Apple est-elle si pourrie?

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Septembre 2016

Apple est-elle si pourrie?

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Septembre 2016

Par Robert Dutton

Les entreprises doivent faire leur juste part en matière fiscale. Cela ne fait aucun doute. Tous les États du monde doivent travailler de concert pour empêcher les entreprises d'éviter de payer cette juste part en déplaçant leurs profits vers des paradis fiscaux où elles n'exercent aucune activité réelle. À ce sujet, l'OCDE et le G20 ont récemment lancé le Projet sur l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices (BEPS). On ne peut qu'appuyer cette initiative qui vise à colmater les fuites fiscales.


Dernièrement, la Commission européenne a condamné Apple à verser au fisc irlandais la somme de 19 milliards de dollars canadiens, plus intérêts, pour les années 2004 à 2013. La Commission affirme qu'Apple aurait reçu un traitement fiscal enfreignant la législation européenne en matière de concurrence. Apple et le gouvernement de l'Irlande ont tous deux affirmé qu'ils en appelleraient de la décision.


Dans la foulée de cette décision fort médiatisée, beaucoup d'observateurs ont fait l'amalgame entre le cas d'Apple, les paradis fiscaux et l'évitement fiscal. La réalité est plus nuancée.


Apple n'est pas un voyou fiscal


Je ne présume en rien du bien-fondé ou du «mal-fondé» du cas d'Apple soulevé par la Commission européenne. Je présume encore moins de la décision que prendra, sans doute dans plusieurs années, la Cour de justice de l'Union européenne. Peut-être que le tribunal conclura effectivement que les décisions anticipées (tax rulings) du fisc irlandais concernant Apple, en 1991 et en 2007, violaient la législation européenne sur la concurrence.


Mais quelle que soit l'issue de ce dossier, il sera difficile d'en conclure qu'Apple est un voyou fiscal.


Pour son exercice 2015, Apple a enregistré à ses états financiers une provision de 19,1 milliards de dollars américains pour impôts sur les bénéfices - c'est 4,5 G$ US de plus que les profits de Wal-Mart. Cette charge d'impôts représente 26,4 % de son bénéfice avant impôts, ce qui se compare au taux d'imposition de nombreuses grandes sociétés américaines. Depuis 10 ans, le taux d'imposition du géant californien a oscillé entre 24 % et 32 %. Certes, il s'agit de provisions et non de décaissements. Ces provisions sont en partie le produit des lois fiscales américaines qui permettent de reporter le paiement des impôts au fisc américain jusqu'au rapatriement aux États-Unis des bénéfices réalisés à l'étranger. Apple n'en a pas moins déboursé 13,3 G$ US en impôts en 2015 (36 M$ US par jour !). Apple affirme avoir payé 400 M$ US au fisc irlandais en 2014 et versé encore 400 M$ US au fisc américain sur ces mêmes bénéfices enregistrés en Irlande.


Je ne sais pas si Apple fait sa «juste» part, mais elle participe assurément de façon imposante au sein des collectivités où elle est présente. L'enjeu n'est pas de savoir si Apple paie suffisamment d'impôts, mais bien à qui elle devrait les payer. Il y a fort à parier que, si Apple est condamnée à payer la totalité ou une partie de ces 13 milliards d'euros, d'autres juridictions, au premier chef les États-Unis, devront en éponger une partie en vertu du principe qu'un revenu ne doit pas être imposé deux fois.


L'Irlande, qui conteste également la décision de la Commission, refuse de réclamer les 13 milliards d'euros que la Commission voudrait voir Apple lui payer. On peut le comprendre.


L'Irlande n'est pas un paradis fiscal


En 1980, l'Irlande se classait 16e parmi 17 pays européens membres de l'OCDE au chapitre du PIB par personne. En 2015, elle était quatrième. De pays agraire, l'Irlande est devenue un pivot de l'économie des technologies. Cette performance spectaculaire est le produit d'une stratégie de développement efficace. Une fiscalité des sociétés concurrentielle, à 12,5 % des bénéfices, est une composante essentielle de cette stratégie.


Cela ne fait pas de l'Irlande un paradis fiscal. L'impôt des sociétés, en Irlande, représentait 2,5 % du PIB en 2014, une proportion qui se compare à d'autres pays européens tels le Royaume-Uni (2,4 %), la Suède (2,6 %), la France (2,0 %), l'Autriche (2,1 %) ou l'Allemagne (1,5 %). L'impôt des sociétés représente 3,1 % du PIB canadien et 2,6 % de celui des États-Unis. La Commission ne conteste d'ailleurs ni la légalité ni la légitimité de la fiscalité irlandaise des sociétés.


Grâce à sa fiscalité concurrentielle, l'Irlande a attiré énormément d'investissements étrangers. Plus de 700 sociétés américaines se seraient implantées dans ce pays de 4,6 millions d'habitants au cours des 20 dernières années. Elles y ont investi plus de 310 G$ US. De nombreuses multinationales originaires d'autres pays ont également élu domicile en Irlande. Il s'agit là d'investissements très réels, sources de richesse et d'emplois - plus de 130 000 au total, dont 50 000 emplois manufacturiers pour les seules sociétés américaines.


Dès 1980, Apple a construit une usine à Cork, dans le sud de l'Irlande, et y a embauché 60 personnes. Au fil des ans, Apple a été rejointe par Airbnb, Google, LinkedIn, eBay, Oracle, Twitter et des centaines d'autres, qui ont établi en Irlande leur «tête de pont» pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique. Aujourd'hui, Apple emploie environ 6 000 personnes en Irlande. On est loin du casier postal dans un bureau d'avocats d'une île tropicale, à seule fin d'éviter de payer de l'impôt.


À lire aussi, sur le même sujet, la chronique de Yannick Clérouin : «Les planifications fiscales à la Apple, un danger pour l'investisseur ?»


Biographie


Pendant plus de 20 ans, il a été président et chef de la direction de Rona. Sous sa gouverne, l'entreprise a connu une croissance soutenue et est devenue le plus important distributeur et détaillant de produits de quincaillerie, de rénovation et de jardinage du Canada. Après avoir accompagné un groupe d'entrepreneurs à l'École d'entrepreneurship de Beauce, Robert Dutton a décidé de se joindre à l'École des dirigeants de HEC Montréal à titre de professeur associé.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

En quoi #MoiAussi concerne aussi les conseils d’administration

BLOGUE INVITÉ. Voici des actions concrètes que les CA de PME peuvent poser pour gérer les risques de harcèlement.

Anfibio chausse une nouvelle génération

13:57 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Cinquante ans après sa création, la PME ouvrira son premier atelier-boutique.

Le prix des propriétés multirésidentielles en hausse en 2018

13/11/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les hausses des prix médians des propriétés multirésidentielles dépassent celles des unifamiliales.