Météo économique 2015: instabilité mondiale

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Météo économique 2015: instabilité mondiale

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Par François Normand

Dans l’économie mondiale, cette année, quelles seront les journées ensoleillées, où seront les nuages menaçants, les zones d’intempéries, sans parler des points chauds ? Voici un survol des principales prévisions, occasions et risques qui vous attendent.


États-Unis


Les États-Unis renouent avec une solide croissance. Le PIB devrait croître de 3,2 %, selon l’Economist Intelligence Unit. Signe que notre principal partenaire commercial va bien : le dernier assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale américaine pour stimuler l’économie a pris fin le 31 octobre 2014. Selon Exportation et développement Canada (EDC), le resserrement de la capacité industrielle aux États-Unis relance l’investissement des entreprises.


Mexique


Le pays a amorcé des réformes difficiles dans les secteurs de l’énergie, des télécommunications et de l’éducation. Même si la violence est omniprésente, la crise politique qui frappe le pays depuis la disparition – et le massacre probable – de 43 étudiants dans l’État de Guerrero est sans précédent. La corruption constitue aussi un risque d’affaires majeur. Selon Transparency International, le Mexique se plaçait au 106e rang sur 177 pays, en 2013.


Brésil


Après une décennie de dynamisme économique, le Brésil éprouve une série de problèmes économiques. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que le PIB augmentera de 1,4 %, un niveau très faible au sein du BRIC – le Brésil a même enregistré une récession technique au premier semestre de 2014. Selon diverses analyses, le manque de progrès dans les réformes de libéralisation économique a ébranlé la confiance des investisseurs étrangers.


Russie


La chute des prix du pétrole et les sanctions économiques imposées à la Russie – un important producteur d’hydrocarbures – en raison de son intervention en Ukraine minent son économie. La Banque mondiale présente deux scénarios pour 2015 : une faible croissance de 0,4 % ou une récession (avec une contraction de 0,9 % du PIB). Selon les analystes, Moscou continuera de subir les sanctions occidentales dans un avenir prévisible, car elle ne souhaite pas faire marche arrière en Ukraine.


Chine


La Chine connaîtra une croissance de 7 % en 2015, selon l’Economist Intelligence Unit. Malgré ce niveau enviable, c’est sa pire performance en 15 ans. Cela tient à la crise en Europe et à la transformation de la Chine en une économie de services. Selon le Conference Board du Canada, la Chine souffre aussi de trois problèmes qui minent sa croissance : sa population diminue, le rendement de l’investissement décline et la productivité chute. C’est pourquoi la croissance pourrait descendre à 4 % en 2020.


Zone euro


La crise dans la zone euro est le risque numéro un qui pourrait faire dérailler l’économie mondiale en 2015, disent les spécialistes. En novembre, la Commission européenne a revu à la baisse ses prévisions de croissance de l’année prochaine, tablant sur une progression de 1,1 % du PIB. Pis encore, les investisseurs croient que la zone connaîtra la déflation d’ici la fin 2015. Le 1er décembre, le taux de swap inflation à un an était à − 0,0175 %, selon BGC Partners.


Allemagne


L’Allemagne est en panne. Deutsche Bank a récemment réduit ses prévisions de croissance économique à 0,8 % pour 2015. Le pays, qui a évité de justesse la récession cette année, pâtit notamment en raison des sanctions économiques imposées à la Russie à propos de l’Ukraine – 3 % des exportations allemandes sont destinées au marché russe. En revanche, la dépréciation de l’euro par rapport au dollar américain stimulera les exportations allemandes aux États-Unis.


Japon


Le Japon s’enfonce. Le pays est tombé en récession au troisième trimestre.


De plus, l’agence de notation Moody’s vient de baisser sa note, jugeant l’État japonais trop endetté pour soutenir ses banques en cas de crise. L’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) prévoit que le PIB progressera de 0,75 % en 2015. Malgré les nombreux plans de relance mis en œuvre depuis 20 ans, le Japon n’arrive toujours pas à sortir de la stagnation économique.



 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Une bonne vitesse de croisière pour l'économie canadienne

Édition du 22 Septembre 2018 | Mathieu D'Anjou

EXPERT INVITÉ. Les comptes économiques nationaux publiés à la fin août ont révélé que l'économie canadienne avait ...

Bonjour le postcapitalisme !

Édition du 22 Septembre 2018 | Olivier Schmouker

Le capitalisme est en train de mourir, là, sous nos yeux, mais nous refusons de le voir.Regardez ces typhons, ces ...

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.