Fin de La Presse papier: Transcontinental ferme une usine

Publié le 07/11/2017 à 12:22

Fin de La Presse papier: Transcontinental ferme une usine

Publié le 07/11/2017 à 12:22

Par La Presse Canadienne

La fin attendue de la version papier de La Presse incite TC Transcontinental(Tor., TCL.A) à fermer une usine qu'elle avait construite en 2003 principalement afin d'imprimer ce quotidien.


Cette décision, annoncée mardi, touche 60 personnes. Certains travailleurs pourront être transférés ailleurs, mais il y aura néanmoins des pertes d'emplois, a indiqué la société, sans en préciser le nombre.


Transcontinental explique sa décision par la nécessité de consolider certaines de ses activités d'impression dans un contexte de décroissance du marché de l'impression de journaux.


L'imprimeur et éditeur compte rediriger le volume de son usine Transcontinental Métropolitaine vers trois autres de ses sites à compter du mois du janvier _ au moment de la fermeture de son usine montréalaise.


Parallèlement, Transcontinental poursuit la réduction de son réseau de journaux régionaux.


En avril, l'entreprise avait indiqué vouloir se départir de 93 publications québécoises et ontariennes, ainsi que leur site web. Ces actifs comprennent notamment le quotidien gratuit Métro de Montréal. Jusqu'à présent, elle a vendu 21 de ces publications.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une

Téo Taxi avait trois prises dès le départ

10:57 | Valérie et Sylvia Gilbert

BLOGUE INVITÉ. La gestion des opérations est le nerf de la guerre en affaire. Or, elle déficiente chez Téo Taxi.

Hypothèque à taux révisable annuellement : une bonne idée?

Notre lectrice s’est fait proposer un type de prêt hypothécaire dont elle n’avait jamais entendu parler.

Immobilier: de la croissance dans les régions du Québec

Il y a 7 minutes | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. L'immobilier a progressé dans la majorité des régions du Québec en 2018, malgré une remontée des taux.