L'autre coût de la gestion active


Édition du 14 Janvier 2017

L'argument le plus souvent utilisé en faveur de la gestion passive ou indicielle est axé sur le fait qu'en raison de ses coûts de gestion très inférieurs à ceux de la gestion active, elle dégage un rendement supérieur à long terme à ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Un nouveau fonds de 100 M$ pour investir dans les gestionnaires d’actifs voit le jour

Sylvain Brosseau se lance en affaires avec la famille Somers pour investir et soutenir les portefeuillistes.

Les frais de rachat des fonds communs, encore d'actualité

13/04/2018 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. Des investisseurs ont encore la mauvaise surprise d'apprendre qu'il en coûte cher de vendre leurs fonds.

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...