vu "la croissance économique forte" dopée par "une politique budgétaire devenue plus stimulante".


Alors que les analystes s'attendaient à ce que la banque centrale augmente ses prévisions de hausses pour le reste de l'année, les participants au Comité monétaire ne projettent toujours que deux relèvements de plus en 2018 après celui de mercredi.


S'agissant des prévisions de croissance, la Fed se montre plus optimiste que lors de ses prévisions de décembre. Elle table désormais sur un produit intérieur brut (PIB) en progression de 2,7% cette année en glissement annuel, soit 0,2 point de plus que prévu en décembre. Elle s'attend à une croissance de 2,4% (+0,3 point) l'an prochain.


Si cette progression venait à se confirmer, la croissance de l'économie américaine se rapprocherait un peu plus des attentes de l'administration Trump qui voudrait la porter à 3%, voire davantage, et ce, de manière durable.


"Les perspectives économiques se sont renforcées ces derniers mois", justifie la Fed, relevant que le Comité s'attend à une croissance de l'activité économique "à un rythme modéré à moyen terme", avec des conditions de marché de l'emploi qui devraient "rester solides".


Tensions commerciales sous silence


La Fed a en revanche laissé inchangée sa prévision pour l'inflation pour 2018 et 2019, à respectivement +1,9% et +2%.


Sur le front du marché du travail, le FOMC s'est montré aussi plus optimiste avec un taux de chômage désormais attendu à 3,8% contre 3,9% estimé en décembre. Il devrait même reculer à 3,6% en 2019 (-0,3 point). Il s'agit d'un plus bas depuis 17 ans.


Ce regain d'optimisme n'est pas une surprise puisque la Fed avait estimé lors de sa réunion des 30 et 31 janvier que l'effet positif de la réforme des impôts sur l'économie serait "peut-être plus important qu'initialement prévu".


Adoptée fin décembre, cette réforme des impôts, qui équivaut à une diminution des recettes pour l'Etat de quelque 1.500 milliards de dollars sur dix ans, a abaissé le taux d'imposition des entreprises de 35% à 21% notamment. Les ménages également vont voir leurs impôts diminuer, ce qui devrait dynamiser la consommation, traditionnel moteur de croissance de l'économie des Etats-Unis.


Et depuis, l'administration a encore ajouté au pot 300 milliards de dollars de dépenses militaires sur deux ans, ce qui devrait encore stimuler l'économie.


"Les risques à court terme pour les perspectives économiques apparaissent globalement équilibrés mais le Comité surveille de près l'évolution de l'inflation", a une nouvelle fois commenté mercredi la Fed.


A moyen terme, la Banque centrale américaine voit l'inflation "s'accélérer et se stabiliser autour de son objectif de 2%".


La Banque centrale ne dit pas un mot en revanche des implications que pourraient avoir sur la première économie mondiale les tensions commerciales entre Washington et ses partenaires.


L'administration Trump a promulgué le 8 mars des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium suscitant une vague de protestations à travers le monde.


Elle a toutefois exempté provisoirement le Canada et le Mexique de ces tarifs et est en discussion avec l'Union européenne pour trouver une solution sur ce contentieux. Ele doit aussi annoncer prochainement des mesures ciblant la Chine, accusée de "concurrence déloyale".


Powell ne voit pas d'accélération de l'inflation pour le moment


Le nouveau président de la Banque centrale américaine a indiqué mercredi qu'il ne voyait pas de signe d'une accélération de l'inflation pour le moment aux Etats-Unis.


"Il n'y a pas dans les données un signal que nous sommes à l'aube d'une accélération de l'inflation", a déclaré Jerome Powell lors de sa première conférence de presse à la tête de la Fed.


Il a souligné qu'il y avait eu des hausses modérées des salaires et des prix mais la Fed est "très vigilante" de hausses qui pourraient résulter d'un taux de chômage très bas. "Ce n'est pas quelque chose que nous observons actuellement", a-t-il également commenté.


 


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

14:38 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour à 15:42 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.