Immobilier: la correction sera « brutale »!

Publié le 12/02/2013 à 07:40, mis à jour le 12/02/2013 à 08:20

Immobilier: la correction sera « brutale »!

Publié le 12/02/2013 à 07:40, mis à jour le 12/02/2013 à 08:20

Par Stéphane Rolland

Photo: Bloomberg

Le ralentissement du marché immobilier en janvier n’est pas une erreur statistique, selon David Madani, économiste de Capital Economics. Le marché immobilier entame une correction «brutale» qui plombera l’économie canadienne.


La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a indiqué que le nombre de mises en chantier annualisé avait reculé de 18,5 % au Canada en janvier. Au Québec, la baisse est de 29,6 %. À Montréal, la chute atteint 42 %!


En théorie, les données de janvier pourraient être une anomalie statistique, reconnaît M. Madani. Cependant, «lorsqu’on regarde le ralentissement des permis de bâtir depuis quelques mois, il est clair que ce n’est pas une bizarrerie statistique, mais le commencement d’un brutal mouvement baissier», écrit-il.


Lisez aussi: Immobilier: les ventes de maisons chutent de 17%, le marché en mode correction


Cet économiste indépendant ne dresse pas un portrait détaillé du marché immobilier de chaque région. Il faut donc déduire de ses propos le fait que certains marchés sont plus à risque que d'autres, notamment Toronto et Vancouver.


Effet domino sur l'économie


L’économie canadienne ne sera pas épargnée, selon lui. Il anticipe une croissance du PIB d’entre 1 % et 1,5 % en 2013. C'est nettement sous la prévision de la Banque du Canada à 2 %.


Les difficultés du secteur de la construction pèseront, évidemment. La consommation des ménages sera, elle aussi, touchée tandis que la valeur des habitations diminuera.


«Autrement dit, que les dépenses des ménages croîtront au même rythme que leur revenu maintenant qu’ils auront moins recours à l’endettement, prédit l’économiste. La consommation pourrait même être inférieure si les ménages décident d’épargner davantage en raison de la baisse de la valeur de leur propriété.»


Le ralentissement de l’économie se fait sentir sur le huard. Lundi, le dollar canadien a touché un creux depuis août par rapport à la devise américaine.


Vendredi dernier, Statistique Canada a également fait part d’une perte de 22 000 emplois en janvier. Une mauvaise surprise; les économistes prévoyaient plutôt l’ajout de 5 000 emplois.


PLUS:



Le huard perd des plumes



Immobilier: le nombre de mises en chantier baisse de 30% au Québec



L'emploi fléchit au Canada, mais résiste au Québec

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

Des résultats qui supportent la reprise boursière

24/10/2014 | Jean Gagnon

La reprise des marchés boursiers après la volatilité du début du mois d’octobre a ...

Bourse: Toronto et New York ferment au vert

24/10/2014 | AFP

Les marchés boursiers ont poursuivi leur ascension, aidés par les bons résultats ...