Plainte de Boeing: Bombardier riposte en s'appuyant sur Embraer

Publié le 08/01/2018 à 15:27

Plainte de Boeing: Bombardier riposte en s'appuyant sur Embraer

Publié le 08/01/2018 à 15:27

Par La Presse Canadienne

Photo: Bloomberg

Bombardier(BBD.B, 2,85$) estime que le rapprochement évoqué entre Boeing(BA, 309,67$US) et Embraer(NY, ERJ) constitue un aveu selon lequel la famille d'avions CSeries ne livre pas une concurrence déloyale à la famille d'avions 737 du géant américain, qui a déposé une plainte contre l'avionneur québécois.


«En éliminant la CSeries, Boeing paverait la voie afin que (la gamme d'appareils monocouloirs) E-Jets (construits par Embraer) puisse dominer le segment dans lequel les 737 de Boeing ne sont pas présents», fait valoir la multinationale québécoise dans un document récemment déposé auprès de la Commission internationale du commerce des États-Unis (USITC).


Il s'agit d'observations à la suite des audiences qui se sont déroulées devant l'organisation américaine en décembre dernier et auxquelles ont participé Boeing, Delta Air Lines ainsi que des représentants du gouvernement canadien.


Dans son document d'une centaine de pages, Bombardier reprend certains arguments déjà évoqués dans le cadre de sa défense, mais s'attarde sur les informations selon lesquelles Boeing et Embraer envisageraient un partenariat dans le secteur de l'aviation civile puisque le sujet n'a pas été abordé devant la USITC.


Une alliance entre ces deux entreprises constituerait une riposte à la récente prise de participation majoritaire d'Airbus dans le programme de la CSeries de Bombardier. Les trois versions des E-Jets E2 d'Embraer, qui doivent entrer en service à compter de cette année, permettraient à Boeing de concurrencer directement la CSeries.


«Plutôt que d'investir afin de développer un nouveau produit, comme l'a fait Bombardier, Boeing envisage de s'immiscer dans un segment par l'entremise de ce qui serait une acquisition de plusieurs milliards de dollars», fait valoir l'avionneur québécois.


Ainsi, de l'avis de Bombardier, ces discussions entourant une potentielle acquisition viennent démontrer que la CSeries ne rivalise pas directement avec la gamme d'appareils 737 du géant américain, ce qui devrait inciter la USITC à rejeter les arguments du plaignant.


Dans ses observations, la multinationale québécoise rappelle à plus d'une reprise que Boeing avait décidé, en 2005, de cesser la production du 717, pouvant transporter environ 105 passagers, soit le créneau de la C Series.


En février


La USITC devra déterminer vers le 1er février si la C Series a bel et bien causé un préjudice aux ventes de Boeing et si les droits compensatoires et antidumping finaux de 292,21 pour cent décrétés par le département américain du Commerce le mois dernier s'appliqueront sur les appareils exportés au sud de la frontière.


Dans sa plainte déposée en avril, l'avionneur américain alléguait que les gouvernements du Québec, du Canada et du Royaume-Uni avaient subventionné le développement de la C Series, ce qui avait permis à Bombardier de vendre ses avions à des prix jugés dérisoires. C'est de cette façon, selon Boeing, que la société québécoise a été en mesure de décrocher une commande ferme pour 75 appareils CS100 auprès de Delta _ le plus important client de cette gamme d'avions _ en 2016.


Bombardier n'a pas encore exporté un appareil C Series aux États-Unis. Delta devait recevoir le premier avion de sa commande ferme pour 75 CS100 au printemps. Le transporteur compte toutefois attendre jusqu'à ce que la chaîne d'assemblage de la C Series soit terminée aux installations d'Airbus en Alabama.


Tir groupé


Dans leurs observations respectives, Delta et le gouvernement Trudeau y vont d'un tir groupé à l'endroit des arguments présentés par les représentants de Boeing devant la USITC en décembre.


À l'instar de Bombardier, ces deux acteurs mis en cause dans le litige commercial exhortent Washington à ne pas se ranger derrière les arguments de Boeing.


Le transporteur aérien établi à Atlanta estime que lors des audiences, l'avionneur Boeing n'a pas été capable de répondre à de nombreuses questions, notamment comment elle aurait pu échapper un contrat pour un avion de 100 à 110 places qu'il ne construit pas.


« Boeing semble vouloir justifier des occasions ratées en évoquant la concurrence étrangère afin de masquer son incapacité à offrir un produit pouvant répondre aux demandes du marché », affirme Delta.


De son côté, Ottawa s'en prend notamment au caractère spéculatif de la plainte de l'avionneur américain, qui demande à la USITC de trancher dans un litige alors que les livraisons de C Series aux États-Unis ne sont pas imminentes.


Pour sa part, Boeing se défend en réitérant une fois de plus que la ligne d'assemblage que souhaite implanter Bombardier en Alabama dans le cadre de son partenariat avec Airbus n'est qu'une ruse afin de se soustraire aux lois commerciales américaines.


Cela prouve, affirme l'avionneur américain, que la défense initiale de Bombardier ne tenait pas la route.


 


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour le 15/01/2018

Petit repli en vue à Toronto, prévisions abaissées pour Air Canada et un scénario sombre pour Cineplex.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour le 12/01/2018

Gains en vue avec le début de la saison des résultats, WestJet regagne la faveur d'un analyste, un favori de Desjardins.

À la une

Attachez vos ceintures, les cryptos nous emmènent vers le futur

15/01/2018 | François Remy

BLOGUE. Il serait bon d’embarquer dans l’industrie des cryptos tout comme il l’était avec l’auto… en 1920.

Un nouvel accélérateur montréalais en intelligence artificielle dès l'automne?

15/01/2018 | Denis Lalonde

S'il n'en tenait qu'à Sylvain Carle, Montréal accueillerait un accélérateur en intelligence artificielle cet automne.

La crème glacée est-elle un substitut au Coke?

15/01/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Quels sont les concurrents des boissons gazeuses?