Mises à pied majeures à Gate Gourmet à Dorval

Publié le 11/09/2018 à 06:42

Mises à pied majeures à Gate Gourmet à Dorval

Publié le 11/09/2018 à 06:42

Par La Presse Canadienne

Le syndicat Unifor déplore un «licenciement collectif» dans des installations de Gate Gourmet dans la région de Montréal.


En fait, les employés ont été convoqués par l'employeur, mercredi dernier, dans la cafétéria de l'entreprise, pour se faire dire qu'il y aurait environ «250 à 270 mises à pied» en raison de la perte d'un contrat avec Air Canada, a indiqué lundi en entrevue Serge Dupont, adjoint au directeur québécois d'Unifor.


L'entreprise suisse Gate Gourmet, spécialisée dans la fourniture de services alimentaires pour les lignes aériennes et les compagnies ferroviaires, mène ses activités à Dorval, dans la région de Montréal. L'unité de la section locale 698 d'Unifor compte 410 employés.


Unifor affirme que l'entreprise explique cette mesure par le non-renouvellement du contrat dont elle disposait avec Air Canada, son client principal, qui s'est plutôt tourné vers Newrest pour des raisons de coûts. Le contrat entre Gate Gourmet et Air Canada n'a été perdu que dans la région de Montréal, des services ayant été maintenus dans d'autres aéroports à travers le pays, souligne le syndicat.


Il a été impossible de joindre la direction de Gate Gourmet pour commenter l'annonce de ses mises à pied, lundi.


Unifor déplore ne pas avoir été consulté dans la prise de cette décision pour tenter «de trouver des avenues qui auraient pu permettre d'empêcher ou limiter les dégâts». À la suite de cette annonce, un programme de transition a été présenté par la compagnie, programme qui n'est pas encadré par la convention collective en vigueur et qui n'a pas été négocié avec le syndicat, a-t-on indiqué.


Selon le syndicat, l'entreprise affirme avoir une "entente tripartite" dans laquelle il serait prévu que des recruteurs de l'entreprise française Newrest viennent faire des embauches parmi les membres perdant leur emploi dans la foulée de la perte du contrat avec Air Canada aux mains du nouveau fournisseur. Or, le syndicat dit n'être aucunement impliqué pour l'instant dans ces démarches.


Newrest exploite trois unités de production dans le pays _ dont une à Montréal depuis mai 2009.


Le syndicat dit avoir de la difficulté à se satisfaire de cette «supposée entente», disant n'y voir aucune garantie d'un nouvel emploi pour les syndiqués licenciés et du respect de l'indemnité de fin d'emploi.


M. Dupont a indiqué qu'il y aurait une rencontre syndicale avec l'employeur le 18 septembre «pour justement avoir des discussions sur peut-être des départs volontaires, peut-être tenter de négocier des fenêtres de retraite» et d'autres éléments.


«Nous, ce qu'on dénonce, c'est qu'on n'a jamais eu une invitation de la part de l'employeur, pour s'asseoir avec lui. (...) Est-ce que c'est une question d'horaire de travail, est-ce que c'est une question de productivité?», s'est demandé l'adjoint au directeur québécois d'Unifor.


«Pour ce qui est de la compagnie Newrest, nous, ce qu'on a demandé aux travailleurs, c'est de ne signer aucun document. Nous, on n'est même pas impliqués dans le portrait. On l'a su en même temps que les travailleurs. On n'est pas dans le processus pour sauvegarder ces jobs-là», a déploré M. Dupont.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Les billets d'avion sont 10% plus chers au troisième trimestre

Air Canada et WestJet ont augmenté leurs tarifs en juillet, principalement sur les vols intérieurs.

Crise financière: le coup de fouet dont avait besoin Air Canada

11/09/2018 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Le PDG d'Air Canada, Calin Rovinescu, revient sur les difficultés du transporteur en 2003 et 2009.

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

14:38 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour à 15:42 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.