Les réductions d'impôts creusent le déficit budgétaire aux É-U

Publié le 10/08/2018 à 15:51

Les réductions d'impôts creusent le déficit budgétaire aux É-U

Publié le 10/08/2018 à 15:51

Par AFP

[Photo: 123rf.com]

Le déficit budgétaire des États-Unis s'est nettement creusé en juillet, reflétant une diminution des recettes venant des impôts sur les sociétés, mais aussi une hausse des taux d'intérêt qui renchérit la dette, selon les chiffres du Trésor américain publiés vendredi.


Les comptes du budget fédéral ont accusé en juillet un déficit de 77 milliards de dollars, en hausse de 79% par rapport à juillet 2017. 


Juillet est d'ordinaire un mois déficitaire, comme il l'a été 62 fois au cours des 64 dernières années, alors que ce mois ne comporte pas de dates butoirs de paiements d'impôts.


En données brutes, les recettes de l'État ont reculé le mois dernier de 3% à 225 milliards de dollars. Cela comprend une chute de 34% sur le mois des recettes apportées par l'impôt sur les sociétés qui a été réduit par l'administration Trump pour relancer la croissance. 


Les dépenses qui s'élèvent à 302 milliards de dollars sont en progrès de 10%. Elles reflètent notamment une hausse du coût de la dette et du rendement des bons du Trésor indexés sur l'inflation, alors que les taux d'intérêt sont sur la pente ascendante et que l’État s'endette davantage pour financer le stimulus. 


En données ajustées des variations calendaires, le déficit de juillet est en hausse de 45% à 124 milliards de dollars.


Sur les dix premiers mois de l'année budgétaire, qui commence le 1er octobre, le déficit atteint 684 milliards de dollars, en progression de 21 % et s'inscrit déjà au-dessus du déficit de l'exercice 2016-2017 en son entier qui était de 666 milliards.


Recettes des tarifs douaniers


Sur ces dix mois, l'ensemble des recettes constitue un record à 2.766 milliards de dollars, mais les revenus tirés des impôts sur les sociétés ont chuté de 20%, soit 55 milliards de dollars de moins qu'à la même époque en 2017. L'administration Trump a fait voter en décembre une chute drastique du taux d'imposition des entreprises qui est passé de 35% à 21%. 


Côté dépenses, sur les dix premiers mois, elles s'élèvent à 3.450 milliards de dollars, constituant aussi un record.


Parmi les postes qui ont le plus augmenté figure celui du département de la sécurité du territoire (Homeland security) à cause d'une hausse des aides pour les catastrophes naturelles, a précisé un expert du Trésor.


Mais surtout, c'est le coût de la dette qui a grimpé, ajoutant 69 milliards de dollars aux dépenses de l'État fédéral depuis le début de l'exercice. Les bons du Trésor indexés sur l'inflation sont devenus plus chers à rembourser avec l'accélération de la hausse des prix. Au printemps de 2017, celle-ci mesurée par l'indice PCE n'était que de 1,4% alors qu'elle est passée à 2,2% en juin dernier.


Constituant peut-être déjà les fruits de la guerre commerciale pour l'État fédéral, les droits de douane ont rapporté en dix mois 4 milliards de dollars de plus que pendant la même période sur l'exercice précédent, pour s'élever à 32,477 milliards de dollars, selon les chiffres divulgués par le Trésor.


Cette manne relative devrait s'accentuer alors que l'imposition des tarifs punitifs n'a commencé à être effective qu'à partir de l'été.


Pour l'ensemble de l'exercice 2017-2018 qui s'achève en septembre, le déficit budgétaire américain devrait grimper à 804 milliards de dollars, soit 4,2% du Produit intérieur brut, selon les projections du Bureau du budget du Congrès (CBO). Il devrait gonfler à mille milliards de dollars d'ici deux ans, soit plus de 5% du PIB.


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

À la une

Constellation Brands investit 5G$ dans Canopy Growth

Mis à jour il y a 43 minutes | AFP

L'annonce fait bondir le titre du producteur de cannabis de plus 30% à la Bourse de Toronto en début de séance.

Cette fintech éclipse les géants bancaires

Il y a 50 minutes | LesAffaires.com et AFP

Wirecard pèse désormais plus que Deutsche Bank et pourrait remplacer Commerzbank au sein de l'indice vedette allemand.

À surveiller: Stella-Jones, Cascades et Home Capital

Que faire avec les titres de Stella-Jones, Cascades et Home Capital? Voici quelques recommandations d’analystes.