«La fin de l'ALÉNA ne serait pas une catastrophe pour nos entreprises»

Publié le 06/12/2017 à 11:14

«La fin de l'ALÉNA ne serait pas une catastrophe pour nos entreprises»

Publié le 06/12/2017 à 11:14

Par lesaffaires.com

Le président américain Donald Trump souffle le chaud et le froid sur la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), en menaçant de retirer les États-Unis du traité. Bien entendu, la fin du libre-échange aurait des impacts négatifs au Canada, selon deux récentes études du Mouvement Desjardins et de BMO Marchés des capitaux. «Par contre, son abolition ne serait pas une catastrophe», souligne notre journaliste François Normand, spécialisé en analyse du risque géopolitique.



Pour plus d'éléments, explorez le Zoom sur le monde | ALÉNA: pourquoi avons-nous peur de Trump?


«Gardons aussi en tête que des tarifs raisonnables
n’empêchent pas la croissance du commerce international.
Depuis 10 ans, les exportations du Canada
vers la Chine et l’Inde ont plus que doublé
sans accord de libre-échange»



À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Le Canada veut un accord de libre-échange avec le Mercosur

16/02/2018 | AFP

Le Canada veut lancer en mars des négociations pour conclure un accord de libre-échange avec 4 pays sud-américains.

Revue hebdomadaire du cours des métaux

16/02/2018 | AFP

L'or a progressé sur la semaine alors que le dollar s'est replié face à un marché ...

À la une

Condo: le gouvernement d’hyper proximité

BLOGUE. En copropriété, c’est vivre sous la gouverne d’une administration d'amateurs. Pour le meilleur et pour le pire.

Le bitcoin se tourne vers les 12000$, aidé par les Sud-Coréens

REVUE. Le rallye se poursuit alors que Séoul assouplit sa position à l'égard des investissements en cryptomonnaies.

«La supergrappe montréalaise aidera à créer 16000 emplois»

Ottawa investit 950 millions $ pour «des percées novatrices dans des secteurs à forte croissance», estime ISDE.