Les sanctions iraniennes font des victimes en Europe

Publié le 07/08/2018 à 16:02

Les sanctions iraniennes font des victimes en Europe

Publié le 07/08/2018 à 16:02

Par AFP

[Photo: 123rf.com]

Le retrait américain de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien et l’entrée en vigueur depuis mardi de dures sanctions économiques compromettent les activités des multinationales européennes en Iran. Tour d’horizon des principaux secteurs concernés.


Automobile


La réinstauration des sanctions américaines, qui avait été annoncée à la mi-mai, a déjà fait des dégâts dans l’industrie automobile.


Daimler (DAI), numéro un mondial de la voiture haut de gamme et des camions, a jeté l’éponge mardi en indiquant « cesser jusqu’à nouvel ordre » ses « activités limitées en Iran ». Le groupe allemand avait signé en 2016 des protocoles d’accord avec deux groupes iraniens pour produire et commercialiser des camions Mercedes-Benz.


Volkswagen (VOW3), autre poids lourd allemand, pourrait bientôt imiter son concurrent, en raison de sa forte implantation aux États-Unis. En 2017, il avait annoncé son intention de recommencer à vendre des voitures en Iran, après 17 ans d’absence.


Les constructeurs français Renault (RNO) et PSA (UG), qui écoulent près de la moitié des voitures neuves immatriculées en Iran, ont quant à eux communiqué de façon très différente.


PSA a annoncé début juin qu’il préparait la suspension de ses activités sur ce qui est son principal marché étranger en volume, minimisant toutefois l’ampleur de son retrait, « moins de 1 % de son chiffre d’affaires ».


Renault a pour sa part assuré ne pas vouloir abandonner ses activités en Iran, quitte à « réduire la voilure très fortement » mais sans mettre en danger les « intérêts » de l’entreprise. Le 16 juillet, le constructeur annonçait une baisse de 10,3 % de ses ventes en Iran au premier semestre, à 61 354 unités. 


Aéronautique


Les plus gros contrats signés après l’accord sur le nucléaire concernaient l’industrie aéronautique, l’Iran souhaitant moderniser une flotte vieillissante.


Airbus (AIR) avait enregistré des commandes de compagnies iraniennes pour 100 avions. Seuls trois appareils ont été livrés à ce jour, tous munis de licences américaines, rendues nécessaires par l’utilisation de pièces fabriquées aux États-Unis. Mais la perte du marché iranien ne serait pas trop lourde pour Airbus. Avec 7 168 avions en carnet de commandes au 30 juin, l’avionneur européen a de quoi voir venir.


La compagnie Iran Air a reçu dimanche 5 nouveaux avions du constructeur français ATR, sur une commande totale de 20 appareils dont 8 avaient déjà été livrés. Ils sont fabriqués près de Toulouse par cette coentreprise entre l’européen Airbus et l’italien Leonardo, mais 10 % des pièces viennent des États-Unis.


Industrie pétrolière


Après l’accord de 2015, le groupe pétrolier et gazier français Total (FP) s’était associé au chinois CNPC (0135) pour investir 5 milliards de dollars dans l’exploitation du gisement gazier South Pars, dans le golfe Persique. 


Un projet dont Total, qui n’a pas pu obtenir de dérogation américaine, va probablement se désengager.


Toutefois, le groupe n’a pas investi plus de 100 millions de dollars dans cette opération, ce qui limitera ses pertes. L’Iran a prévenu que Total serait remplacé par CNPC, une compagnie d’État chinoise.


Le géant gazier italien ENI (ENI), dont le contrat d’achat de 2 millions de barils de pétrole chaque mois expire fin 2018, a préféré rester prudent et n’a pas resigné d’accord avec l’Iran. 


Industrie ferroviaire et navale


L’industrie ferroviaire italienne pourrait pâtir des sanctions. Le groupe public des chemins de fer Ferrovie dello Stato a en effet signé en juillet 2017 un accord pour la construction d’une ligne à grande vitesse entre Qom et Arak, dans le nord de l’Iran. 


Plusieurs accords de coopération avaient également été conclus entre l’Iran et le groupe de construction navale Fincantieri en 2016. 


L’Italie est en outre redevenue le premier partenaire commercial européen de l’Iran, ses exportations vers ce pays ayant augmenté de 12,5 % en 2017, atteignant 1,7 milliard d’euros.


Tourisme


Les compagnies britannique British Airways (IAG) et allemande Lufthansa (IAG), qui avaient repris des vols directs vers Téhéran, vont devoir cesser cette activité si elles veulent continuer à opérer librement des vols transatlantiques.


Le français AccorHotels (AC), qui a ouvert deux hôtels à l’aéroport de Téhéran en 2015, pourrait être pénalisé, tout comme le groupe émirati Rotana Hotels, qui disait vouloir s’implanter en Iran.


L’espagnol Melia Hotels International (MEL), qui a signé un accord en avril 2016 pour gérer un hôtel de luxe cinq étoiles en Iran, le Gran Melia Ghoo, a indiqué qu’il est en cours de construction et qu’il ne souhaite pas se prononcer sur « ces questions politiques », surtout dans cette phase « tellement prématurée. »


Industrie


L’allemand Siemens (SIE) s’était relancé en Iran en mars 2016, dans la foulée de l’accord sur le nucléaire, en s’associant à l’iranien Mapna dans les turbines à gaz et les générateurs pour centrales électriques. En janvier, il avait signé un contrat portant sur 12 compresseurs pour deux usines de traitement du gaz naturel. 


Un porte-parole du groupe, joint par l’AFP, a assuré mardi qu’il était « trop tôt » pour prendre une décision concernant un éventuel retrait. Le groupe devrait être davantage touché par une deuxième salve de sanctions, en novembre.


Le groupe de gaz industriel français Air Liquide (AI), pour sa part, « a décidé de cesser toute activité commerciale » dans ce pays, a indiqué à l’AFP une porte-parole qui a précisé que la firme n’a en revanche « pas d’investissements en Iran ».


Selon l’organisation patronale Institute of Directors, certaines firmes britanniques ont des contrats en Iran dans les infrastructures, le solaire, l’ingénierie ou encore la santé. 


Pharmaceutique


Le français Sanofi (SAN), présent en Iran depuis une douzaine d’années, « continue » ses activités « en plein accord avec les règles internationales », selon un porte-parole, pour qui « il est encore trop tôt pour commenter les impacts potentiels sur les opérations de notre entreprise en Iran ».


Secteur bancaire


Des banques allemandes, telles que l’établissement régional Helaba (LHTGG) et l’institut de Francfort DZ Bank, ont décidé de se retirer à la suite de l’annonce des sanctions par Donald Trump à la mi-mai.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street et Toronto s'affranchissent des incertitudes

Mis à jour le 14/08/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Wall Street et Toronto s'affranchissent des incertitudes liées à la crise de la devise turque.

Les réductions d'impôts creusent le déficit budgétaire aux É-U

10/08/2018 | AFP

Les comptes du budget fédéral ont accusé un déficit de 77 milliards de dollars, un hausse de 79% par rapport à 2017.

À la une

Constellation Brands investit 5G$ dans Canopy Growth

Mis à jour il y a 42 minutes | AFP

L'annonce fait bondir le titre du producteur de cannabis de plus 30% à la Bourse de Toronto en début de séance.

Cette fintech éclipse les géants bancaires

Il y a 49 minutes | LesAffaires.com et AFP

Wirecard pèse désormais plus que Deutsche Bank et pourrait remplacer Commerzbank au sein de l'indice vedette allemand.

À surveiller: Stella-Jones, Cascades et Home Capital

Que faire avec les titres de Stella-Jones, Cascades et Home Capital? Voici quelques recommandations d’analystes.