Emploi : moins de volatilité au Québec, dit VMBL

Publié le 07/02/2013 à 15:39

Emploi : moins de volatilité au Québec, dit VMBL

Publié le 07/02/2013 à 15:39

Par Stéphane Rolland

Photo:Bloomberg

Les Québécois ne doivent pas s’attendre à une croissance du marché l’emploi aussi forte qu’au sud de la frontière. Le constat n’est peut-être pas si triste qu’on puisse le croire lorsqu’on regarde les conclusions d’une note de l’équipe de recherche économique de Valeurs mobilières Banque Laurentienne.


En fait, le marché de l’emploi serait plus stable au Québec, note Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint, dans le document. M. Lavoie utilise l’indice de diffusion, une donnée qui permet d’estimer dans combien de secteurs d’activités l’emploi est en croissance.


M. Lavoie constate qu’il y a moins de secteurs cycliques au Québec qu’aux États-Unis ou en Alberta. « Historiquement, la diffusion de l’emploi au Québec n’atteint pas des extrêmes très faibles, ni très élevés», ajoute-t-il.


L’économiste explique qu’on a procédé à des embauches dans moins de secteurs lors des périodes de reprises, mais que moins de secteurs ont vu les effectifs diminués durant les périodes de crise économique.


« Le fait qu’une faible majorité de secteurs ont coupé/ajouté des postes lors des divers cycles peut s’expliquer par une économie diversifiée où les pôles d’activités sont moins interreliés (construction, aérospatiale, pharmaceutique, etc. », peut-on lire.


Un taux de syndicalisation plus élevé au Québec (39 %) par rapport aux autres provinces (31 %) peut aussi avoir favorisé une certaine stabilité, ajoute-t-il.


En comparaison, l’emploi profite davantage de la reprise aux États-Unis lors du dernier semestre de 2012. « Toutefois, il serait hasardeux d’affirmer que ce duo est gage de durabilité », nuance-t-il.


Par exemple, durant la récession aux États-Unis en 2009, seuls 20 % des secteurs enregistraient une croissance de l’emploi, comparativement à 69 % au Québec.


« Donc, la sensibilité des entreprises du secteur privé semble généralisée lorsqu’il y a une récession ou une expansion; seulement l’ampleur des coupures et ajouts varie. Bref, c’est l’euphorie ou la déprime à l’unisson. »


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

De grandes retombées pour l'économie québécoise

Édition du 21 Octobre 2017 | Simon Lord

C'est en bonne partie grâce aux activités de valorisation que la recherche universitaire génère de grands ...

Éloge de la laideur

16/10/2017 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est que–tenez-vous bien!– elle peut se révéler être un avantage concurrentiel énorme...

À la une

Immobilier: l'année 2017 surpasse les attentes

Il y a 19 minutes | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les ventes et les prix ont crû lors des 9 premiers mois de l'année dans le secteur résidentiel au Québec.

La chasse à l'âgisme

13:35 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Nous devrions juger un individu sur ses résultats, pas sur sa date d’anniversaire.

Google Pixel 2 et Pixel 2 XL: on a enfin trouvé la clé à l'univers de Google

BLOGUE. Musique, télé, réalité virtuelle, intelligence artificielle… On a maintenant la clé, en deux formats.