Bourse: «La hausse n'est pas conduite par l'euphorie, mais par la peur», dit Robert Shiller

Publié le 23/03/2015 à 07:19

Bourse: «La hausse n'est pas conduite par l'euphorie, mais par la peur», dit Robert Shiller

Publié le 23/03/2015 à 07:19

Par AFP

Robert Shiller, qui a reçu le prix Nobel de l'économie en 2013. Photo: Bloomberg

C'est la peur, plutôt que l'euphorie, qui conduit actuellement les marchés boursiers mondiaux à de nouveaux sommets, a affirmé le prix Nobel d'économie américain Robert Shiller, dans un entretien à un journal allemand.


Robert Shiller, professeur à l'Université de Yale, a également mis en garde sur de possibles bulles boursières et estimé que ce pourrait être le bon moment d'investir dans le pétrole, compte tenu de l'actuelle faiblesse record des prix.


«Le boom des marchés boursiers que nous connaissons actuellement n'est pas entraîné par l'euphorie», a déclaré l'économiste au Frankfurter Allgemeine Sonntagzeitung.


«Je l'appelle le nouveau boom normal. C'est un boom d'investissement (...) Tous les mécanismes sont là, mais il manque la conviction», a-t-il dit.


«Nous ne voyons pas trace d'optimisme. Ce boom est conduit par la peur», a-t-il encore assuré.


Comme Wall Street, les Bourses européennes ont terminé la semaine dans le vert, plusieurs places battant des records vendredi, grâce au discours jugé accommodant de la Réserve fédérale américaine deux jours auparavant et à l'apaisement des craintes liées à la Grèce.


«Il n'y a pas beaucoup d'alternatives aux marchés boursiers pour le moment. Nous sommes dans une période de taux d'intérêt extrêmement bas», a relevé Robert Shiller.


Afin de relancer l'économie moribonde en zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) a réduit ses taux d'intérêt au plus bas et lancé un vaste programme de rachats de dettes publiques et privées.


Face à cet afflux de liquidités, certains critiques ont mis en garde contre le danger de bulles spéculatives, boursières ou immobilières, qui pourraient bientôt éclater.


«Je pense qu'il y a des bulles », a déclaré l'économiste, mais selon lui les banques centrales ne sont pas à blâmer.


La BCE «n'est pas responsable des faibles taux d'intérêt», mais plutôt le pessimisme mondial, a-t-il estimé.


Un faible pour le pétrole


A la question de savoir comment lui-même investirait son argent, l'économiste a répondu: « C'est difficile. Mais je pense que ce pourrait être le bon moment pour investir dans le pétrole».


«Les prix sont très bas et il y a beaucoup de raisons de penser qu'ils ne vont pas le rester. C'est sur quoi j'ai parié».


Robert Shiller a reçu le prix Nobel d'économie en 2013, avec deux autres économistes américains, pour leurs travaux sur les marchés financiers.


 


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Canada Goose s'installe sur Sainte-Catherine Ouest

La populaire marque de manteaux d'hivers occupera l'espace laissé vacant par HMV, au coin de la rue Peel.

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.

À la une

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Le faux débat de l'immigration

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.