Guéguerre commerciale: Trump et Trudeau se rencontreront à nouveau

Publié le 19/01/2018 à 12:33

Guéguerre commerciale: Trump et Trudeau se rencontreront à nouveau

Publié le 19/01/2018 à 12:33

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau va se rendre aux Etats-Unis début février pour «resserrer» les liens entre les deux partenaires distendus par les conflits commerciaux et la difficile renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), ont annoncé vendredi ses services.


Justin Trudeau se rendra à Chicago, Los Angeles et San Francisco du 7 au 10 février pour faire valoir «l'interconnexion des économies canadienne et américaine» et promouvoir «des liens politiques et commerciaux encore plus forts», a indiqué le bureau du Premier ministre dans un communiqué.


Moins de quatre mois après sa visite à la Maison Blanche, déjà pour tenter de persuader le président Donald Trump de ne pas retirer les Etats-Unis de l'Aléna, le chef du gouvernement canadien repart au sud de la frontière pour obtenir, cette fois, des soutiens de chefs d'entreprises et de décideurs américains.


Outre la difficile renégociation de l'Aléna, de nombreux conflits commerciaux empoisonnent les relations entre les deux partenaires comme sur le bois de construction, le papier et la pâte à papier ou encore les taxes antidumping obtenues par le constructeur américain Boeing sur les avions de son concurrent canadien Bombardier.


Depuis deux semaines, plusieurs ministres du gouvernement Trudeau ont effectué des visites aux Etats-Unis pour faire valoir les intérêts de leurs exportateurs auprès des Américains et aussi les avantages retirés par les entreprises américaines sur les marchés canadiens.


La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, qui a en charge le dossier de l'Aléna, est allée à Washington, et les ministres du Développement économique, de l'Agriculture ou encore de la Sécurité publique ont visité des Etats américains les plus sensibles en termes d'emploi au maintien de l'accord de libre-échange.


La sixième séance de renégociation de l'Aléna reprend mardi à Montréal pour six jours sans réel espoir d'une conclusion. 


Chrystia Freeland, le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire mexicain à l’Économie Ildefonso Guajardo ont prévu une conférence de presse le 29 janvier, dernier jour de cette session de discussions.



« 80000 emplois menacés »


À l'aube d'une sixième ronde, une nouvelle étude suggère que le démantèlement du système canadien de la gestion de l'offre pourrait faire disparaître jusqu'à 80 000 emplois au pays.


Dévoilée vendredi, l'enquête réalisée par PwC à la demande d'importants acteurs québécois de l'industrie agroalimentaire estime qu'un tel scénario se traduirait par un impact négatif de 4,6 milliards $ à 6,3 milliards $ sur le produit intérieur brut (PIB) canadien.


C'est la Coop fédérée, Exceldor coopérative, les Fermes Burnbrae et Nutrigroupe, en collaboration avec la Fédération des producteurs d'oeufs du Québec, Les Éleveurs de volailles du Québec et les Producteurs d'oeufs d'incubation du Québec qui ont commandé l'étude.


Les conséquences citées dans le document affecteraient principalement les secteurs de la production d'oeufs et de volaille, qui représentent plus de 26 000 emplois au Québec.


Ainsi, le démantèlement du système régissant les productions de lait, d'oeufs et de volaille au pays ferait plonger de 80 pour cent à 90 pour cent la part de marché des producteurs canadiens d'oeufs alors que celle des producteurs de poulet fléchirait de 40 pour cent à 70 pour cent.


En octobre, des sources avaient indiqué à La Presse canadienne que les États-Unis avaient réclamé la fin définitive du système de la gestion de l'offre, une idée, selon Ottawa, qui est vouée à l'échec.


Les prix canadiens seraient établis par les marchés plutôt que par les offices de commercialisation et que les contrôles à l'importation seraient supprimés, craint l'étude.


Ces conclusions s'ajoutent à celles d'une autre étude commandée en 2015 par la coopérative Agropur au Boston Consulting Group (BCG) suggérant que 24 000 emplois et 6000 fermes laitières seraient à risque advenant la disparition de la gestion de l'offre.


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.