La trêve commerciale USA/Chine saluée par les Bourses asiatiques

Publié le 03/12/2018 à 07:15

La trêve commerciale USA/Chine saluée par les Bourses asiatiques

Publié le 03/12/2018 à 07:15

Par AFP

La trêve commerciale décrétée par les États-Unis et la Chine a été saluée lundi à Pékin et par les Bourses asiatiques, Donald Trump se prévalant quant à lui d'une baisse des droits de douane chinois sur les voitures made in USA.


«La Chine a accepté de réduire et de supprimer les droits de douane sur les voitures» en provenance des États-Unis, «actuellement (...) de 40%», a écrit sur Twitter le président américain dimanche soir (heure locale).


Ce tweet est intervenu au lendemain de l'annonce d'un répit dans le conflit commercial qui empoisonne les relations bilatérales depuis plusieurs mois et menace d'avoir un impact sur l'économie mondiale.


À l'issue, samedi, du sommet du G20 à Buenos Aires, le président américain et son homologue chinois Xi Jinping sont convenus de laisser une chance à une négociation portant sur des «changements structurels» dans leurs relations commerciales. Washington a suspendu pour 90 jours l'application d'un nouveau volet de droits de douane sur des produits importés de Chine.


Pékin n'a pas confirmé lundi que le gouvernement chinois allait bel et bien réduire les droits sur les automobiles américaines. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Geng Shuang a simplement évoqué l'accord de samedi, comprenant «une série d'arrangements constructifs sur la façon de traiter les problèmes et les différends existants».


En juillet, la Chine a abaissé à 15%, contre 25% auparavant, les droits de douane sur toutes les automobiles importées. Mais le conflit commercial avec Washington s'intensifiant, elle a au contraire ajouté 25% sur les modèles fabriqués aux États-Unis, portant le total pour ces derniers à 40%.


De nombreux constructeurs étrangers fabriquent localement les voitures destinées au marché chinois, mais la hausse des droits en a touché certains, comme le fabricant de véhicules électriques Tesla et des modèles produits aux États-Unis de Ford ou de l'Allemand BMW. 


Pas de baguette magique


Pour bienvenu qu'il soit pour les deux économies, le cessez-le-feu commercial n'en reste pas moins suspendu à de réels progrès sur les questions essentielles pour les États-Unis, en particulier la protection de la propriété intellectuelle.


La baisse des surtaxes automobiles, si elle est confirmée par la Chine, «est certainement un pas dans la bonne direction et, espérons-le, annonce d'autres gestes. Mais pour faire la différence, la Chine doit réaliser de vastes réformes à court terme», estime William Zarit, le président de la Chambre de Commerce américaine en Chine.


«Toute action qui accroîtra l'accès au marché et garantira une égalité de traitement sera bienvenue» et encouragera les discussions, juge aussi Steven Okun, conseiller à Singapour de McLarty Associates (conseil stratégique). Mais il souligne que seuls des actes en matière de protection de la propriété intellectuelle convaincront l'administration Trump d'abaisser les droits de douane.


Pour Pékin, l'accord de samedi revêt une «grande importance». «Il empêche les frictions économiques et commerciales de s'aggraver et ouvre de nouvelles perspectives de coopération», selon Geng Shuang.


Il a dopé les marchés asiatiques, très malmenés ces derniers mois par l'affrontement transpacifique. Les Bourses de Hong Kong et Shanghai ont terminé nettement à la hausse, ainsi que le yuan.


Mais un analyste prévient que le marché n'est pas rassuré pour autant : «Nous prévoyons que la situation risque encore de s'aggraver avant de s'améliorer», dit Kerry Craig, stratège chez JP Morgan Asset Management, qui prédit «une volatilité accrue des marchés».


Certains journaux officiels chinois ont d'ailleurs réagi avec prudence. Pour le China Daily, «aucune baguette magique n'a été brandie pour abolir en une nuit les différends entre Chine et États-Unis».


L'accord montre que les deux parties ont conscience que la guerre des droits de douane peut porter préjudice à l'économie mondiale, estime-t-il.


«Mais (...) le reste du monde va continuer de retenir son souffle en attendant de voir si la série de projets constructifs dans les tuyaux peut remettre les relations bilatérales sur une voie de coopération plutôt que de confrontation», souligne le quotidien de langue anglaise.


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne

MTY: deux autres achats mineurs dans son assiette

MTY s'offre une quatrième chaîne de hamburgers gastronomiques, mais les analystes attendent de plus gros achats.

À la une

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.

10 choses à savoir cette fin de semaine

Le nombre de fumeurs aux États-Unis atteint un creux historique, 127 pays comptent bannir le plastique jetable...