Emploi : moins de volatilité au Québec, dit VMBL

Publié le 07/02/2013 à 15:39

Emploi : moins de volatilité au Québec, dit VMBL

Publié le 07/02/2013 à 15:39

Par Stéphane Rolland

Photo:Bloomberg

Les Québécois ne doivent pas s’attendre à une croissance du marché l’emploi aussi forte qu’au sud de la frontière. Le constat n’est peut-être pas si triste qu’on puisse le croire lorsqu’on regarde les conclusions d’une note de l’équipe de recherche économique de Valeurs mobilières Banque Laurentienne.


En fait, le marché de l’emploi serait plus stable au Québec, note Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint, dans le document. M. Lavoie utilise l’indice de diffusion, une donnée qui permet d’estimer dans combien de secteurs d’activités l’emploi est en croissance.


M. Lavoie constate qu’il y a moins de secteurs cycliques au Québec qu’aux États-Unis ou en Alberta. « Historiquement, la diffusion de l’emploi au Québec n’atteint pas des extrêmes très faibles, ni très élevés», ajoute-t-il.


L’économiste explique qu’on a procédé à des embauches dans moins de secteurs lors des périodes de reprises, mais que moins de secteurs ont vu les effectifs diminués durant les périodes de crise économique.


« Le fait qu’une faible majorité de secteurs ont coupé/ajouté des postes lors des divers cycles peut s’expliquer par une économie diversifiée où les pôles d’activités sont moins interreliés (construction, aérospatiale, pharmaceutique, etc. », peut-on lire.


Un taux de syndicalisation plus élevé au Québec (39 %) par rapport aux autres provinces (31 %) peut aussi avoir favorisé une certaine stabilité, ajoute-t-il.


En comparaison, l’emploi profite davantage de la reprise aux États-Unis lors du dernier semestre de 2012. « Toutefois, il serait hasardeux d’affirmer que ce duo est gage de durabilité », nuance-t-il.


Par exemple, durant la récession aux États-Unis en 2009, seuls 20 % des secteurs enregistraient une croissance de l’emploi, comparativement à 69 % au Québec.


« Donc, la sensibilité des entreprises du secteur privé semble généralisée lorsqu’il y a une récession ou une expansion; seulement l’ampleur des coupures et ajouts varie. Bref, c’est l’euphorie ou la déprime à l’unisson. »

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Mesdames, oubliez les sites de rencontres!

24/04/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Les statistiques dévoilées au CHI 2018 montrent qu'il est impossible d'y trouver l'âme soeur...

Cette semaine, je vous emmène... dans le futur!

23/04/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Je vais vous faire vivre mes découvertes à un événement technologique hors du commun.

À la une

Facebook: bond des résultats et nombre d'utilisateurs en hausse

17:04 | AFP

Facebook, englué dans le scandale de la fuite de données personnelles, a annoncé des résultats trimestriels en hausse.

Facebook publie des résultats attendus, les premiers depuis le scandale des données

06:38 | AFP

Le groupe a répété qu'il ne s'attendait pas à un impact significatif sur ses activités.

Amazon et Google suspendues à Wall Street

14:01 | AFP

L'opérateur de la Bourse de New York a suspendu quelques titres, et non des moindres, pour des raisons techniques.