Bombardier gagne une manche contre Metrolinx

Publié le 19/04/2017 à 13:46

Bombardier gagne une manche contre Metrolinx

Publié le 19/04/2017 à 13:46

Par La Presse Canadienne

Photo: Bloomberg

L'agence ontarienne de transport régional Metrolinx a échoué dans sa tentative visant à annuler le contrat de 770M$ octroyé à Bombardier (Tor., BBD.B) pour 182 voitures de trains légers.


Dans une décision rendue mercredi, le juge Glenn Hainey, de la Cour supérieure de l'Ontario, a tranché en faveur du constructeur de matériel roulant et d'avions, qui tentait d'obtenir une injonction.


Cela oblige les deux parties à s'asseoir afin de trouver une solution. Bombardier et Metrolinx n'avaient pas commenté dans l'immédiat.


L'agence ontarienne avait émis un avis d'intention en octobre dernier en vue de résilier l'entente, affirmant que Bombardier avait raté plusieurs échéances afin de lui livrer un prototype.


L'agence ontarienne faisait valoir l'urgence d'agir pour identifier un nouveau fournisseur afin de respecter l'échéancier de 2021 pour la mise en service de la ligne ferroviaire Eglinton Crosstown à Toronto, dont la facture est estimée à 5,3 milliards de dollars. 


Bombardier répliquait en disant avoir identifié les problèmes ayant provoqué les retards et se disait en mesure de débuter la production dès novembre 2018.


 


 

Sur le même sujet

Le gouvernement Trudeau renoncerait aux avions de combat Boeing

08/12/2017 | LesAffaires.com et AFP

Au profit de vieux F18 venant d'Australie, selon le constructeur américain. Une décision non confirmée par Ottawa.

À surveiller: Bombardier, Canadian Western Bank et WestJet

08/12/2017 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Bombardier, Western Canadian Bank et WestJet? Voici quelques recommandations qui ...

À la une

Gare aux profiteurs

Édition de Novembre 2017 | Kathy Noël

Jalousie, attentes, rejet... Un gain d'argent soudain peut susciter la convoitise et le mécontentement.

«Chaque jour de gens nous contactent pour investir dans la crypto»

11:48 | LesAffaires.com et AFP

Les investisseurs institutionnels rechignent encore à s'impliquer. Mais la demande reste «hallucinante».

Entrepreneurs, il est temps de vous mettre au mandarin...

Grâce à un accord de libre-échange avec la Chine, nos entreprises pourraient vendre facilement. Analyse des impacts.