Desjardins épargnée par la décote des banques de Moody's

Publié le 11/05/2017 à 15:56

Desjardins épargnée par la décote des banques de Moody's

Publié le 11/05/2017 à 15:56

Photo: Charles Desgroseilliers

Desjardins a évité le mauvais sort que l’agence de notation Moody’s a réservé aux principales banques du pays, en raison probablement de sa faible exposition aux risques de surchauffe immobilière.


L'agence de notation Moody's a abaissé la cote des six grandes banques canadiennes, en raison de l'endettement élevé des ménages et de la hausse du prix des maisons.


Les institutions touchées sont la Banque TD(Tor., TD), la Banque de Montréal(Tor., BMO), la Banque Scotia(Tor, BNS), la Banque CIBC(Tor., CM), la Banque Nationale(Tor., NA) et la Banque Royale(Tor., RY).


Cette décote signifie que les banques verront leurs coûts de refinancement augmenter, ce qui pourrait mener à une hausse des taux d'intérêt imposés aux consommateurs pour compenser la baisse de leur rentabilité.


Desjardins surpasse presque toutes les banques


La dette de Desjardins conserve ainsi sa note Aa2 avec une perspective négative, une cote supérieure à celle de toutes les banques à l’exception de la TD qui se voit attribuer la même que celle de l’institution québécoise.


Moody's s'attend à ce que les six banques rencontreront des conditions difficiles pour le reste de l'année et possiblement encore plus longtemps. Ce qui est susceptible d'entraîner une dégradation de la qualité de leurs actifs et une plus grande vulnérabilité aux «chocs extérieurs».


Moody's a expliqué qu'elle s'inquiète de plus en plus que la hausse du niveau d'endettement du secteur privé ne finisse par affaiblir les actifs de qualité.


Elle a dit que l'augmentation de la dette des ménages et la hausse du prix des maisons rendent les consommateurs _ et les banques _ plus vulnérables que dans le passé aux facteurs qui pourraient faire reculer l'économie canadienne.


L'endettement privé au Canada équivalait à 185% du produit intérieur brut fin 2016, en hausse par rapport à 179,3% en 2015, selon Moody's. L'endettement des ménages était la principale cause de cette augmentation, cette dette représentait en moyenne 167% du revenu disponible des foyers fin 2016.


La Nationale perd plus de 2%


Dans la foulée de cette annonce de Moody’s, les titres des banques reculent davantage que l’indice S&P/TSX jeudi à la Bourse de Toronto. Tandis que le TSX perd 0,59% peu avant la fermeture, la Banque Royale, principale institution financière du pays, cède 0,75%.


L’action de la Banque Nationale est celle qui souffre le plus, laissant tomber 2,6%.


 


 


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

Brexit: des conséquences limitées sur l'économie américaine

28/06/2016 | AFP

Les États-Unis joueront encore plus le rôle de valeur refuge, selon l'agence Fitch.

Moody's décote Bombardier, qui proteste

23/06/2016 | Denis Lalonde

La décision de l'agence de notation soulève l'ire de la direction du manufacturier.

À la une

Fiscalité des PME: Morneau tuerait-il la poule aux oeufs d’or?

BLOGUE. Un pan de la réforme de Bill Morneau priverait Ottawa de revenus plutôt que de lui en procurer davantage.

Pourquoi il y a incompétence au ministère des Finances du Canada

Mis à jour à 06:34 | Dany Provost

BLOGUE. Une guerre est déclenchée contre le ministère des finances du Canada. On se réveille enfin.

Les erreurs du fisc fédéral nous saignent, rage Yves Chartrand

20/09/2017 | Guillaume Poulin-Goyer

Le fiscaliste-vedette du Québec tire à boulets rouges sur le ministère des finances à Ottawa.