Enquête sur Bombardier: la Caisse défendra ses investissements

Publié le 18/05/2017 à 15:36

Enquête sur Bombardier: la Caisse défendra ses investissements

Publié le 18/05/2017 à 15:36

Par lesaffaires.com

Les États-Unis ont annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête anti-dumping visant les importations d'avions commerciaux canadiens Bombardier (BBD.B, 2,05$) après la plainte déposée récemment par son rival américain Boeing (BA, 177,50$US). La Caisse de dépôt et de placement du Québec (CDPQ) a indiqué dans la foulée qu'elle démontrera alors «la nature commerciale de ses investissements».


À la suite d'ouverture d'une enquête sur le programme CSeries de Bombardier, la Caisse fera la «démonstration claire que ses investissements dans l’entreprise ont toujours été de nature commerciale», précise l'organisme par voie de communiqué.


La Caisse «déplore la décision du Département du Commerce» américain, insistant sur le fait que ses investissements commerciaux sont «conformes aux pratiques du marché». L'institution québécoise offre sa pleine collaboration pour clore cette affaire rapidement et éviter de «nuire davantage à l’industrie de l’aviation civile».


La Caisse rappelle qu'en sa qualité d'investisseur institutionnel de premier plan elle cherche à obtenir «les meilleurs rendements ajustés selon le risque pour ses clients, envers qui elle a des obligations fiduciaires». Sa performance se comparant d'ailleurs à celle de ses pairs canadiens et internationaux.


La plainte de Boeing mentionne deux investissements de la Caisse dans Bombardier: sa participation dans une marge de crédit renouvelable pour la compagnie en 2009, et son acquisition d’une participation minoritaire dans la division ferroviaire de Bombardier en 2015.


«La marge de crédit de 2009 a été mise en place par un groupe de banques commerciales et autres institutions, dont la Caisse s’est retirée en 2013. Boeing n’a présenté aucune information permettant de soutenir que les conditions de cette marge de crédit n’étaient pas de nature commerciale, ou qu’elle conférait une subvention à Bombardie», souligne la Caisse.


L’acquisition d’une participation de 30% dans la division ferroviaire de Bombardier a été complétée à la suite d’une vérification diligente approfondie, et en consultation avec des aviseurs externes.


«Tant le prix payé que les termes de l’entente sont de nature strictement commerciale et ne constituent d’aucune façon une subvention de la Caisse à Bombardier», ponctue la CDPQ.


 


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

À la une

«C'est une des choses qui tuent les studios de jeux vidéo»

Voici la réalité des studios indépendants, ou indies, dans le jargon de l'industrie...

Les bons et moins bons coups de Chris Arsenault

Quand on pense à long terme, c'est payant, même à court terme, démontre le bon coup de l'associé du fonds iNovia...

Le Québec, terreau fertile pour un leader populiste?

Aujourd'hui, 2 Québécois sur 3 se disent prêts à voter pour un leader populiste, selon un sondage Crop-Cogeco.