Résultats : les entreprises américaines dépriment comme en 2009

Publié le 12/10/2012 à 08:55

Résultats : les entreprises américaines dépriment comme en 2009

Publié le 12/10/2012 à 08:55

Par lesaffaires.com

Doug Oberhelman, le pdg de Caterpillar. Photo:Bloomberg

Les sociétés américaines n’aiment pas ce qu’elles voient dans leur boule de cristal. Leur pessimisme a atteint un niveau inégalé depuis la crise économique, selon une compilation effectuée par l’agence Bloomberg.


Parmi les 500 sociétés inscrites au S&P 500, 69 ont dévoilé des prévisions récemment. Pour chaque direction qui a dit que les profits seraient supérieurs, 4,3 entreprises ont révisé à la baisse leurs anticipations.


Un ratio aussi pessimiste a été atteint en février 2009 et en octobre 2001. « L’économie est faible, probablement plus faible que les gens le réalisent, commente William Frels, gestionnaire de Mairs & Power du Minnesota. Je ne serai pas surpris que les résultats soient inférieurs aux attentes. La question est jusqu’à quel point. »


Parmi les grandes sociétés qui ont tenté de modérer les attentes, on compte : Caterpillar, Alcoa, Fedex et Intel, notamment.


Depuis son creux de mars 2009, le S&P 500 a gagné 112 %. L’indice vedette se dirige vers un gain de 14 % cette année, ce qui serait la plus forte progression depuis 2009.


 


 

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

10 choses à savoir mercredi

02/12/2015 | Yannick Clerouin, Julien Abadie, Gaele Fontaine

L'hologramme qu'on peut toucher, une société qui arrive à voir à travers les murs, Règlement «anti» fast food à Montréal

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

02/12/2015 | LesAffaires.com et AFP

Gains en vue à Wall Street, jour de taux au Canada, exercice record pour Savaria, la présidente de la Fed se prononce.

À la une

Fitch et S&P dégradent la note du Royaume-Uni à cause du Brexit

15:24 | AFP

Standard and Poor's et Fitch ont dégradé la note de la dette du Royaume-Uni.

Les obligations en forte demande après le Brexit

13:01 | Jean Gagnon

Les obligations canadiennes ont offert un rendement intéressant depuis janvier. Que leur réserve l’après Brexit?

Est-ce la fin de l'Europe as We Know It (and I Don't Feel Fine) ?

26/06/2016 | René Vézina

BLOGUE. Le Brexit constitue «le pire risque politique au monde depuis la crise des missiles de Cuba», dit Ian Bremmer.