J.C. Penney remercie son pdg, un ancien dirigeant vedette d'Apple

Publié le 09/04/2013 à 08:17, mis à jour le 09/04/2013 à 09:31

J.C. Penney remercie son pdg, un ancien dirigeant vedette d'Apple

Publié le 09/04/2013 à 08:17, mis à jour le 09/04/2013 à 09:31

Par AFP

Ron Johnson a été remercié par le conseil d'administration, selon le Wall Street Journal. Photo: Bloomberg

Celui qui a permis à la marque canadienne Joe Fresh de faire ses débuts aux États-Unis dans 700 commerces il y a moins d'un mois, quitte la direction du vénérable détaillant J.C. Penney.


Le détaillant américain J.C. Penney, en difficultés, a annoncé la démission de son patron Ron Johnson et son remplacement avec effet immédiat par son prédécesseur, Myron Ullman.


Lisez le blogue de Diane Bérard : La rock star des magasins Apple peut-elle sauver JC Penney?


Le directeur général «Ron Johnson démissionne et quitte l'entreprise», selon un avis du groupe publié sur le site internet du gendarme boursier américain, la SEC.


«Le départ de M. Johnson n'est pas le résultat d'un quelconque désaccord avec l'entreprise ou le conseil d'administration sur un quelconque sujet lié aux activités, aux politiques ou aux pratiques de l'entreprise», affirme J.C.Penney.


La gestion de M. Johnson était toutefois de plus en plus controversée. Ancien responsable commercial du groupe informatique d'Apple, il était arrivé en grande pompe aux commandes de J.C. Penney il y a 17 mois avec pour mission de donner un nouvel essor au groupe vieux de 111 ans et d'attirer à nouveau les jeunes dans ses magasins. Mais ces espoirs ont été déçus: le groupe a perdu près d'un milliard de dollars et plus de la moitié de sa valorisation boursière l'an dernier.


Lisez Joe Fresh fait ses débuts aux États-Unis dans 700 J.C. Penney


Le «nouveau» pdg, Myron Ullman, âgé de 66 ans, avait précédé M. Johnson en tant que PDG de 2004 à novembre 2011.


L'actuel président du conseil d'administration, Thomas Engibous, a salué dans un communiqué «son expérience prouvée et ses capacités de direction», estimant qu'il était «bien positionné pour analyser rapidement la situation à laquelle J.C. Penney est confronté et prendre des mesures pour améliorer la performance de l'entreprise».


M. Ullman recevra un salaire annuel de base d'un million de dollars et obtiendra aussi un siège au conseil d'administration, précise le document boursier.


L'action J.C. Penney perd 7% ou 1,13 $ US à 14,74$ US dans les échanges électroniques précédant l'ouverture officielle des Bourses.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Pire déclin des ventes depuis 2009 aux États-Unis en décembre

14/02/2019 | AFP

L’indice des ventes des détaillants et restaurants s’est établi à 505,8 milliards de dollars, soit un recul de 1,2 %.

Commerce: Washington et Pékin envoient des signaux positifs

01/02/2019 | AFP

Certains spécialistes chinois jugent que les exigences de Trump ne sont pas si insurmontables que cela.

À la une

Politique commerciale de Trump : et si le pire était à venir?

22/02/2019 | François Normand

ANALYSE - Trois enjeux pourraient avoir un impact majeur sur les entreprises et les investisseurs canadiens.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/02/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?