La Fed tourne une page d'histoire... et prépare une hausse de taux

Publié le 20/09/2017 à 14:50

La Fed tourne une page d'histoire... et prépare une hausse de taux

Publié le 20/09/2017 à 14:50

Par AFP

Photo: Gettyimages

La Réserve fédérale américaine (Fed) a pris la décision historique mercredi de tourner la page du stimulus monétaire, en cessant progressivement de réinvestir dans les bons du Trésor américain. 


A partir d'octobre la Banque centrale va réduire ses investissements dans les bons du Trésor et titres hypothécaires, a annoncé la Fed à l'issue d'une réunion monétaire. Ces mesures monétaires exceptionnelles, appelées QE (pour quantitative easing ou assouplissement quantitatif), avaient été prises après la crise financière de 2008 pour doper la reprise économique.


La Fed a par ailleurs laissé ses taux d'intérêt inchangés dans la fourchette de 1% à 1,25%, indique le communiqué du Comité monétaire (FOMC).


La banque centrale va donc commencer à dégonfler son énorme bilan, fort du montant record de 4500 milliards d'actifs (bons du Trésor et titres appuyés sur des créances hypothécaires), en cessant de réinvestir dans les titres qui arrivent à maturité.


Elle va le faire très progressivement au rythme de 10 milliards de dollars par mois pendant trois mois, puis l'augmentera de 10 autres milliards tous les trois mois.



« Cette réduction du rôle de la puissante banque centrale sur le marché obligataire équivaut dans les faits à un léger resserrement de la politique monétaire. »


La Réserve fédérale veut que le processus soit très progressif et prévisible pour éviter de provoquer des remous sur les marchés financiers comme cela avait été le cas en 2013 lorsqu'elle avait annoncé une réduction de ses achats d'actifs.


La Fed a par ailleurs, comme s'y attendaient les acteurs financiers, marqué une pause sur les taux. Mais d'après les prévisions médianes des membres du FOMC, elle prévoit toujours une hausse du taux d'intérêt au jour le jour d'un quart de point de pourcentage en décembre et trois autres en 2018, si l'économie évolue comme prévu. 


Si elle relève les taux à la fin de l'année, ce sera le quatrième tour de vis depuis l'élection de Donald Trump en novembre 2016.


L'économie va continuer à croître à un rythme «modéré» même si les ouragans Harvey, Irma et Maria «qui ont dévasté de nombreuses communautés» vont affecter «l'activité économique à court terme», juge la Fed.


La Fed pense néanmoins «au vu de l'expérience passée» que ces catastrophes «ne vont pas altérer» le cours de la première économie mondiale «à moyen terme».


La banque centrale a d'ailleurs relevé sa prévision de croissance pour l'économie américaine qui s'affiche à 2,4% en rythme annuel cette année, contre 2,2% prévus en juin.


L'inflation, qui peut être dopée provisoirement par une hausse des prix de l'essence à cause des ouragans dans les régions du sud où opèrent de nombreuses raffineries, reste modeste. La Fed continue de "l'observer de près".


Selon ses nouvelles prévisions, l'indice des prix PCE progressera modestement de 1,6% cette année (1,4% en juillet) et n'atteindra la cible de 2% qu'en 2019.


Pas de panique sur les marchés


Les marchés financiers accueillent mercredi sans panique les décisions sans grande surprise de la banque centrale américaine. 


L'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui s'affichait en hausse de 0,03% quelques instants avant la diffusion du communiqué de la Réserve fédérale (Fed), reculait de 0,11%, à 22345 après avoir un peu hésité sur la direction à suivre. 


L'indice dollar, qui mesure la valeur du billet vert face à un panier composé des principales devises sur le marché mondial, progressait à 92,21 cents contre 91,64 cents avant le communiqué. 


«Ce qui n'était pas forcément attendu, c'est que les responsables de la Fed réaffirment qu'il y aura une troisième hausse des taux en 2017, en estimant que les effets des deux ouragans (Harvey et Irma) sur l'économie seront seulement passagers», a commenté Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. 


«Comme il y a encore peu de temps la majorité des acteurs du marché pensait qu'il n'y aurait plus de hausse en 2017, cette nouvelle perspective est positive pour le dollar», a-t-il ajouté.


Une hausse des taux de la Fed rend le billet vert plus rémunérateur et donc plus attractif pour les investisseurs.


 

À suivre dans cette section


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Bourse: la réforme fiscale de Trump avance, Wall Street aussi

Mis à jour le 20/10/2017 | lesaffaires.com

L'indice torontois a atteint ce vendredi son plus haut niveau sur les huit derniers mois.

Les titres favoris de Jamie Jenkins et sa stratégie d’investissement responsable

20/10/2017 | Stéphane Rolland

«L’un des plus grands mythes avec les principes ESG est qu’il y aurait une pénalité sur les rendements.»

À la une

Colabor: la relance promise tarde, le PDG quitte

Mis à jour il y a 1 minutes | Dominique Beauchamp

Le grossiste tarde à se redresser un an après avoir eu l'appui financier de la Caisse, d'IQ et de la FTQ.

Bombardier goûte à la médecine qui a fait son propre succès

Mis à jour le 21/10/2017 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. La vente récente du contrôle de la CSeries poursuit une tendance historique.

Pourrez-vous survivre à la nouvelle concurrence chinoise?

Mis à jour le 21/10/2017 | François Normand

ANALYSE– La Chine vient de lancer une réforme majeure qui affectera plusieurs entreprises canadiennes et occidentales.