Le Kurdistan stoppe ses exportations pétrolières

Publié le 26/12/2012 à 10:30, mis à jour le 26/12/2012 à 10:35

Le Kurdistan stoppe ses exportations pétrolières

Publié le 26/12/2012 à 10:30, mis à jour le 26/12/2012 à 10:35

Par AFP

Le Kurdistan irakien a décidé de quasi cesser ses exportations pétrolières tant que Bagdad n'aura pas procédé au versement d'un arriéré de paiement de près de 300 millions de dollars, a déclaré mercredi le porte-parole de cette région autonome.


« Nous avons envoyé une lettre au gouvernement et lui avons demandé de payer, mais il refuse », a affirmé Safin Dizai, en assurant que le gouvernement central devait 350 milliards de dinars irakiens (environ 291,6 millions de dollars) à la région autonome du Kurdistan.


Les exportations se limitent désormais à 5.000 barils de pétrole par jour (b/j), loin des 100 000 b/j de ces derniers mois, et « les compagnies reprendront leurs exportations de brut quand le gouvernement aura payé », a précisé M. Dizai.


Le Kurdistan irakien avait déjà suspendu ses exportations de pétrole en avril pour réclamer de Bagdad 1,5 milliard de dollars d'arriérés de paiement, avant de les reprendre en août.


En septembre, la région autonome avait annoncé s'être engagée par contrat avec le gouvernement irakien à exporter 140.000 b/j jusqu'à la fin du mois puis 200.000 b/j jusqu'à la fin 2012. En contrepartie, Bagdad devait verser à la région une « avance » de 1.000 milliards de dinars (833 millions de dollars).


Selon un porte-parole du gouvernement, Bagdad a payé 650 milliards de dinars au Kurdistan et attend des documents sur le paiement fait aux compagnies pétrolières pour débloquer les 350 milliards de dinars restants, mais le Kurdistan réclame que l'argent soit versé avant de fournir les documents.


Les relations entre Erbil et le gouvernement central se sont considérablement dégradées ces derniers mois en raison de revendications territoriales et de différends sur les contrats pétroliers.


Le Kurdistan a signé des dizaines de contrats pétroliers avec des compagnies étrangères sans l'approbation de Bagdad, qui considère comme illégal tout contrat n'ayant pas été négocié sous l'égide du ministère du Pétrole.


PLUS:Le Kurdistan stoppe ses exportations pétrolières


Falaise fiscale: Barack Obama écourte ses vacances


 


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

À la une

Financement du terrorisme: Paul Desmarais Jr face à la police

La justice s’interroge sur le rôle des actionnaires de Lafarge dans l’enquête sur les activités syriennes.

Rebaptiser la CSeries? Évident mais pas simple

BLOGUE INVITÉ. Le branding d’Airbus est plus rassurant. Mais changer le nom d'un produit n'est pas mince affaire.

Airbus veut rapidement renommer la CSeries de Bombardier

Lorsqu'il aura pris les commandes de la CSeries plus tard cette année, le géant européen veut la rebaptiser à son nom.