Résultats : les entreprises américaines dépriment comme en 2009

Publié le 12/10/2012 à 08:55

Résultats : les entreprises américaines dépriment comme en 2009

Publié le 12/10/2012 à 08:55

Par lesaffaires.com

Doug Oberhelman, le pdg de Caterpillar. Photo:Bloomberg

Les sociétés américaines n’aiment pas ce qu’elles voient dans leur boule de cristal. Leur pessimisme a atteint un niveau inégalé depuis la crise économique, selon une compilation effectuée par l’agence Bloomberg.


Parmi les 500 sociétés inscrites au S&P 500, 69 ont dévoilé des prévisions récemment. Pour chaque direction qui a dit que les profits seraient supérieurs, 4,3 entreprises ont révisé à la baisse leurs anticipations.


Un ratio aussi pessimiste a été atteint en février 2009 et en octobre 2001. « L’économie est faible, probablement plus faible que les gens le réalisent, commente William Frels, gestionnaire de Mairs & Power du Minnesota. Je ne serai pas surpris que les résultats soient inférieurs aux attentes. La question est jusqu’à quel point. »


Parmi les grandes sociétés qui ont tenté de modérer les attentes, on compte : Caterpillar, Alcoa, Fedex et Intel, notamment.


Depuis son creux de mars 2009, le S&P 500 a gagné 112 %. L’indice vedette se dirige vers un gain de 14 % cette année, ce qui serait la plus forte progression depuis 2009.


 


 

À suivre dans cette section

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street se replie encore, Avigilon plonge

Mis à jour à 12:17

Après les records, le doute. Les investisseurs surveillent les données économiques et la Fed.

Bourse: Wall Street poursuit son repli, dans l'attente de la Fed

07:28 | LesAffaires.com et AFP

Taux directeur au Canada, Livre Beige aux États-Unis, réunion de la BCE en Europe. Les banques centrales sont en action.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

La rectitude politique qui coûte cher

BLOGUE. De nombreuses études démontrent la surperformance des sociétés détestées comme les fabricants de cigarettes

Banque du Canada: le taux directeur est maintenu

10:20

Les autorités monétaires ne sentent pas le besoin de stimuler davantage l'économie dans le contexte actuel.

À surveiller: Québecor, TransForce et Banque Scotia

Que faire avec les titres de Québecor, TransForce et Banque Scotia? Voici quelques recommandations.