Dette étudiante: 65 % des finissants touchés

Publié le 06/09/2011 à 08:00, mis à jour le 06/09/2011 à 07:49

Dette étudiante: 65 % des finissants touchés

Publié le 06/09/2011 à 08:00, mis à jour le 06/09/2011 à 07:49

Par Stéphane Rolland

Photo : Bloomberg

Plus de la moitié des étudiants au baccalauréat (65 %) prévoient terminer leurs études endettés, selon une recherche de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) réalisée à partir d’une enquête faite à l’automne 2009. La dette moyenne d’un bachelier à la fin de ses études atteint 13 967 $, selon la même étude.


Dans le document de quelque 200 pages, la FEUQ regarde la situation financière des étudiants de premier cycle universitaire sous toutes les coutures (source des dettes, revenu d’emploi, implication de la famille, dépenses quotidiennes, etc).


Notons que les deux tiers des étudiants ne vivront pas chez leur parent durant la totalité de leurs études, écrit-on. Les étudiants sont 61 % à recevoir une aide de leur parent. Parmi eux, 63 % reçoivent une contribution inférieure à 3000 $.


Autre donnée intéressante, pour les 63 % d’étudiants qui travaillent en même temps que leurs études, leur salaire annuel moyen s’établissait à 8 929 $ à l’automne 2009.


Avec cette étude, la FEUQ veut aussi défaire l’image de l’étudiant dépensier. Les dépenses en loisir en moyenne de l’étudiant s’établissent à 2 339 $. La moitié des étudiants dépenserait moins de 1 300 $ (médiane), toujours selon l’étude.


En moyenne, une personne seule dépense 3 410 $ pour ses loisirs, selon une enquête de Statistique Canda réalisée en 2008. La médiane se situe à 2 295 $.


À la lumière de ce rapport, la FEUQ émet 16 recommandations. Parmi elles, on compte un gel des frais de scolarité, une «meilleure règlementation des frais afférents», et des bonifications aux programmes de prêts et bourses.


 

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

La dette du Québec et le déficit actuel

        Au sujet des auteurs du blogue : Patrick Thénière et Rémy Morel ...

Un gestionnaire d'envergure pessimiste envers le Canada

Combien de fois avons-nous entendu parler des risques économiques qui ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Pourquoi le secteur de l’énergie peut continuer à se démarquer

Le secteur de l’énergie devrait profiter des cours du pétrole et du gaz et de la rotation vers les secteurs sous-évalués