Le pétrole poursuit sa chute

Publié le 08/01/2016 à 15:24

Le pétrole poursuit sa chute

Publié le 08/01/2016 à 15:24

Par AFP

Les cours du pétrole ont encore un peu baissé vendredi à New York, plusieurs tentatives de rebond encouragées par les bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis échouant devant le poids des facteurs de baisse.


Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février a perdu 11 cents à 33,16 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), restant au plus bas depuis février 2004 et totalisant une baisse de 10,48% sur la semaine, marquée par le tumulte sur l'ensemble des marchés financiers mondiaux.


En début puis en milieu d'échanges encore, les cours s'étaient pourtant brièvement hissés en hausse, l'optimisme semblant revenu après la stabilisation des marchés chinois et les bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis.


"On peut beaucoup discuter de la croissance mondiale, il y a beaucoup d'inquiétude là-dessus, mais pour le moment quand on voit que l'économie américaine a créé presque 3 millions d'emplois l'année dernière et 292.000 en décembre, cela donne l'impression qu'on va voir la demande en pétrole augmenter", se réjouissait alors Carl Larry, chez Frost & Sullivan.


Mais les bonnes nouvelles sur le front de l'emploi ont conduit le dollar à s'apprécier, ce qui pèse sur le brut puisque les cours sont libellés en dollars.


Plus généralement, "on peut défendre l'idée d'un rebond technique à court terme, mais les données fondamentales du marché sont solidement baissières, ce que qu'a confirmé cette semaine la forte augmentation des stocks de produits pétroliers aux Etats-Unis", a fait valoir chez Tim Evans, chez Citi.


M. Yawger a pour sa part énuméré les facteurs qui pourraient encore entraîner le brut à la baisse la semaine prochaine: une nouvelle dégradation de la situation économique chinoise, "ce serait un mauvais indicateur pour la demande"; un nouveau raffermissement du dollar; et une éventuelle levée des sanctions visant l'Iran, le secrétaire d'Etat américain John Kerry ayant affirmé jeudi que l'accord historique sur le programme nucléaire pourrait commencer à être mis en oeuvre dans quelques "jours".


La levée des sanctions va déboucher sur le retour du pétrole iranien sur le marché mondial, alors même que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole refuse de maîtriser sa production pour guider les cours à la hausse.


"Il est probable qu'on va tester un niveau à 32,10 dollars, il n'y a pas d'espoir raisonnable qu'on puisse remonter bientôt", a dit M. Yawger.


Dans ce contexte, l'annonce par la société de services pétroliers Baker Hughes qu'il y avait encore cette semaine 20 puits en activité de moins aux Etats-Unis que la semaine précédente est passée totalement inaperçue.


De fait, la production américaine reste supérieure à 9,2 millions de barils par jour alors même qu'il y a 68% de puits actifs de moins qu'en octobre 2014, ce qui ne fait que contribuer aux excédents du marché.


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

À surveiller: BRP, Innergex et Saputo

Que faire avec les titres de BRP, Innergex et Saputo?

Québec veut favoriser les crypto-entrepreneurs d'ici

11/05/2018 | François Remy

Forcé d'embrasser la blockchain, le premier ministre ne veut pas succomber à des parasites énergétiques trop exotiques.

À la une

Où se trouvent les plus grands employeurs du Québec?

Édition du 19 Mai 2018 | Julien Abadie

LES 500 | Nous avons créé cette carte interactive des sièges des plus grandes entreprises québécoises.

Le classement des 500 plus grandes entreprises du Québec

Édition du 19 Mai 2018 | Les Affaires

Le classement des plus importantes entreprises québécoises en 2018.

Les 500 en quelques chiffres

Édition du 19 Mai 2018 | Les Affaires

Nous avons trituré les données pour dresser le portrait des 500 plus grandes entreprises du Québec. Voici leur visage.