L'Iran dénonce les pourparlers proposés par les États-Unis

Publié le 06/08/2018 à 15:07

L'Iran dénonce les pourparlers proposés par les États-Unis

Publié le 06/08/2018 à 15:07

Par AFP

[Photo: 123rf.com]

Le président iranien Hassan Rohani a jugé « insensé » lundi un appel lancé par les États-Unis à des négociations alors que ce pays va imposer dans le même temps des sanctions économiques à l’Iran.


« Associer des négociations à des sanctions c’est insensé. Ils imposent des sanctions aux enfants iraniens, aux malades et à la nation », a-t-il déclaré lors d’un entretien télévisé.


Le président iranien a accusé les États-Unis de vouloir mener une « guerre psychologique » contre son pays. « Ils veulent lancer une guerre psychologique contre la nation iranienne et provoquer des dissensions » parmi les Iraniens.


« Si vous êtes un ennemi et que vous poignardez quelqu’un avec un couteau, et qu’ensuite vous dites que vous voulez des négociations, la première chose à faire c’est d’enlever le couteau », a-t-il ajouté.


Le président iranien a précisé que son pays « avait toujours fait bon accueil à des négociations », mais que les États-Unis devaient d’abord prouver leur bonne foi.


« Comment peuvent-ils montrer qu’ils sont dignes de confiance ? En revenant au JCPOA », a-t-il indiqué, en référence au plan d’action global conjoint, le nom officiel de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et dont les États-Unis se sont unilatéralement retirés en mai.


Washington dit vouloir exercer une « pression maximale » sur l’Iran à travers de nouvelles sanctions mises en place à partir du 7 août et au mois de novembre.


Mais, à plusieurs reprises, le président américain Donald Trump a laissé la porte ouverte à des pourparlers.


« Au moment où nous maintenons notre pression économique maximum sur le régime iranien, je reste ouvert à un accord plus global qui concernerait l’ensemble de ses activités néfastes, y compris son programme balistique et son soutien au terrorisme », a-t-il indiqué lundi dans un communiqué.


« Le régime iranien est confronté à un choix », a affirmé le président américain. « Soit il change son attitude menaçante et déstabilisatrice, et il pourra retourner dans le giron de l’économie mondiale, soit il continue sur la route de l’isolement économique ».


La première vague de sanctions américaines, qui prend effet mardi minuit, comprendra des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l’aviation commerciale.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street et Toronto s'affranchissent des incertitudes

Mis à jour le 14/08/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Wall Street et Toronto s'affranchissent des incertitudes liées à la crise de la devise turque.

Les réductions d'impôts creusent le déficit budgétaire aux É-U

10/08/2018 | AFP

Les comptes du budget fédéral ont accusé un déficit de 77 milliards de dollars, un hausse de 79% par rapport à 2017.

À la une

Constellation Brands investit 5G$ dans Canopy Growth

Mis à jour il y a 42 minutes | AFP

L'annonce fait bondir le titre du producteur de cannabis de plus 30% à la Bourse de Toronto en début de séance.

Cette fintech éclipse les géants bancaires

Il y a 49 minutes | LesAffaires.com et AFP

Wirecard pèse désormais plus que Deutsche Bank et pourrait remplacer Commerzbank au sein de l'indice vedette allemand.

À surveiller: Stella-Jones, Cascades et Home Capital

Que faire avec les titres de Stella-Jones, Cascades et Home Capital? Voici quelques recommandations d’analystes.