2018 a été la 4e année la plus coûteuse au niveau des sinistres météo

Publié le 17/01/2019 à 06:43

2018 a été la 4e année la plus coûteuse au niveau des sinistres météo

Publié le 17/01/2019 à 06:43

Par La Presse Canadienne

Les dommages assurés attribuables aux événements climatiques ont atteint 1,9 milliard $ au Canada l'an dernier.


Selon les données de l'organisme de recherche Catastrophe Indices and Quantification, relayées par le Bureau d'assurance du Canada, 2018 se classe ainsi au quatrième rang pour les coûts les plus élevés liés aux sinistres dans une année.


Toutefois, contrairement à la tempête de verglas de 1998 au Québec, aux inondations de 2013 à Calgary ou à l'incendie de forêt à Fort McMurray en 2016, aucun événement n'est, cette fois-ci, à lui seul responsable du montant élevé des sinistres. Les Canadiens et leurs assureurs ont plutôt subi des pertes importantes en raison d'une foule de petits phénomènes météorologiques violents d'un océan à l'autre.


Une tempête de vent au début de mai a secoué l'Ontario et certaines parties du Québec. Elle a occasionné des dommages assurés de plus de 410 millions $, dont 380 millions $ en sol ontarien, ce qui en fait l'événement le plus coûteux de l'année.


Suivent les tornades et tempêtes de vent dans la région d'Ottawa-Gatineau qui ont causé des dommages assurés de 295 millions $.


Dans l'est du pays, les tempêtes et les inondations de janvier ont causé des dommages assurés de plus de 54 millions $.


Alors que les coûts financiers des changements climatiques augmentent, le Bureau d'assurance du Canada (BAC) soutient qu'il faut notamment investir dans de nouvelles infrastructures pour protéger les collectivités contre les inondations et les incendies, améliorer les codes du bâtiment, l'aménagement du territoire et créer plus d'incitatifs pour dissuader les développements résidentiels et commerciaux dans les zones à risque élevé.


Le BAC rappelle que les assureurs ne sont pas les seuls à payer la facture des dommages causés par les intempéries. Pour chaque dollar versé en indemnités d'assurance résidentielle et entreprise, les gouvernements canadiens versent environ trois dollars pour réparer les infrastructures publiques endommagées par le mauvais temps.


«Chaque année, les changements climatiques coûtent des milliards de dollars aux contribuables, aux gouvernements et aux entreprises du Canada», a déclaré Craig Stewart, vice-président au Bureau d'assurance du Canada. «Nous devons prendre les mesures nécessaires pour limiter ces pertes à l'avenir. Le coût de l'inaction est trop élevé.»


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

Sur le même sujet

Oubliez la transition, il faut une révolution verte

08/12/2018 | François Normand

ANALYSE - La transition vers une économie verte est trop lente. Un changement de cap majeur s'impose. Voici pourquoi.

Accusations: pas d'entente avec Ottawa pour l'instant, dit SNC Lavalin

SNC-Lavalin affirme qu'elle ne sera pas invitée à négocier un accord de réparation avec les procureurs fédéraux.

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

21/02/2019 | Stéphane Rolland

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

21/02/2019 | Stéphane Rolland

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.