Banques: «tromper les clients? Nous le faisons tous»

Publié le 15/03/2017 à 13:05

Banques: «tromper les clients? Nous le faisons tous»

Publié le 15/03/2017 à 13:05

Des milliers de courriers ont inondé les rédactions de presse, une préoccupante avalanche de révélations sur les pratiques commerciales du secteur bancaire. Au point où le gouvernement canadien a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête.


À la Bourse de Toronto, les valeurs bancaires n'apprécient visiblement pas l’annonce faite aujourd’hui par l'Agence de la consommation en matière financière du Canada. L’ACFC a indiqué que son prochain examen des pratiques commerciales dans le secteur débuterait en avril.


La commissaire de l'ACFC, Lucie Tedesco, s'est dite préoccupée par des allégations récentes concernant la vente de produits et de services qui n'avaient pas obtenu le consentement préalable des clients. On pense notamment aux accusations portées contre Banque TD.


À l'heure où les Canadiens démontrent un grand appétit pour les crédits, et que l'endettement atteint des sommets, ces allégations de manque de transparence voire de tromperies prennent une autre dimension.


«Nous le faisons tous», a indiqué dans un courrier envoyé à la chaîne publique CBC un employé de la Banque Royale. Une autre source explique avoir été menacée de perdre son emploi si elle n'atteignait pas ses objectifs de ventes, ajoutant que les salariés reçoivent «chaque semaine des courriels surlignant en rouge les employés n'ayant pas atteint les objectifs de vente. C'est du harcèlement».


Un courtier d'assurance de la Banque TD a avoué à l'émission Go Public que les employés sont «directement incités à raconter de fausses histoires pour vendre des produits».


Encouragés par les révélations sur la banque TD, des centaines d'employés des autres plus grosses institutions financières du pays ont contacté la presse pour faire part de conditions de travail déplorables et de techniques de vente trompeuses similaires.


L'ACFC a indiqué vouloir enquêter «sur toute situation de non-conformité» pour faire «respecter la loi». Début février, l'agence avait déjà envoyé une lettre aux banques, les enjoignant à «s’assurer que la communication n’a pas pour effet de tromper les consommateurs lors du processus d’obtention de leur consentement» avant la vente de produits financiers.


 

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Cette fintech éclipse les géants bancaires

15/08/2018 | LesAffaires.com et AFP

Wirecard pèse désormais plus que Deutsche Bank et pourrait remplacer Commerzbank au sein de l'indice vedette allemand.

Crise turque: les banques canadiennes sont peu à risque

13/08/2018 | François Normand

Les banques européennes sont très à risque, mais pas les canadiennes. Voici pourquoi.

À la une

Bourse: un record de longévité plus anxieux qu'heureux

BLOGUE. Les financiers sont divisés alors que la Bourse américaine s'apprête à surpasser le record des années 1990.

Les États-Unis ne doivent pas perdre la Turquie

18/08/2018 | François Normand

ANALYSE - De bonnes relations entre les États-Unis et la Turquie sont vitales pour le Canada. Voici pourquoi.

Accueillez les clients comme s'ils étaient vos invités

BLOGUE INVITÉ. On veut qu’ils passent un bon moment en notre compagnie. C’est aussi simple que ça.