L'Iran dénonce les pourparlers proposés par les États-Unis

Publié le 06/08/2018 à 15:07

L'Iran dénonce les pourparlers proposés par les États-Unis

Publié le 06/08/2018 à 15:07

Par AFP

[Photo: 123rf.com]

Le président iranien Hassan Rohani a jugé « insensé » lundi un appel lancé par les États-Unis à des négociations alors que ce pays va imposer dans le même temps des sanctions économiques à l’Iran.


« Associer des négociations à des sanctions c’est insensé. Ils imposent des sanctions aux enfants iraniens, aux malades et à la nation », a-t-il déclaré lors d’un entretien télévisé.


Le président iranien a accusé les États-Unis de vouloir mener une « guerre psychologique » contre son pays. « Ils veulent lancer une guerre psychologique contre la nation iranienne et provoquer des dissensions » parmi les Iraniens.


« Si vous êtes un ennemi et que vous poignardez quelqu’un avec un couteau, et qu’ensuite vous dites que vous voulez des négociations, la première chose à faire c’est d’enlever le couteau », a-t-il ajouté.


Le président iranien a précisé que son pays « avait toujours fait bon accueil à des négociations », mais que les États-Unis devaient d’abord prouver leur bonne foi.


« Comment peuvent-ils montrer qu’ils sont dignes de confiance ? En revenant au JCPOA », a-t-il indiqué, en référence au plan d’action global conjoint, le nom officiel de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et dont les États-Unis se sont unilatéralement retirés en mai.


Washington dit vouloir exercer une « pression maximale » sur l’Iran à travers de nouvelles sanctions mises en place à partir du 7 août et au mois de novembre.


Mais, à plusieurs reprises, le président américain Donald Trump a laissé la porte ouverte à des pourparlers.


« Au moment où nous maintenons notre pression économique maximum sur le régime iranien, je reste ouvert à un accord plus global qui concernerait l’ensemble de ses activités néfastes, y compris son programme balistique et son soutien au terrorisme », a-t-il indiqué lundi dans un communiqué.


« Le régime iranien est confronté à un choix », a affirmé le président américain. « Soit il change son attitude menaçante et déstabilisatrice, et il pourra retourner dans le giron de l’économie mondiale, soit il continue sur la route de l’isolement économique ».


La première vague de sanctions américaines, qui prend effet mardi minuit, comprendra des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l’aviation commerciale.

À suivre dans cette section


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Lendemain de veille pour l'économie américaine en 2019?

12/12/2018 | AFP

Cette «économie Boucle d'or», ni trop chaude ni trop froide, commence à montrer des fragilités...

Le déficit commercial grimpe au Canada comme aux États-Unis

De part et d'autre de la frontière canado-américaine, le déficit commercial a gagné du terrain en octobre.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Il y a 56 minutes | LesAffaires.com et AFP

Paris a appelé jeudi les «gilets jaunes» à «ne pas manifester» pour un cinquième samedi consécutif.

Titres en action: Apple, Huawei, Google...

Mis à jour il y a 36 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Comment rendre (enfin) harmonieuses vos journées de travail?

BLOGUE. L'idée, c'est d'apprendre à prendre son temps...