La bourse canadienne à la merci des spéculateurs

Publié le 07/04/2017 à 13:34

La bourse canadienne à la merci des spéculateurs

Publié le 07/04/2017 à 13:34

Par Jean Gagnon

Après un premier trimestre décevant, la bourse canadienne pourra-t-elle redevenir le parquet le plus performant comme ce le fut le cas en 2016 ? Il semble qu’une fois de plus cela dépendra beaucoup du prix du pétrole.


Rappelons que l’indice composé de la Bourse de Toronto, le S&P/TSX, a battu tous les indices nord-américains et européens en 2016 grâce à une hausse de plus de 17%.


Mais les résultats du premier trimestre 2017 ont été fort différents. Le S&P/TSX n’a gagné que 1,7% pour les trois premiers mois de l’année alors que le S&P 500 de la Bourse de New York s’est apprécié de 5,5%. Tous les indices, à l’exception du Nikkei 225 à Tokyo qui a perdu 1,1%, ont mieux fait que l’indice torontois.


Ce résultat décevant de l’indice canadien s’explique essentiellement par un repli de 6,2% des actions du secteur de l’énergie qui représente environ un cinquième de l’indice, explique les économistes de la Financière Banque Nationale dans leur plus récent Mensuel boursier.


Cette performance du secteur de l’énergie semble directement liée à la variation du prix du pétrole. On se souviendra que le prix de l’or noir avait atteint 56$ en décembre dernier à la suite d’une résolution de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) limitant la production.


Mais l’effet de cette mesure semble s’être estompé au cours du mois de mars alors que le prix du pétrole a reculé de 6,3%.


À quoi doit-on s’attendre pour le reste de l’année  Les analystes dans l’ensemble demeurent plutôt positifs quant au prix du pétrole. Mais les participants sur les marchés à terme semblent plus sceptiques. Le consensus des analystes prévoit que le prix atteindra 57 $ d’ici la fin de l’année, une hausse de plus de 10 % du niveau actuel. Pourtant, les contrats à terme pour livraison au quatrième trimestre se négocie à 52 $, notent les économistes de la Financière.


Du côté des spéculateurs


L’activité des spéculateurs qui auraient procédé à une liquidation importante de positions dites non-commerciales pourrait bien être à l’origine du recul du prix du pétrole en mars, explique Éric Corbeil, économiste senior chez Valeurs mobilières Banque Laurentienne.


En effet, il note que le ratio entre les positions longues et les positions à découvert (Long-to-Short Ratio) à des fins non-commerciales était supérieur à 5 depuis le mois de décembre. Lorsque le ratio atteint ce niveau, survient généralement un recul du prix, car les spéculateurs en viennent tôt ou tard à renverser leurs positions. C’est ce qui semble s’être produit durant le mois de mars alors que ce ratio est retombé à près de 3.


À la Banque Laurentienne, on demeure positif quant aux perspectives du marché boursier canadien, et on recommande de sur-pondérer cette classe d’actifs. On croit que le prix du pétrole va se raffermir en deuxième moitié d’année.


Mais on croit également que les évaluations boursières canadiennes sont actuellement attrayantes comparativement à celles de la bourse américaine, alors que le ratio cours/bénéfices est de 10% inférieur au Canada. La cible pour le S&P/TSX en fin d’année est de 16 500, ce qui signifie un gain de plus de 5% pour les neufs derniers mois de l’année.


Par ailleurs, l’agence Bloomberg a mené une enquête auprès de huit stratèges et gestionnaires de portefeuilles sur cette question. Ceux-ci prévoient en moyenne que le S&P/TSX s’appréciera de 3,3% pour terminer l’année à 16 066.


Rappelons qu’à la fin du mois de juin l’OPEP doit se réunir à nouveau afin d’évaluer l’impact des quotas de production établis en décembre.


 

À suivre dans cette section


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

Pourquoi les Bourses résistent si bien à la rechute du pétrole

BLOGUE. Voici les raisons qui expliquent pourquoi les marchés n'ont pas dégringolé comme en 2015.

Ne vous fiez pas à cet indicateur pour anticiper la Bourse

BLOGUE. À court terme, le cycle économique est plus utile. Et il laisse présager encore des gains, selon RBC.

À la une

Voiture électrique: Toyota place toutes ses billes au Québec

21/06/2017 | Martin Jolicoeur

La dernière hybride rechargeable de Toyota est vendue uniquement au Québec. Le reste du Canada attendra.

Vidéo: la diversification, le meilleur ami de l'investisseur

24/06/2017 | Denis Lalonde

La saine diversification d'un portefeuille de titres boursiers et obligataires permet d'éviter des erreurs coûteuses.

Top 10 des PDG les mieux payés du Québec

23/06/2017 | Charles Desgroseilliers

La rémunération des dirigeants de Bombardier a bien fait jaser. Mais qui sont les autres PDG les mieux payés du Québec?