Le Kurdistan stoppe ses exportations pétrolières

Publié le 26/12/2012 à 10:30, mis à jour le 26/12/2012 à 10:35

Le Kurdistan stoppe ses exportations pétrolières

Publié le 26/12/2012 à 10:30, mis à jour le 26/12/2012 à 10:35

Par AFP

Le Kurdistan irakien a décidé de quasi cesser ses exportations pétrolières tant que Bagdad n'aura pas procédé au versement d'un arriéré de paiement de près de 300 millions de dollars, a déclaré mercredi le porte-parole de cette région autonome.


« Nous avons envoyé une lettre au gouvernement et lui avons demandé de payer, mais il refuse », a affirmé Safin Dizai, en assurant que le gouvernement central devait 350 milliards de dinars irakiens (environ 291,6 millions de dollars) à la région autonome du Kurdistan.


Les exportations se limitent désormais à 5.000 barils de pétrole par jour (b/j), loin des 100 000 b/j de ces derniers mois, et « les compagnies reprendront leurs exportations de brut quand le gouvernement aura payé », a précisé M. Dizai.


Le Kurdistan irakien avait déjà suspendu ses exportations de pétrole en avril pour réclamer de Bagdad 1,5 milliard de dollars d'arriérés de paiement, avant de les reprendre en août.


En septembre, la région autonome avait annoncé s'être engagée par contrat avec le gouvernement irakien à exporter 140.000 b/j jusqu'à la fin du mois puis 200.000 b/j jusqu'à la fin 2012. En contrepartie, Bagdad devait verser à la région une « avance » de 1.000 milliards de dinars (833 millions de dollars).


Selon un porte-parole du gouvernement, Bagdad a payé 650 milliards de dinars au Kurdistan et attend des documents sur le paiement fait aux compagnies pétrolières pour débloquer les 350 milliards de dinars restants, mais le Kurdistan réclame que l'argent soit versé avant de fournir les documents.


Les relations entre Erbil et le gouvernement central se sont considérablement dégradées ces derniers mois en raison de revendications territoriales et de différends sur les contrats pétroliers.


Le Kurdistan a signé des dizaines de contrats pétroliers avec des compagnies étrangères sans l'approbation de Bagdad, qui considère comme illégal tout contrat n'ayant pas été négocié sous l'égide du ministère du Pétrole.


PLUS:Le Kurdistan stoppe ses exportations pétrolières


Falaise fiscale: Barack Obama écourte ses vacances


 


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Sommet Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

Sur le même sujet

La Caisse risque de perdre plus de 100M$

Mis à jour le 18/07/2017 | François Remy

La déconvenue d’un fonds qui dit jouir d'une «solide réputation» entraîne l’institution québécoise dans sa chute.

Pétrole: rebond spectaculaire de la demande au deuxième trimestre

13/07/2017 | AFP

L'Agence internationale de l'énergie relève ses prévisions de consommation pour 2017, mais...

À la une

Initiés: un administrateur de BRP vend 43% de ses actions

La transaction survient au moment où le titre s’échange à un seuil record.

Le plus gros actionnaire de Tembec dit pouvoir saborder l'offre d'acquisition

16:27 | Julien Arsenault, PC

Oaktree dit avoir récolté suffisamment d'appuis pour saborder la proposition de 807 millions $ US.

Vive 375! Les retombées ne se font pas attendre

13:38 | Simon Lord

Petit bilan provisoire de l'impact de l'anniversaire de la métropole.