On discute de la future récession avec Douglas Porter

Publié le 07/05/2018 à 07:22

On discute de la future récession avec Douglas Porter

Publié le 07/05/2018 à 07:22

Par Stéphane Rolland

Même si la prochaine récession n’est pas pour demain, il est temps que les gouvernements se préparent à l’affronter, plaide Douglas Porter, économiste en chef de la Banque de Montréal (BMO). Les ménages étant lourdement endettés, ce sera au pouvoir public de prendre le relais, prévient-il dans une entrevue avec Les Affaires.


Il semble y avoir un consensus selon lequel nous serions à la fin du cycle économique. Approche-t-on d’une inévitable récession?


Je ne pense pas que nous soyons si près. C’est vrai que nous sommes en fin de cycle. C’est difficile de dire à quel moment la prochaine récession aura lieu, mais je dirais que ça devrait survenir probablement en fin de 2020 ou en 2021.


Qu’est-ce qui pourrait nous mener à la prochaine récession?


Dans la prochaine année et demie, la Réserve fédérale (Fed) et la Banque du Canada vont probablement resserrer leur politique monétaire. Ça va ressembler à un cycle traditionnel où les taux d’intérêt plus élevés freineront l’économie. Nous sommes encore tôt dans ce processus de resserrement.


La crise de 2008 a fait particulièrement mal. Le mot récession fait plus peur après cette expérience. La prochaine récession sera-t-elle nécessairement aussi douloureuse?


J’en doute. C’est vrai qu’on ne peut jamais le savoir en avance. Chaque cycle est différent. Il y a des récessions qui sont très douloureuses et d’autres qui ne sont pas si terribles. On ne devrait pas croire que chaque récession sera aussi pénible que celle de 2008. L’institut C.D. Howe a développé un indice pour mesurer la force d’une récession, un peu comme on mesure l’ampleur d’un tremblement de terre ou d’une tempête tropicale. Par exemple, la récession de 2002 après la bulle techno était nettement moins prononcée que celle de 2008.

Douglas Porter. Photo : courtoisie.


L’endettement des ménages nous rend-il plus vulnérables à la prochaine récession?


Je dirais que oui parce que l’immobilier résidentiel a fait gonfler l’endettement. La bonne nouvelle, c’est que notre gouvernement n'est pas aussi endetté que celui des États-Unis. La prochaine récession, les gouvernements au fédéral et au provincial devront inévitablement prendre le relais. Il faut s’attendre à ce que les déficits augmentent grandement au cours de la prochaine récession. C’est pour ça que je leur conseille de mettre de l’ordre dans leurs finances pendant que l’économie se porte bien. Le Québec a fait un pas dans cette direction, l’Ontario et le gouvernement fédéral auraient intérêt à faire de même.


On pourrait argumenter que l’économie canadienne va bien en raison de la politique fiscale canadienne. N’y a-t-il pas un risque à nuire à l’économie en enlevant ce stimulus?


C’est vrai que la politique fiscale a joué un petit rôle dans la croissance que nous observons en ce moment. Je ne plaide pas en faveur d’un mouvement trop brutal. Par contre, ce serait le moment que les dépenses progressent à un rythme inférieur à l’inflation, par exemple. Je parle plutôt de retenue, pas d’austérité.


Vous devez analyser les politiques monétaires de la Fed et de la Banque du Canada. Bien des experts se posent la question à savoir si le lien entre la progression de l’économie, l’augmentation des salaires et l’inflation tient toujours. Les anciens modèles comme celui de la courbe de Phillips sont-ils devenus désuets?


Nous n’avons pas écarté les anciens modèles, mais c’est vrai qu’il a fallu les ajuster. C’est une bonne question. Le taux de chômage est tombé à 3,9% aux États-Unis, mais les augmentations de salaire demeurent modestes. La relation entre un marché de l’emploi plus serré et des salaires plus élevés reste vraie, mais la corrélation est un peu plus faible, par contre.


Pourquoi ce lien est-il moins prononcé?


La consolidation des entreprises et la robotisation sont deux facteurs. La démographie joue un rôle également. La main-d’œuvre vieillit. Dans la cinquantaine, vous serez probablement moins enclins à chercher un emploi mieux rémunéré que les employés les plus jeunes. Vos préoccupations ont changé. La mondialisation a aussi un impact. Ça devient plus facile de déplacer ses activités un peu partout dans le monde.


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Banques: un autre trimestre qui fera taire les pessimistes

BLOGUE.La hausse de 8% des profits n'aura pas l'éclat du 1er trimestre mais le ressac immobilier est pour un autre jour.

Le bénéfice de la BMO chute de 35%

La Banque de Montréal a dévoilé mardi un bénéfice net de 973 millions $ ou 1,43 $ par action pour le premier trimestre.

À la une

Les jeunes entrepreneurs ne sont pas le futur, ils sont le présent

BLOGUE INVITÉ. Réflexion sur mon passage de 18 mois à la présidence de la Jeune chambre de commerce de Montréal.

«Start-uppers»: l'angoisse derrière le rêve

Il y a 28 minutes | The Conversation

Les start-uppers sont souvent présentés (et perçus) comme des figures de la puissance et du ...

C2 Montréal: employeurs, cessez de vous fier aux références

BLOGUE. Les hommes blancs sont surreprésentés dans les références. L'atelier "Capital impartial" en parle.