Bellus Santé a perdu 13 M$ en 2012

Publié le 27/02/2013 à 09:44

Bellus Santé a perdu 13 M$ en 2012

Publié le 27/02/2013 à 09:44

Par La Presse Canadienne

L'entreprise pharmaceutique lavalloise Bellus Santé a épongé une perte de 13,2 millions $ pendant l'exercice 2012, soit 41 cents par action, après avoir engrangé un profit de 3,4 millions $ ou 39 cents par action un an plus tôt.


L'augmentation de la perte nette serait principalement due aux éléments enregistrés relativement au partenariat stratégique, au financement et à la réorganisation du capital au cours du second trimestre de 2012.


Ses revenus se sont chiffrés à 2,3 millions $, comparativement à 3,1 millions $ en 2011.


La diminution serait principalement attribuable aux produits moins élevés constatés pour fins comptables relativement aux ententes conclues avec Celtic Therapeutics pour le développement du produit Kiacta, qui fait l'objet d'études pour le traitement de l'amylose AA.


Au 31 décembre 2012, la société disposait d'espèces, de quasi-espèces et de placements à court terme totalisant 18.6 millions $.

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Groupe Sportscene double ses profits

17/04/2014 | lesaffaires.com

Quand le Canadien va, tout va. Ainsi pourrait-on résumer les derniers résultats financiers du Groupe ...

Google déçoit malgré un bénéfice en hausse de 32%

16/04/2014 | AFP

Le géant internet américain Google a déçu les attentes au premier trimestre, malgré ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Pourquoi le secteur de l’énergie peut continuer à se démarquer

Le secteur de l’énergie devrait profiter des cours du pétrole et du gaz et de la rotation vers les secteurs sous-évalués