Les administratrices prendraient de meilleures décisions

Publié le 26/03/2013 à 06:15, mis à jour le 01/04/2013 à 13:31

Les administratrices prendraient de meilleures décisions

Publié le 26/03/2013 à 06:15, mis à jour le 01/04/2013 à 13:31

Par La Presse Canadienne

Photo: Bloomberg

Les femmes qui siègent aux conseils d'administration sont plus susceptibles de « faire bouger les choses » et sont davantage ouvertes aux idées nouvelles que leurs confrères masculins, conclut une nouvelle étude.


Ce genre d'attitude, par ailleurs, se traduit bien souvent par la prise de meilleures décisions et d'un plus grand succès financier pour une entreprise, avance-t-on dans cette étude publiée dans une revue mondiale de gouvernance des affaires, l'International Journal of Business Governance and Ethics. Le sondage démontre que sur les 624 conseils d'administration interrogés au Canada, les femmes s'y révélaient davantage susceptibles de se servir de la « coopération, collaboration et l'élaboration d'un consensus » en période de prises de décisions complexes.


Les cadres masculins, eux, avaient plutôt tendance à prendre leurs décisions en utilisant les « règles, réglementations et façons traditionnelles de faire des affaires ».


Le co-auteur de cette étude, Chris Bart, a soutenu lundi que cette recherche prouvait que lorsque des femmes dirigeaient une entreprise, elles contribuaient au succès de celle-ci. Il a, du même coup, soulevé la question de savoir pourquoi les femmes étaient encore minoritaires dans les salles de direction des entreprises canadiennes.


Celui qui est aussi professeur en stratégie d'entreprise à l'université McMaster a poursuivi en affirmant qu'il ne fallait plus se demander si le fait d'avoir des femmes aux commandes était la bonne chose à faire, mais que c'était bel et bien le geste à poser.


M. Bart, qui a mené l'étude de concert avec le professeur Gregory McQueen de l'A.T. Still University dans l'Arizona, a expliqué que les femmes interrogées avaient offert des réponses « moins contraignantes » aux problèmes à résoudre qui leur avaient été soumis. Ces trouvailles font partie d'une étude plus large menée entre 2004 et 2012, alors que les membres de conseils d'administration, dont 75 pour cent d'hommes et 25 pour cent de femmes, avaient été questionnés sur des résolutions de problèmes.


Les femmes ont également été plus disposées à prendre en considération les intérêts de nombreux investisseurs et considéraient l'équité comme un facteur plus important dans leur prise de décision.


 


 

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

8 questions Ă  se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut Ă©viter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le gĂ©ant Procter & Gamble a annoncĂ© qu’il comptait se sĂ©parer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face Ă  leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-SĂ©lect.