La bière, une industrie qui fait mousser notre économie

Publié le 24/01/2018 à 16:00

La bière, une industrie qui fait mousser notre économie

Publié le 24/01/2018 à 16:00

Par Marie-Pier Frappier

Ici, on peut dire que ça brasse. Et que ça s'écoule aussi! 13,6 milliards $, ce sont les retombées des ventes de bière canadienne au Canada et à l'étranger en 2016, selon un rapport du Conference Board, publié à la mi-janvier.


«L'impact va au-delà de la brasserie locale, insiste Pedro Antunes, économiste en chef adjoint du Conference Board. Peu importe les points de vente, cette activité soutient des emplois d'un bout à l'autre du pays.» Cela s'est traduit par un revenu de plus de 5,3 M$ pour la main-d'oeuvre. En Ontario et au Québec, on parle de 95 000 emplois.


Les chiffres sont là pour appuyer ses dires. En effet, l'industrie de la bière a soutenu 149 000 emplois partout au Canada en 2016 et l'industrie a rapporté près de 5,7 M$ en recettes fiscales.



Nous n'avons obtenu aucun chiffre sur la gueule de bois, mais en revanche, nous savons que les Canadiens se sont procuré l'équivalent de 223 bouteilles de bière par personne l'an dernier! La bière est préférée à toute autre boisson alcoolisée, en dépit d'une baisse de la consommation par tête d'habitant et de taxes élevées. La «broue» compte en effet pour plus de 40 % des ventes totales d'alcool.


«Y'a-tu d'la bière d'icitte»


On reste dans le local pour une «bonne petite frette». Près de 85 % des ventes de bière au Canada proviennent de brasseries locales.


Quant aux ventes de bière importée, elles ont augmenté de 4,8 points de pourcentage au cours des dix dernières années. Elles comptent pour 15,7 % des ventes totales de bière au pays.


Encore soif? Consultez le rapport du Conference Board.


 


Ici, on peut dire que ça brasse. Et que ça s'écoule aussi! 13,6 milliards $, ce sont les retombées des ventes de bière canadienne au Canada et à l'étranger en 2016, selon un rapport du Conference Board, publié à la mi-janvier.

« L'impact va au-delà de la brasserie locale, insiste Pedro Antunes, économiste en chef adjoint du Conference Board. Peu importe les points de vente, cette activité soutient des emplois d'un bout à l'autre du pays. » Cela s'est traduit par un revenu de plus de 5,3 milliards $ pour la main-d'oeuvre. En Ontario et au Québec, on parle de 95 000 emplois.

Les chiffres sont là pour appuyer ses dires. En effet, l'industrie de la bière a soutenu 149 000 emplois partout au Canada en 2016 et l'industrie a rapporté près de 5,7 M$ en recettes fiscales.

Nous n'avons obtenu aucun chiffre sur la gueule de bois, mais en revanche, nous savons que les Canadiens se sont procuré l'équivalent de 223 bouteilles de bière par personne l'an dernier! La bière est préférée à toute autre boisson alcoolisée, en dépit d'une baisse de la consommation par tête d'habitant et de taxes élevées. La «broue» compte en effet pour plus de 40 % des ventes totales d'alcool.

«Y'a-tu d'la bière d'icitte»

On reste dans le local pour une «bonne petite frette». Près de 85 % des ventes de bière au Canada proviennent de brasseries locales. Quant aux ventes de bière importée, elles ont augmenté de 4,8 points de pourcentage au cours des dix dernières années. Elles comptent pour 15,7 % des ventes totales de bière au pays.

Encore soif? Consultez le rapport commandé par Bière Canada.

http://www.conferenceboard.ca/e-library/abstract.aspx?did=9329

 

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Vous pouvez maintenant acheter de la bière à 1$ en Ontario

Cet engagement de M. Ford avait été décrié par plusieurs brasseurs, qui se disaient incapables d’abaisser leurs prix.

Heineken revoit ses objectifs, le titre chute en Bourse

30/07/2018 | AFP

Le groupe bénéficie de plateformes de sponsoring mondiales comme la Ligue des champions de l'UEFA et la Formule 1.

À la une

À surveiller: Uni-Sélect, Osisko et Alibaba

Il y a 39 minutes | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Uni-Sélect, Osisko et Alibaba?

Uni-Sélect se met en vente, le PDG quitte

Mis à jour le 18/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG quitte subitement et Uni-Sélect embauche JP Morgan pour un examen stratégique.

Et si je ne suis pas d'accord avec une décision de la direction?

Il y a 13 minutes | Isabelle Lord

BLOGUE INVITÉ. Le leadership durable peut aider à sortir de l'impasse.