«Les commerçants devront fuir l'impôt pour survivre»

Publié le 16/05/2018 à 06:39

«Les commerçants devront fuir l'impôt pour survivre»

Publié le 16/05/2018 à 06:39

Par Stéphane Rolland

Sans une intervention plus musclée pour forcer les géants du web à collecter les taxes de vente (TPS, TVQ), les gouvernements s’exposent à d’indésirables conséquences, ont déclaré deux professeurs d’université ainsi que l’homme d’affaires Pierre-Karl Péladeau, lors d’un panel présenté dans le cadre du congrès annuel de l’Association des économistes québécois.


Le «silence radio» du gouvernement fédéral sur la «concurrence fiscale déloyale» des géants du web envoie le message aux entreprises qui ont pignon sur rue qu’elles doivent, elles aussi éviter l’impôt pour survivre, dénonce Marwah Rizqy, professeure à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke. «En n’agissant pas, on leur dit clairement : “allez voir vos fiscalistes et faites la même chose”», déplore celle qui a été candidate à deux reprises pour le Parti libéral du Canada (PLC).  


Le panel qui comprenait également Jacques Nantel, professeur de HEC Montréal, a discuté de cet enjeu alors que la fiscalité des géants du web soulève de nombreux débats. Québec demandera aux entreprises étrangères qui vendent des biens incorporels (services en ligne) à percevoir la TVQ. Comme elles sont basées à l’étranger, certaines entreprises web ne facturent pas les taxes de vente à leurs clients canadiens. Le géant de la diffusion Netflix a servi de symbole à ceux qui dénoncent cette problématique.


À Ottawa, on promet de ne pas forcer Netflix à payer la TPS, ce qui a soulevé de nombreuses critiques des gens d’affaires et des artistes qui jugent que cette exemption constitue une forme de concurrence déloyale. Le panéliste Pierre-Karl Péladeau, PDG de Québecor, est du lot. Lisez notre entrevue avec Pierre-Karl Péladeau en marge de la présentation.


Manque de volonté politique


En cours de présentation, l’ex-chef du Parti québécois (PQ) a dit que la volonté politique n’est pas au rendez-vous pour que la fiscalité soit juste entre les entreprises nationales et les géants du web étrangers. «La taxation est essentielle pour financer les politiques publiques, commente-t-il. Si nous avons la capacité de nous affirmer et de nous enrichir, c’est parce que nos prédécesseurs ont investi dans le système d’éducation.»

De gauche à droite : Pierre-Karl Péladeau, Marwah Rizqy, Jacques Nantel et le modérateur Jean-Philippe Cipriani, directeur des contenus numériques à L'actualité. Source: Twitter.


Le désavantage qui incombe aux commerçants traditionnels est significatif, poursuit Mme Rizqy.  «Même avec l’ALÉNA, il y a des droits de douane sur les produits fabriqués en Chine vendus à partir des États-Unis. Si vous achetez en ligne une robe (fabriquée en Chine), vous serez exemptés de la taxe de vente de 15% et des droits de douane de 18%. Comment un détaillant québécois peut-il offrir un prix concurrentiel, sans compter qu’il doit en plus payer des impôts d’entreprise sur ses bénéfices?»


Jacques Nantel pense que les gouvernements n’auront pas le choix de remettre en question la place des taxes de vente dans l’assiette fiscale.  «Si on essaie de courir après tous les paquets qui vont traverser la frontière, nous aurons un problème, prévient-il. Ça va coûter plus cher que ce que ça va rapporter. Il est peut-être temps de revoir l’ensemble de nos assises fiscales. On l’oublie, mais il y a des pays qui fonctionnent sans taxe à la consommation. Il y a même des provinces canadiennes (l’Alberta et les trois territoires) qui le font. »


Mme Rizqy pense, pour sa part, qu’il est possible de maintenir la taxe de vente. «Il n’y a pas beaucoup de joueurs, réagit-elle. On les connaît. Je pense que la plupart des entreprises vont vouloir être de bons citoyens corporatifs et se conformer à la loi si l’on force l’inscription. »


Dans le cas contraire, il serait toujours possible de forcer les institutions financières à fournir l’information demandée, car les transactions en ligne sont faites à l’aide de cartes de crédit, poursuit-elle. «Toutes les banques dans le monde collectent de l’information pour le gouvernement américain. Les logiciels existent déjà. »


Lisez: TVQ: Voici combien on pourrait récupérer des abonnés de Netflix


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

3 leçons à retenir de la faillite de Sears

BLOGUE INVITÉ. Une icône américaine de la vente au détail, Sears, s'est éteinte. Quelles leçons en tirer?

Endy passe aux mains de Sleep Country

29/11/2018 | Martin Jolicoeur

En trois ans, la jeune Endy avait transformé le commerce du matelas. Ça aura suffit pour que Sleep Country l'achète.

À la une

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.