Anatomie d'un cycle boursier

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

Anatomie d'un cycle boursier

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

Raymond Kerzérho

À l'aube du dixième anniversaire du creux boursier de 2009, de nombreux investisseurs se demandent si un marché baissier pourrait s'amorcer bientôt. Malheureusement, on ne peut prédire à quel moment un tel événement peut survenir. Si vous êtes un investisseur qui poursuit des objectifs à long terme, vous souhaiterez quand même vous doter d'un cadre stratégique pour orienter vos choix de placement. Comprendre le fonctionnement des cycles boursiers en fait partie.


Corrections, krachs et marchés baissiers en Bourse


La définition d'un marché baissier est un déclin prolongé de 20 % ou davantage qui fait suite à un sommet dans les indices boursiers. Le marché baissier se distingue de la correction boursière, laquelle se limite à un recul se situant entre 10 % et 20 %. Un krach boursier est l'équivalent d'un marché baissier éclair, alors qu'un recul très important survient dans l'espace de quelques jours ou même de quelques heures. Bien sûr, la réalité est parfois plus nuancée. Par exemple, le marché baissier de 2008-2009 a été de brève durée, alors que l'essentiel des pertes s'est concentré entre septembre 2008 et la mi-mars 2009, lui donnant des allures de krach. Généralement, les corrections sont assez faciles à tolérer. Par contre, le krach coupe le souffle des investisseurs comme un puissant coup de poing. Le marché baissier, lui, grignote leur patience, surtout celle de ceux qui viennent de commencer à investir et qui n'ont pas encore bénéficié des périodes de hausse.


Marché haussier et cycle boursier


Le marché haussier commence lorsque le marché baissier atteint un creux et se termine lors du sommet subséquent. En additionnant le marché baissier et le marché haussier, la boucle est bouclée et nous obtenons un cycle boursier complet. L'espérance de vie dans les pays développés étant de plus de 80 ans, vous devez vous attendre à traverser plusieurs de ces cycles durant votre vie d'investisseur. Mais combien au juste ?


Durée moyenne d'un cycle boursier


J'ai compilé quelques statistiques sur les cycles boursiers depuis 1970. Aux États-Unis, les marchés haussiers durent en moyenne 9,5 ans (113 mois) tandis que les marchés baissiers ont duré en moyenne 33 mois, soit moins de 1,5 an. Les données comparables pour le Canada et les marchés développés internationaux sont affichées dans le tableau 1. Vous noterez que les cycles y ont été plus courts qu'aux États-Unis. Il ne faut pas en tirer de conclusions exagérées, car d'un point de vue statistique, 48 années, c'est somme toute assez peu de données. Une bonne nouvelle en ressort toutefois : les marchés haussiers durent beaucoup plus longtemps que les marchés baissiers.


Rendements lors des cycles boursiers


La suite logique de notre réflexion est de se demander combien on gagne et combien on perd durant les différentes phases boursières. Le tableau 2 nous fournit les moyennes des rendements réalisés par les marchés boursiers, compte tenu des gains en capital et des dividendes. Par exemple, au Canada, un marché haussier a rapporté en moyenne 164 %, tandis qu'un marché baissier a coûté aux investisseurs 33 %, pour un gain cumulatif moyen de 81 % sur un cycle complet. Le tableau 2 fournit la même analyse pour les marchés américain et internationaux. Vous noterez que les gains y sont beaucoup plus importants qu'au Canada. Mais attention aux fausses apparences. La Bourse canadienne a traversé sept cycles complets depuis 1970, contre seulement quatre pour les États-Unis et cinq pour les marchés internationaux. Les cycles boursiers ayant été plus fréquents et plus courts au Canada, il est donc normal que les gains cumulatifs soient moindres.


Investir n'est pourtant pas si rose


Jusqu'ici, la mathématique des cycles boursiers semble drôlement favorable. Les marchés haussiers durent beaucoup plus longtemps que les marchés baissiers et les gains nets obtenus sur un cycle complet sont substantiels. Comment explique-t-on alors que les investisseurs expérimentés gardent parfois un souvenir aigre-doux de leur expérience boursière ? C'est probablement parce que les marchés baissiers causent beaucoup plus de dommages qu'il n'y paraît au premier coup d'oeil. Prenons l'exemple simple de quelqu'un qui a investi 100 $ dans les actions américaines à leur sommet de 2007, point de départ de l'un des plus sévères marchés baissiers de l'histoire, qui a connu un déclin de 50 %. Au creux du marché, le portefeuille de notre investisseur ne valait donc plus que 50 $. Pour recouvrer ses pertes, notre investisseur aura besoin d'un rendement de 100 % ! C'est le phénomène de l'asymétrie des rendements : il faut toujours un chiffre plus élevé à la hausse, seulement pour récupérer ses pertes. D'ailleurs, plus les pertes sont élevées, plus il sera exigeant de les recouvrer, tel que l'illustre le tableau 3.


Les cycles boursiers et votre stratégie de portefeuille


L'analyse des cycles boursiers des 48 dernières années nous apprend que les marchés haussiers sont largement plus durables que les marchés baissiers. Sur un cycle boursier complet - constitué d'un marché baissier suivi d'un marché haussier -, les gains cumulatifs sont substantiels et dépassent fréquemment le seuil de 100 %. Certains cycles boursiers peuvent s'échelonner sur des périodes aussi courtes que trois ou quatre ans, mais il arrive aussi qu'ils s'étalent sur plus de dix ou douze ans. Le fait que la Bourse américaine monte depuis une décennie n'a donc aucune valeur prédictive. Finalement, les marchés baissiers réduisent passablement la valeur des placements en Bourse et récupérer ses pertes est parfois une tâche de longue haleine. Pour la petite histoire, les détenteurs d'actions américaines ont été contraints d'attendre jusqu'en 2013 pour recouvrer leurs niveau d'avant la crise financière de 2008-2009.


Je suggère donc les éléments suivants pour votre stratégie de placement :


> La persévérance est essentielle pour bénéficier des rendements boursiers. Vous avez besoin d'une stratégie simple et facile à maintenir. Vous devrez aussi à l'occasion ignorer certains facteurs qui risquent de vous rendre émotif et de vous pousser à abandonner votre stratégie, comme, par exemple, les actualités boursières ou encore le proverbial beau-frère à qui tout réussit en Bourse.


> Les marchés baissiers ont tendance à être coordonnés à l'échelle mondiale, mais pas parfaitement. Diversifier mondialement votre portefeuille d'actions a de bonnes chances de tempérer vos pertes. Ces dernières seront donc récupérées plus rapidement, une fois la reprise amorcée.


> Il demeure que le moyen le plus efficace pour amenuiser les pertes d'un portefeuille lors des marchés baissiers est de détenir une bonne proportion en obligations, car ces dernières produisent le plus souvent des rendements positifs. À preuve, le tableau 4 affiche le rendement réalisé par les obligations canadiennes lors des six marchés baissiers enregistrés par l'indice boursier S&P/TSX depuis 1980.



EXPERT-INVITÉ
Raymond Kerzérho CFA, MBA, est le directeur de la recherche de PWL Capital. Il enseigne également la finance à l’Université McGill.



image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Où investir en 2019: le secteur industriel dans le brouillard

Édition du 12 Janvier 2019 | Dominique Beauchamp

La possibilité d'un ralentissement économique embrouille la sélection de titres dans le secteur industriel pour 2019.

Une Bourse en sursis?

Édition du 12 Janvier 2019 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les commentateurs les plus cyniques diront « jamais aura-t-on vu tant de prédictions de récession, ...

À la une

Un nouveau quartier naîtra aux abords du Pont Jacques-Cartier

Laissé à l'abandon depuis des décennies, le développement de ce quadrilatère améliorera l'image du secteur.

Les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit

Mis à jour à 16:26 | AFP

À deux mois et demi de la date prévue de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, l'incertitude persiste.

Legault courtisera de nouveaux investisseurs étrangers en France

En une année, le Québec transige davantage avec l’État américain du Texas qu’avec la France tout entière.